En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Italie
  2. // Juventus-Milan ( 1-1, 3-4 TAB)

Enfin un trophée pour Milan !

Les jeunes loups du Milan sont venus à bout de l'expérience turinoise au terme d'une séance de tirs au but crispante, ce soir à Doha. Le premier titre pour les Lombards depuis 2011.

Modififié

Juventus 1-1 Milan (3-4 TAB)

Buts : Chiellini (18e) pour la Juventus // Bonaventura (38e) pour Milan

Si les voyages forment la jeunesse, nul doute que les jeunes pousses de l'AC Milan, de Suso à Locatelli en passant par Romagnoli, se souviendront de cette Supercoupe d'Italie disputée au Qatar, à Doha. Face à l'ogre turinois, les Lombards ont tremblé en début de match, avant de parfaitement prendre la mesure de leur adversaire. Puis de s'imposer au terme d'une séance de tirs au but irrespirable pour les tifosi des deux équipes. Il a fallu que Mario Pašalić fasse trembler les filets de Gigi Buffon une dernière fois pour délivrer les siens.

L'organisation turinoise, les éclairs de Suso


En machine parfaitement rodée, où chaque élément joue son rôle avec précision, la Juve entame la rencontre à cent à l'heure. Et use méthodiquement et patiemment la défense du Milan. Les Juventini multiplient les situations chaudes par Mandžukić, Sturaro et Pjanić. Les Lombards, étouffés dans leur moitié de terrain, ne peuvent que serrer les dents en attendant que la Vieille Dame ne se calme un peu. Pas de pot pour eux, ce n'est pas franchement dans les plans de Giorgio Chiellini. Le stoppeur se contorsionne sur corner pour planter une volée vicieuse qui trompe Donnarumma. Milan, giflé d'entrée, resserre les rangs et gagne en agressivité, mais n'invente encore pas grand-chose devant. Seul Suso semble surnager. L'Espagnol, dangereux à chacune de ses prises de balle, dépose un centre sur le crâne de Giacomo Bonaventura, qui égalise d'une superbe tête retournée. Pour le reste, finale oblige, on se distribue des torgnoles dans tous les sens. Locatelli envoie des tacles à la Olive et Tom, Mandžukić se chauffe avec Paletta, et Lichtsteiner chope un jaune après avoir salement cisaillé Bonaventura.

Milan équilibre les débats


Boostés par leur égalisation, les Rossoneri tiennent sans sourciller en respect la Vieille Dame après la pause. Milan n'a plus peur, et Suso et Abate font des misères sur le coté droit à l'arrière-garde turinoise, qui préserve néanmoins sa cage grâce à quelques interventions défensives de haut vol de Chiellini. À défaut d'assumer la possession, la Juve envoie la sauce en contre, et Khedira est tout proche de doubler la mise d'un missile à l'entrée de la surface, superbement écarté par Donnarumma. Histoire de remettre le pied sur le cuir, Massimiliano Allegri fait entrer son arme secrète, Paulo Dybala, jusqu'alors préservé en raison de son récent retour de blessure. De son côté, Carlos Bacca, jusqu'ici invisible, profite d'un énième caviar de Suso pour claquer une tête smashée à bout portant. Mais comme ce bon vieux Gigi Buffon n'est pas à un miracle près, il sort la tentative du Colombien sans paniquer. Et les deux équipes s'en vont prolonger le plaisir en prolongation.


Problème : les organismes fatiguent, et le match perd sans surprise en intensité. Dybala, après un service impeccable d'Évra, a tout de même la balle de match au bout du pied, mais envoie dans le ciel de Doha sa frappe au point de penalty. Fin de l'action, place au drame : les tirs au but peuvent débuter. Une séance qui voit successivement échouer Lapadula, puis Mandžukić, avant que Dybala ne voie sa frappe superbement détournée par Donnarumma. Et c'est finalement Mario Pašalić qui transforme l'ultime tir au but du Milan pour envoyer les siens au paradis. Les Lombards remportent leur septième Supercoupe d'Italie, égalisant ainsi le record de victoires de la Juve dans l'épreuve. Mais ils mettent surtout fin à cinq années de disette, Milan n'ayant pas mis à jour son palmarès depuis le Scudetto de 2011. De quoi inscrire un sourire XXL sur le visage de Vincenzo Montella, qui a définitivement su refaire du Milan une équipe qui gagne.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 11 il y a 7 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85