1. // Groupe F
  2. // Cameroun/Pays-Bas (1-2)

Ennui mécanique

Parce que même déjà qualifiés et déjà éliminés, Pays-Bas et Cameroun devaient jouer. Ambiance autour d'un match en forme de belle tartine de beurre.

Modififié
0 0
Fabrice et Simon arrivent directement du Cameroun. Les deux trentenaires sont venus spécialement pour le match contre la Hollande. Ils repartiront au pays directement après. Jamais l'idée de revendre leurs places ne leur a pourtant traversé l'esprit. « Nous les suivrons jusqu'au bout. Camerounais et fiers de l'être. Le premier enjeu de ce match étant de ne pas partir de cette Coupe du Monde avec 0 point. Le monde entier nous regarde » . Le monde entier, excepté le Cameroun si l'on en croit les journalistes camerounais croisés en salle de presse : « Il ne doit pas y avoir beaucoup de monde au pays devant la TV ce soir. Le 1er tour était une formalité normalement. Ensuite, nous devions aller le plus loin possible. Le match de ce soir n'a plus aucun enjeu. Le seul truc qu'on redoute, c'est que l'épisode de 1994 se répète. La défaite 6-1 contre la Russie lors du dernier match de poule » . Roozendaal, lui, a d'autres considérations. La soixantaine bien tassée, en total look Oranje des chaussures au chapeau, le supporteur néerlandais a la mine de celui qui en a beaucoup vu et qui a encore le temps de voir venir. Pourtant, il partage le même constat que Fabrice et Simon : « Ce n'est pas une rencontre pour rien. Nous n'avons pas montré un grand jeu depuis le début du tournoi. Ce match va servir à voir si nous avons du banc pour aller loin dans la compétition. Et surtout, il marquera le retour d'Arjen Robben » .

Etoo drague une blonde et une brune

Raté et encore raté. Bert Van Marwijk a bien dupé son monde. Pas d'équipe bis, ni l'ombre de l'homme de verre au coup d'envoi. Purement et simplement l'équipe-type. Histoire justement d'huiler une mécanique Oranje, en proie à quelques problèmes de batterie depuis le début du tournoi. Paul Le Guen semble partager cet avis. Le Breton a reconduit son 4-3-3 tant critiqué même si sur le papier de présentation, il a dessiné un 4-4-2. Du coup, les joueurs sont aussi excités de jouer que Sarkozy de se pencher sur le dossier Karachi. Rigobert Song, le vieux Lion aux dreadlocks blondes est tout heureux de croiser Clarence Seedorf pour gratter quelques minutes sur l'échauffement. Tout aussi appliqué et impliqué, le propriétaire de l'attaque camerounaise, Samuel Eto'o coupe son speech d'avant-match pour jouer à “Je suis là, je suis pas là” avec deux supportrices blanches du Cameroun. Lesquelles n'en reviennent pas et se ventilent pour éviter de tomber dans les pommes. Enfin, et alors que rarement le stade de Green Point n'aura été aussi garni (63 093 spectateurs), jamais il n'a fallu crier pour parler à son voisin. Signe qui ne trompe pas au royaume de la vuvuzela.

Dès les premières minutes de la rencontre, les deux formations leur donnent raison. Les Pays-Bas roulent en sous-régime de peur de prendre le jaune du “Manquera le prochain match”. Quant au Cameroun, pas besoin d'être un expert pour conclure que si c'est l'équipe qui est déjà qualifiée qui gagne les duels, c'est qu'il y a un problème. Le public l'a bien compris et part en « Ola » dès la 10ème minute. Sûrement pour se réchauffer. Le journaliste néerlandais assis à côté commence déjà à bâiller. Il se réveillera à la 33ème minute sur le but de Van Persie. En deuxième, l'arbitre, compatissant et/ou généreux, accordera même un penalty pour que le Cameroun sauve les meubles (1-1, 65ème). Malheureusement pour les Africains, il y eut une lumière dans ce match. Non, pas l'entrée en jeu de Rigobert Song. Plutôt celle d'Arjen Robben accompagnée de sa classique frappe enroulée. Elle tape le poteau et permet à Huntelaar de se dire qu'il en aura au moins marqué un (81ème). Résultat : Fabrice et Simon rentreront tristes et seuls. Malgré l'instruction du ministre des sports de rentrer au pays, Paul Le Guen et ses joueurs hésitaient. Ils en sont maintenant sûrs.

Maxime Marchon,

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les notes de l'Italie
0 0