Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

« En Norvège, ils ne jouent pas au ballon »

Christophe Psyché, 22 ans, un défenseur avec l'accent provençal à Løv-Ham, Adeccoligaen.

Modififié
Les pays nordiques sont à la mode chez les joueurs français.


C'est vrai. Je disputais un match amateur dans la région de Marseille il y a deux ans. Une personne est venue me dire qu'elle emmenait des joueurs à l'étranger. J'ai dit que ça m'intéressait. Il m'a mis en contact avec l'ancien international sénégalais Salif Diao qui m'a envoyé en Norvège. Un club avait besoin d'un défenseur central. J'ai donc commencé dans l'équivalent du National avant de rejoindre un club de Deuxième Division cette saison.

Il y a des intermédiaires qui recrutent dans les amateurs ?


C'était en DHR. J'ai été surpris lorsque j'ai reçu son appel. Il m'a expliqué que tous les joueurs de CFA étaient connus donc il cherchait dans les niveaux inférieurs. Le problème dans la région marseillaise, c'est qu'il faut déjà un « nom » pour jouer en CFA. Les entraîneurs n'aiment pas lancer trop de jeunes à ce niveau-là donc beaucoup se retrouvent plus bas. J'avais un peu de bouteille puisque j'ai fait la formation à Cannes avant de jouer à Consolat (CFA2) puis à l'US Marignane en CFA.

Sur la Norvège, tu partais de zéro ?


Une découverte totale. Je ne connaissais rien du tout. Heureusement que l'entraîneur de mon premier club était sénégalais. Pour la compréhension et l'entente, ça valait mieux. Côté football, c'est un autre monde. En Norvège, ils ne jouent pas au ballon, ils balancent. Bon, c'est moins mal cette année en D2.

Au moins, les défenseurs touchent le ballon.


Je n'aimerais pas être milieu de terrain là-bas... En début de match, le ballon circule un peu mais dès qu'une passe n'arrive pas, le jeu s'allonge. Il y a beaucoup de duels aériens, un combat physique comme en Angleterre. Je ne dirai pas que je m'amuse pour autant. Je ne peux pas généraliser parce que Rosenborg joue au ballon.

Des touches pour aller en D1 ?


Je me suis entraîné avec Lillestrom l'an passé mais en juin, j'ai eu une pubalgie qui m'a empêché de jouer pendant six mois. En tout cas, plusieurs personnes m'ont confirmé que la Norvège est un bon tremplin vers l'Angleterre. C'est mon but. Pas de chance, on a mal commencé le championnat et je crains que l'avant-dernier de la D2 norvégienne n'intéresse pas grand-monde.

Une chance de remonter au classement malgré votre départ raté ?


Notre coach avait des problèmes personnels, il est parti car il voulait prendre une équipe plus proche de chez lui, vers Oslo. Son adjoint a repris l'équipe : on reste sur un nul et quatre défaites. Je pense qu'on peut remonter mais ça sera dur. J'ai fait dix matches sur onze.

Parle-nous de Bergen, la ville où joue ton équipe.


C'est pile au milieu du pays, vers l'ouest. Je ne parle pas la langue donc je ne sais pas grand-chose de la vie locale. Je sors peu. Mes journées sont basiques : gym le matin, ensuite je me promène, je traine mais la ville n'est pas très grande. Il pleut beaucoup. Bergen est la ville de Norvège avec le plus de précipitations. Je n'ai pas eu une semaine sans pluie depuis que je vis ici. Je passe beaucoup de temps sur mon PC et devant la télé. Le reste de la journée passe vite car on s'entraîne en milieu d'après-midi, à 16 heures.

Tu connais Brann, l'autre club de la ville ?


Il n'y a pas de rivalité entre nous car les gens ne connaissent pas trop notre club. Les francophones que j'ai croisés ici ne connaissent que Brann. De toute façon, les Norvégiens ne s'intéressent pas trop au foot. Eux, c'est le handball et les sports de neige. Moi, le peu de sport que j'ai vu ici, ce sont de jeunes basketteurs.

Les Norvégiens sont-ils accueillants ?



Pour moi, ce n'est pas le cadre idéal car la mentalité est totalement différente. Mais les gens ne sont froids qu'au début. Lorsque tu as fait connaissance, ils ont agréables et sympathiques. Surtout les femmes. Pour être charmantes, elles le sont !

La suite ?


J'ai toujours envie d'Angleterre. Je suis un défenseur dur sur l'homme, bon dans les duels et la relance, assez rapide. Mon profil peut convenir à des clubs de Deuxième ou Troisième Divisions. De toute façon, je ne vise pas la Premier League. J'ai aussi un contact indirect avec un club portugais. J'aimerais bien quitter la Norvège.

Surtout que la vie est chère ?


En France, tu paies 50 centimes pour une canette du soda, bien ici c'est 2 euros. La vie quotidienne est vraiment chère. Bon, je suis quand même sorti deux ou trois fois par mois lorsque je vivais à Oslo, au début.

Jouer au foot pendant que tes potes sont en vacances, c'est pénible ?


La saison décalée des pays nordiques, c'est relou. Pendant que ma famille est en vacances en Martinique, je reste dans le froid. Nos vacances, c'était en novembre et décembre. J'aurai seulement une semaine à partir du 4 juillet. J'ai prévu de rendre visite à mes proches à Paris.

Mickaël Osganian

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17