En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Trophée des Champions
  2. // Monaco-Paris SG (1-2)

Enfin du football, bordel !

Samedi, le Trophée des champions a quitté son habituelle tenue de compétition artificielle d'avant-saison, pour enfiler un costume de vrai gros match entre les deux meilleures formations françaises. Et c'était bien mieux comme ça.

Modififié
« Désolé les gars, je ne peux pas sortir ce soir, il y a le Trophée des champions à la télé. » Ne cherchez pas l'auteur de cette phrase, il n'existe pas plus que le joueur qui aurait un jour déclaré : « Je suis heureux de rejoindre ce club, qui m'offre l'opportunité d'enfin remporter le Trophée des champions. » Parce que pour se dire les choses franchement, le Trophée des champions, instauré en 1995, bien qu'étant une rencontre officielle, a toujours été considéré comme une rencontre de gala, destinée à lancer la saison de Ligue 1 en douceur. Depuis 2009, et sa délocalisation à l'étranger dans le but de séduire de nouveaux marchés, elle est même quasiment devenue un match amical de prestige, que l'on regarde du coin de l’œil en préparant le barbecue. En effet, difficile de prendre au sérieux un Bordeaux-Guingamp disputé à Toronto, un Lyon-Montpellier à New York, un PSG-Bordeaux à Libreville ou un PSG-Guingamp à Pékin. Mais ce samedi, l'affiche opposant l'AS Monaco au Paris Saint-Germain à Tanger a offert quelque chose de différent. Quelque chose qui ressemblait à de la compétition.

Nathalie et Daniel

À mesure que Nathalie Boy de la Tour leur enfile autour du cou leur médaille de « finaliste » , les Monégasques prennent chacun soin de la retirer, une fois la main de la Présidente de la Ligue de Football Professionnel poliment serrée. Les visages fermés contrastent avec les sourires des Parisiens, aussi sincèrement heureux que les joueurs de la Principautés sont abattus. Les sentiments sont les mêmes qu'après une « vraie » finale, preuve que la chose a été prise au sérieux par les deux équipes. Et cela s'est ressenti durant toute la rencontre. En témoignent les quatre avertissements distribués par Noureddine El Jaafari, l'arbitre de la rencontre, dont ceux adressés à Fabinho et Marco Verratti, après une poussette de l'Italien sur le Brésilien. À Tanger, personne n'était venu pour s'amuser, mais bien pour montrer à son principal concurrent domestique que cette saison, la tâche allait être plus ardue que jamais. Enfin, il y a eu le scénario du match, en grande partie écrit par Daniel Alves, un homme qui ne goûte que très peu la défaite. En seconde période, la recrue brésilienne a inversé le score quasiment à lui seul. L'habituel arrière a même été le meilleur attaquant de la rencontre. En quarante-cinq minutes, il a montré ce qu'il allait réellement apporter au Paris Saint-Germain cette saison, en plus de sa qualité technique : cette culture de la gagne, partout, tout le temps, contre n'importe qui. Celle qui transforme n'importe quelle opposition, même un Trophée des champions, en match capital. Celle qui permet, au moment de la photo finale, de poser la coupe sur son crâne en tirant la langue. Et d'ajouter un peu de piment à votre barbecue. C'est quand même mieux comme ça, non ?


Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 mercredi 21 février 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1
À lire ensuite
Youri Tiel’aimant