1. //
  2. // Bilan 2014/2015

En Italie, au mois d'août, on pensait que...

En Italie, comme partout ailleurs, on s'imaginait beaucoup de choses à la sortie de l'été. Comme un triomphe romain ou napolitain, une remontée milanaise ou un essoufflement du vieux Luca Toni. Mais à l'image d'un film de Martin Scorsese, le scénario s'est rarement déroulé comme on l'avait prédit. La preuve par dix.

6 5

... Rudi Garcia soulèverait son premier Scudetto

Conte qui démissionne en plein été, un recrutement jugé timide et une équipe vieillissante. Au mois d'août, une chose est sûre, personne ne voyait la Juventus boucler sa saison avec 17 points d'avance sur la Roma. Cette année, les spécialistes le sentaient, le Scudetto allait revenir à la Louve et son génie d'entraîneur français. Partis en trombe, les Giallorossi ont commencé à accuser le coup après la rouste infligée par le Bayern en Ligue des champions (7-1 à l'Olimpico) avant de sombrer définitivement après les fêtes au terme d'un mois de janvier catastrophique. Une aubaine pour la Juve qui, en vieille femme expérimentée, ne s'est pas fait prier pour larguer ses poursuivants dès l'hiver.

... Inzaghi révolutionnerait le Milan

Clarence Seedorf avait tenté le coup après le limogeage de Max Allegri et n'avait pu récolter que 35 points en 19 journées. Insuffisant pour Galliani et Berlusconi qui décident de confier les clés à Pippo Inzaghi pour la saison 2014/2015. Le recrutement estival est encourageant (Alex, Diego López, Ménez...), les premières journées également, mais, rapidement, l'engouement retombe et San Siro se remet à gronder. À la trêve, Milan est 7e et peut encore espérer s'accrocher au wagon européen. Malheureusement, la seconde partie de saison est épouvantable (trois défaites et un nul en janvier) et les Rossoneri doivent se résoudre à la 10e place. Malgré toute la bonne volonté du monde, Pippo ne fut jamais « Super » . Et la Lombardie attend toujours son messie.

... Naples finirait tranquillement sur le podium, entre la Juve et la Roma

Comme au tiercé, on savait que les trois allaient arriver en tête, mais pas dans quel ordre. Dix mois plus tard, on se retrouve avec un deux sur trois et une belle surprise sur le podium. Contre toute attente, le Napoli s'est fait chiper sa place par une séduisante Lazio, plus fraîche et surtout plus combative. Avec à sa tête un entraîneur spécialiste en la matière, Naples aurait pu se rattraper sur la Coupe d'Europe. Même pas. Les Partenopei se sont fait sortir par le Dnipropetrovsk en demi-finale de Ligue Europa et terminent donc l'année cinquièmes avec un océan de regrets à éponger. Naples avait les armes, mais visiblement pas l'envie. Espérons que le successeur de Benítez ramène un peu de rigueur en Campanie.

... Parme pourrait accrocher l'Europe

Sixième l'an passé avec, déjà, Donadoni aux commandes, Parme a rejoint la dernière place dès la première journée de championnat pour ne plus jamais la quitter par la suite. C'est l'histoire d'un club qui tombe, qui tombe, qui tombe... La suite, on la connaît tous. En plus d'être relégué en Serie B, Parme est officiellement déclaré en faillite le 19 mars dernier pour cause de déficit financier avoisinant les 200 millions d'euros. Un mois plus tard, le club est mis en vente pour une vingtaine de millions, mais n'a, à ce jour, toujours pas trouvé de repreneur. Ironie du sort, Parme trouve tout de même les ressources mentales pour battre la Juve et Palerme au mois d'avril. Deux succès qui ne changeront rien à la destinée d'un club désormais loin, très loin de l'Europe.

... Gervinho et Iturbe mettraient un peu plus que deux buts en championnat

À l'image de la saison décevante du club, l'avant-garde romaine ne fut pas en réussite cette année. Acheté à prix d'or (22 millions hors bonus) au Hellas Vérone l'été dernier, Juan Iturbe devait être l'une des révélations du championnat italien. Manque de bol, le jeune Argentin de 21 ans n'a jamais réellement trouvé sa place dans l'effectif romain et a souffert de la concurrence perpétuelle avec Totti et Gervinho à la pointe de l'attaque. Résultat : deux buts pour quelque 27 apparitions en Serie A. À sa décharge, son collègue ivoirien, pourtant pilier de l'effectif de Rudi Garcia, ne fut guère plus réaliste. Sauf que lui ne restera pas comme l'un des transferts les plus onéreux de l'histoire du club.

... Allegri enverrait Pirlo sur le banc, comme à Milan


Quand Max Allegri débarque dans le Piémont quelques heures après le départ d'Antonio Conte, les tifosi juventini tirent la gueule. Et pour cause, l'homme chargé de conduire le navire bianconero s'est fait virer du Milan six mois plus tôt et traîne derrière lui quelques casseroles. Comme celle d'avoir volontairement écarté Pirlo du groupe rossonero sous prétexte qu'il n'entrait plus dans ses plans. Mais dès sa première conférence de presse turinoise, Max a tenu à mettre les choses au clair : « J'ai un excellent rapport avec Andrea. Je n'ai jamais remis en question ses qualités. » Dommage, Pirlo se blesse dès l'été, mais retrouve sa place dans le onze sitôt remis d'aplomb. Indétrônable dans son rôle de regista, le bel Andrea a retrouvé toute la confiance d'Allegri, en témoigne sa place de titulaire en finale de Ligue des champions, hier, face au Barça.

... Djordjevic allait s'imposer durablement à la Lazio

Après six belles saisons passées à fouler l'herbe verte (et jaune) de la Jonelière, Filip Djordjevic a voulu s'offrir un nouveau challenge. On l'aurait bien vu en Angleterre, lui a choisi l'Italie. Et la Lazio. Riche idée, sachant qu'en attaque, Klose commence à prendre de l'âge et que la jeune génération peine à marquer les esprits. Dès lors, Filip avait tout pour s'imposer et gagner le cœur des tifosi. Mission accomplie... en partie. La première moitié de saison est convaincante. Le Serbe est régulièrement titulaire et inscrit même un triplé contre Palerme fin septembre. Puis arrive février et cette fracture de la malléole qui le tient éloigné des terrains pendant pratiquement trois mois. Entre-temps, un autre Philippe (Anderson) explose et lui vole la vedette. Foutu Brésilien.

... Kingsley Coman serait le nouveau Pogba

Si on n'en était pas complètement certains, on l'espérait. Arrivé du Paris Saint-Germain au milieu de l'été où il avait joué seulement 38 minutes en Ligue 1 l'année précédente, le jeune Kingsley pensait trouver davantage de temps de jeu chez le champion italien. Si l'expérience de Tévez, Llorente et l'explosion de Morata lui ont rapidement barré la route, le Français a tout de même été titularisé six fois par Allegri cette saison, pour treize entrées en jeu. Certes, on n'a pas encore décelé le génie de son aîné dans son jeu, mais une chose est sûre, cette année italienne fut bénéfique au petit Coman. Bien encadré par Pat' Évra et Paul Pogba, l'ancien Parisien a continué d'apprendre le métier à l'ombre du show-business. Un retour en Ligue 1 durant l'été (pour encore plus de temps de jeu ?) n'est pas à exclure.

… les clubs italiens accrocheraient, au mieux, un huitième de Coupe d'Europe

Outre l'incroyable parcours de la Juventus en Ligue des champions (combien auraient prédit une finale au mois d'octobre, hein ?), ce cru européen 2014/2015 fut d'excellente facture pour l'ensemble du football italien. À l'exception de la Roma qui s'est logiquement fait sortir de la Ligue des champions au premier tour, Naples, l'Inter, la Fiorentina et le Torino ont tous accrochés, au moins, les huitièmes de finale de Ligue Europa. Avec deux clubs en demies de C3 (Naples et Fiorentina) et un en finale de C1, le coefficient italien augmente et retrouve une seconde jeunesse. Regain de tension à confirmer dès la saison prochaine.

... Lichtsteiner s'énerverait un peu moins sur le terrain

Stephan Lichtsteiner cette saison, c'est : plus de 4000 minutes jouées, 3 buts, 11 cartons jaunes, 1 rouge et 8323 coups de gueule. Vu la saison de la Vieille Dame, on pensait très honnêtement que le Suisse allait mettre un peu d'eau dans son vin. Raté. Qu'il se fasse tacler, bousculer, effleurer ou sortir en cours de match, le latéral droit a toujours la même réaction : 1) Le visage se crispe 2) La tête fait des hochements frénétiques de droite à gauche 3) Le ton monte et 4) Les insultes partent. Stephan Le Foll.



Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
J'aime plutôt bien les sconses en temps normal. Mais celui sur la tête de Pogba, non.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Que l'udinese allait faire une bonne saison.
Que zamparini aurait virer ses entraîneurs tout les 5matchs
Que le recrutement de la lazio était intelligent
Que mazzari aller faire jouer l'inter comme son napoli
Que conte démissionnerais de son poste de sélectionneur car il nas pas les stages qu'il veut dureeplys de jours avec les joueurs
Que cesena empoli descendrai en B
Que le pharaon n'aurait plus de blessure
Que biabiany ferait une 2saison d'affilé enorme...va t il rejouait un jour....
Que 20m sur morata c'est beaucoup ...
21 sur iturbe c'est beaucoup
Napoli se qualifieront contre bilbao
Que cette élimination plomberai leur saison...oui/non

Fabrizio Salina Niveau : CFA2
Que Sofoot écrirait un nombre d'article raisonnable sur ce championnat.
Personnellement je savais que Inzaghi à Milan ce serait un énorme bide et que l'AC ferait une saison de merde. En revanche je pensais aussi que la Juve lâcherait du leste avec le départ de Conte.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Je veux pas dire, mais "Le loup de Wall Street", j'avais deviné à peu près tout le scénar.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 5