1. //
  2. //
  3. // AS Rome-Inter Milan

Enfin l'heure de Leandro Paredes ?

Adoubé par Riquelme, Leandro Paredes semble enfin s’imposer à la Roma après deux prêts au Chievo et à Empoli. Retour sur le parcours d'un prodige repéré par Boca Juniors à huit ans.

Modififié
462 5
En septembre 2012, Juan Román Riquelme claque la porte de Boca, après une finale de Libertadores perdue et une relation tendue avec l’entraîneur, Julio César Falcioni. Après avoir éludé les raisons de son départ pendant plus de deux mois, le meneur argentin s’explique. Et surprise, l’intéressé évoque très peu l’embrouille avec les dirigeants. À l’entendre, il a rangé le maillot qu’il aime tant pour faire place à un jeune qui monte : « Je ne peux pas prendre la place d’un gamin de dix-huit ans qui doit attendre que je me retire pour faire son trou. J’ai déjà réalisé tous mes rêves, maintenant, c’est son tour. Il est temps que Paredes s’affirme. » . À peine majeur, quelque matchs professionnels dans les pattes, et un adoubement par l’idole du club, Leandro Paredes, milieu de terrain qui a rejoint les Xeneizes à huit ans, vient de changer de dimension. Depuis, il a connu l’Italie et un transfert à la Roma, les prêts au Chievo et à Empoli et un mercato d’été 2016 où les grands d’Europe sont venus frapper à la porte. Mais cette saison, il semble enfin prêt à s’imposer chez les Giallorossi.

Pur produit de Boca


De sa formation à Boca Juniors, beaucoup retiennent une polémique. Dans une enquête publiée en 2014 par Clarín sur le baby-futból (les catégories enfants en Argentine), on apprend que Leandro Paredes a longtemps rapporté quelques deniers à ses parents pour pratiquer le football. Et ce, à partir de ses huit ans, pour environ cent euros par mois dans les poches de ses géniteurs. Si cette pratique existe toujours en Argentine et si rien n’est fait pour l’arrêter, c’est que le baby-futból est une pépinière parfaite pour les grands clubs. Dans le cas de Leandro Paredes, c’est Boca Juniors, par l’intermédiaire du mythique recruteur Ramón Madonni, qui a été le plus rapide. Et convaincant surtout. Comment ? Les dirigeants des Xeneizes ont tout simplement offert à ses parents un appartement d’une valeur de 35 000 dollars. À l’académie de la Boca, le gamin va faire ses classes, briller dans un fameux tournoi d’enfants de onze à douze ans en Espagne aux côtés de Bojan Krkić ou Sergio Canales et gravir rapidement les échelons. À seize piges, Paredes est promu en équipe première par Claudio Borghi. À une condition, posée par l’entraîneur argentin, celle de finir le lycée. Ce qu’il semble comprendre, puisque le 6 novembre 2010, lors d’un match contre Argentinos Juniors (marqué par le retour aux affaires de Riquelme après de nombreuses blessures), Paredes porte pour la première fois le maillot de Boca et entre doucement dans le monde professionnel. Une année d’apprentissage en plus, et le jeune devient « El Mago » ou « l’héritier de Riquelme » . Le public de la Bombonera se souvient encore de sa capacité à briller lors des clásicos, notamment contre River et San Lorenzo en 2011. Problème, le jeune milieu de terrain peine à s’imposer dans la durée.

Youtube

Un joueur irrégulier ?


L’année 2013 sera celle des premières difficultés pour le natif de San Justo. Si Carlos Bianchi, revenu à la tête de Boca, rêve d’un milieu Paredes-Riquelme, l’association ne fonctionne pas vraiment et le club de la capitale traverse une longue période de mauvais résultats. Sergio Saturno, entraîneur chez les jeunes de Boca, regrette que le joueur ait disparu de la circulation à cette époque : « À cet âge-là, si tu n’as pas de temps de jeu, c’est difficile de progresser. Il n’a jamais été prêté en Argentine, et se retrouvait en équipe réserve alors qu’il avait porté à plusieurs reprises le maillot de Boca. Ça peut être dur à encaisser mentalement. Mais devant lui chez les pros, il y avait des joueurs de grande qualité. » Il peint le portrait de son ancien protégé : « Un jour, à la fin d’un entraînement lors d’un tournoi en Allemagne, il était à quarante mètres de moi et a mis la balle en coup du foulard en plein dans le sac de ballons. Il a une qualité technique incroyable. » Les comparaisons avec Riquelme sont justifiées selon Sergio Saturno : « Il a la même frappe, la même qualité de passe. Je me souviens d’un coup franc qu’il marque contre le Racing, qu’il fête exactement comme son idole. »

Youtube

Alors qu’il a perdu sa place à Boca, Paredes n’est pas sélectionné pour le Sudamericano de 2013. L’entraîneur argentin Marcelo Trobbiani explique son choix en taclant le jeune milieu : « Il n’a rien montré avec Boca, il est irrégulier, et il disparaît souvent dans les matchs. » Saturno, son ancien entraîneur chez les jeunes de la Casa Amarilla, s'emporte : « Il aime tellement le ballon, je ne l’ai jamais vu montrer de la paresse lors d’un entraînement. Le voir jouer, c’est un grand plaisir. Cet entraîneur a sorti le cliché du milieu de terrain très technique qui brille par alternance. Mais ce n’est absolument pas vrai. Logiquement, il y a des moments où l'on ne le voit pas pendant le match, mais c'était un gamin et il a énormément travaillé cet aspect de son jeu. » Après cette désillusion, Paredes est transféré à l’été 2013 à l’AS Roma et quitte Boca « déçu de ne pas avoir rempli tous ses objectifs » . Le club de la Louve négocie un prêt de dix-huit mois avec option d’achat. Elle sera levée en 2014, après un prêt au Chievo. La saison 2015-2016 à Empoli sera celle de la consécration en Serie A. Aujourd'hui, Paredes est de retour dans l’effectif de la Roma, et Spalletti semble prêt à lui offrir du temps de jeu.

À Boca, Leandro Paredes avait hérité du lourd numéro 10 de Riquelme, son idole. Lorsque ce dernier a quitté le club, il avait aussi tenu à recadrer le jeune milieu : « Il faut qu’il joue et qu’il arrête de penser à avoir les mêmes crampons que Cristiano Ronaldo. J’espère qu’il regardera beaucoup de football, au lieu de jouer à la Play et de rester sur son téléphone. On apprend tous les jours, même quand on a la technique de Paredes. » Ça tombe bien, à la Roma, il y a un numéro 10 à l'ancienne sur lequel le jeune Argentin pourra prendre exemple.

Par Ruben Curiel Propos de Sergio Saturno recueillis par RC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Bon article mais Paredes n'évolue plus en 10 depuis l'an dernier ou il a été reculé en Regista avec caviars et interceptions à la clé.

Le ton optimiste de l'article masque néanmoins la défiance dont Spalletti fait preuve à son égard. Trop peu de titularisations si on les compare aux prestations immondes de Nainggolan ou De Rossi depuis le début de saison.

Le maitien d'une défense à 4 boiteuse n'est pas une bonne chose pour lui, il serait parfait en quaterback devant une défense à 3.

Je le répète depuis des mois mais je crois énormément en lui et le coach devrait en faire autant ainsi que la direction. Des très grands clubs européens le voulaient cet été mais nous on est pas foutus de lui laisser sa chance et croire en lui.

A ce rythme la comme pour Romagnoli on le vendra 20 plaques dans un an et on peurera après en avoir mis 25 pour acheter une enorme chèvre à sa place.
L'idole du peuple dans ma partie de FM il y a quelques années, il ne savait plus où mettre ses ballons d'or ! Content que ça marche enfin, c'était dur après l'adoubement
Haaaa Paredes ... Pas mal de regret de pas l'avoir plus vu à Boca. Surtout qu'il était là quand c'était bien le bordel, avec une équipe vraiment pas au top et du coup il a été vendu bien trop vite à mon goût. Même lui quand on voit comment il a galéré ensuite dans plusieurs clubs avant de se faire enfin un "petit" trou à la Roma ...

J'ai toujours espoir en lui, pour que le grand Roman, si discret en temps normal, prenne la peine de l'adouber publiquement à l'époque, c'est vraiment que le gamin à quelque chose !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Mad max
Bon article mais Paredes n'évolue plus en 10 depuis l'an dernier ou il a été reculé en Regista avec caviars et interceptions à la clé.

Le ton optimiste de l'article masque néanmoins la défiance dont Spalletti fait preuve à son égard. Trop peu de titularisations si on les compare aux prestations immondes de Nainggolan ou De Rossi depuis le début de saison.

Le maitien d'une défense à 4 boiteuse n'est pas une bonne chose pour lui, il serait parfait en quaterback devant une défense à 3.

Je le répète depuis des mois mais je crois énormément en lui et le coach devrait en faire autant ainsi que la direction. Des très grands clubs européens le voulaient cet été mais nous on est pas foutus de lui laisser sa chance et croire en lui.

A ce rythme la comme pour Romagnoli on le vendra 20 plaques dans un an et on peurera après en avoir mis 25 pour acheter une enorme chèvre à sa place.


T'as tout dit ! Paredes peut encore parfois passer au travers et n'a surtout que 22 ans (on a tendance à l'oublier) mais je crois énormément en lui à ce poste de regista car il a toutes les qualités, techniques comme tactiques, pour y briller. Il a d'ailleurs fait une superbe saison à ce poste avec Empoli, l'an passé !
Mehmet Scholl Niveau : CFA
Message posté par milanito
L'idole du peuple dans ma partie de FM il y a quelques années, il ne savait plus où mettre ses ballons d'or ! Content que ça marche enfin, c'était dur après l'adoubement


La même

Mon héro sur FM, le mec que je recrute all ze time si je peux depuis FM2012
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
462 5