Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Les restes du monde

Enfin du foot en MLS ?

La nouvelle saison de soccer en Amérique du Nord débute la semaine prochaine. Année après année, la MLS cherche à se structurer pour gagner en crédibilité. Etat des lieux.

Fondée en 1996, la Major League Soccer a le cul entre deux chaises. D'un côté, ce n'est pas une ligue d'un sport historique américain, d'un autre, ce n'est pas non plus un championnat de football “classique”. Le fonctionnement est américain –avec deux Conférences, Est et Ouest, des play-offs, un salary cap, etc.– mais on est très loin de la popularité et du vécu d'une NFL ou d'une MLB par exemple. Le sport est européen, mais c'est très peu suivi et pas encore très légitime non plus aux yeux des fans du Vieux Continent. Alors oui, la MLS semble condamnée à vivre avec ce côté bâtard, autant exotique aux yeux des Américains que de l'étranger, mais pas pour les mêmes raisons.

Malgré cette problématique de base, le championnat nord-américain de soccer se développe, patiemment, année après année, dans l'ombre et sans complexes. Hormis lors de quelques coups d'éclat médiatiques sur le marché des transferts, comme lors de l'arrivée de Beckham aux L.A Galaxy ou plus récemment celle de Thierry Henry au N.Y Red Bulls, les signes de cette croissance sont peu visibles. Et pourtant, à bien y regarder, il se passe des choses intéressantes et prometteuses pour l'avenir du ballon rond outre-Atlantique. Au niveau des infrastructures surtout, puisque désormais, presque toutes les franchises possèdent leur propre stade entièrement dédié au soccer (à quelques exceptions près : DC United, New England Revolution). Fini les matchs disputés sur un terrain marqué par les lignes de foot américain. Même le synthétique est passé de mode. Ces beaux écrins, qui ont tous ou presque moins de dix ans d'existence, font autour de 20, 30 000 places et sont remplis en moyenne aux deux-tiers sur l'ensemble d'une saison. Aux moqueurs qui auraient envie de se “payer” le soccer, comparez avec la Ligue 1, ses stades et ses affluences et vous verrez que la MLS est loin d'être ridicule, au moins sur ce point. Posséder un stade moderne et 100% soccer est maintenant une condition sine qua non imposée par les instances de la Ligue pour en faire partie. L'Impact de Montréal, qui intégrera la MLS à partir de la saison prochaine, a d'ailleurs annoncé cette semaine la rénovation de son stade Saputo, étendu à un peu plus de 20 000 places, avec quatre vraies tribunes.

L'organisation du championnat semble également de plus en plus lisible, et donc, par extension, crédible. Deux nouvelles franchises font leur apparition cette année à l'ouest –les Portland Timbers et les Vancouver Whitecaps– portant le total des participants à dix-huit. Le nombre sera porté à dix-neuf en 2012 avec la première participation de l'Impact, puis à vingt en 2013, avec une ultime franchise pas encore connue (on parle du retour des NY Cosmos avec Cantona ou de créations à Las Vegas ou encore à Detroit). Il reste donc encore deux saisons avant de stabiliser définitivement le championnat, selon les souhaits des dirigeants de la Ligue. Notons en plus la répartition géographique cohérente, avec des rivalités “historiques” propices à l'engouement populaire : exemples avec Seattle, Portland et Vancouver ou Nord-Ouest, San Jose et les deux clubs de la région de LA (Galaxy et Chivas) en Californie, Dallas et Houston au Texas, Toronto et bientôt Montréal au Nord-Est...

D'un point de vue strictement footballistique par contre, le niveau du championnat n'est pas encore à la hauteur de ses infrastructures. A la base, le système de formation n'est pas aussi performant. De plus, sur le plan des transferts, encore trop peu d'étrangers de haut niveau sont attirés. Il faut dire que les salaires restent très bas. A titre d'exemple, le Français Sébastien Le Toux (Philadelphie Union), pourtant très coté aux États-Unis, gagnait l'an dernier moins du dixième du salaire moyen d'un joueur de L1. Seuls de très rares “joueurs désignés” peuvent toucher un salaire n'entrant pas dans le cadre du salary cap. Et, à l'instar d'un David Beckham depuis 2007 ou d'un Thierry Henry la saison dernière, ils ne sont pas forcément toujours à la hauteur de leur réputation.


Du côté des Français d'ailleurs, le meilleur buteur de l'histoire des Bleus a été promu capitaine des Red Bulls et promet qu'avec une préparation d'avant-saison complète, il va cartonner. On ne demande qu'à le croire... Le buteur maison Juan Pablo Angel parti aux Galaxy rejoindre Becks et Donovan, l'attaque sera sous sa responsabilité. Sébastien Le Toux à Philadelphie a réussi une belle année 2010 et est très attendu. Aux Wizards de Kansas City, on notera la présence de Stéphane Auvray et au Colombus Crew celle de Leandre Griffit. Avec les arrivées de Didier Domi et Ousmane Dabo aux New England Revolution et celle d'Eric Hassli à Vancouver, la délégation française commence à compter (sans oublier l'arrivée prochaine de Montréal et de son effectif composé au tiers de Français, on en reparlera). Enfin, parmi les étrangers plus ou moins connus, outre ceux déjà cités, on peut évoquer les noms de Rafael Marquez et Teemu Tainio (NY Red Bulls), Faryd Mondragon (Philadelphie), Branko Boskovic et Charlie Davies (DC United), Andres “el condor” Mendoza (Colombus Crew), Blaise Nkufo et Kasey Keller (Seattle Sounders), Alain Rochat et Jay De Merit (Vancouver), le nouvel entraîneur Aaron Winter à Toronto ou encore l'ancien Marseillais et Parisien Andre Luiz à San Jose. La succession des Colorado Rapids, champion 2010, s'annonce plus ouverte que jamais.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25