Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 12e journée

En attendant le Clasico

Le double championnat espagnol continue. Celui des gens normaux (13 équipes en 11 points) est équilibré. Celui des surhommes (Real et Barça) tourne à l'indécence. Vivement le 29 novembre, que les deux géants redeviennent humains. Compte-rendu de la dernière journée pré-clasico.

Modififié
Almeria 0- Barça 8 : et la tendresse ? (17' Messi, 18' Iniesta, 27' Acasiete csc, 35' Pedro, 37' Messi, 63' Bojan, 67' Messi, 73' Bojan)

Pas de suspens à Almeria. Le 11 de Pep est conditionné par le Clasico de lundi prochain. Piqué risque une suspension s'il est averti et Busquets se remet de son match contre le Portugal mercredi dernier. Les deux lascars sont donc sur le banc en attendant des jours meilleurs. Le premier est remplacé par Fontas, made in la Masia, et le second par Mascherano. Néanmoins, comme l'a dit un jour Pep, « la Liga, c'est la mère de toutes les batailles » . Alors même si en face, c'est Almeria et sa dix-huitième place, Noël c'est pas pour tout de suite. Donc Xavi, Iniesta, Villa et Messi ont pour mission de régler l'histoire rapidement.

Au bout de 37 minutes, le Barça a frappé 8 fois et marqué 5 fois. C'est à ce moment précis que l'admiration pour la fluidité du jeu catalan se change en peine pour Juanma Lillo et son équipe. Messi plante son 8ème hat-trick, son 101ème but en Liga, son 15ème en 9 matchs, son 69ème en 70 matchs. La Pulga est un monstre et tout ce qu'il touche se transforme en but. 5-0 à la mi-temps. Mais Pep aime trop Lillo pour s'arrêter là et lever le pied. Thiago, Keita et Bojan remplacent Xavi, Iniesta et Pedro en deuxième mi-temps et le calvaire andalou continue. Même Bojan a le temps de mettre un doublé. A la fin ça fait 8-0 pour le Barça, mais c'est Pep qui est au bord des larmes. Son ami Lillo était menacé avant le match. Il vient de l'achever. L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Video des buts

Real Madrid 5 – Athletic Bilbao 1 : l'autre Clasico (19' Higuain, 29' Ronaldo, 40' Llorente, 57 Ramos (P), 62' Ronaldo, 92' Ronaldo (P))

Drôle de match à Bernabeu. Bilbao est de loin le meilleur adversaire à être passé par la capitale espagnole en Liga mais en a quand même pris 5. Le Real a souffert contre les Basques, vibe du moment et pas loin d'avoir les meilleurs jeunes espagnols dans leurs rangs. Susaeta et Llorente se sont promenés sur le milieu de terrain madrilène. Mais les Basques bondissent un peu trop et ratent souvent. A la fin du match c'est 6 frappes cadrées de chaque côté mais 5-1 pour le Real. Spéciale dédicace pour CR7 et son triplé et Pipita à la 19ème minute qui plante un but (le premier du match) plein de rage et de sueur. Encore un.

Mais le Real du mois de novembre n'est plus la muraille du mois d'octobre. Si les Madrilènes attaquent comme toujours, à grands coups de fusil verticaux dans les espaces, ils défendent comme l'année dernière. Pepe et Carvalho ont beau parler la même langue, ils ont du mal à se comprendre dans l'axe. Llorente et Susaeta en ont bien profité. Merci aux 5 interventions miraculeuses de San Iker, redevenu le meilleur joueur du Real. Ce qui n'est pas vraiment une bonne nouvelle pour Mourinho (assis au premier rang). Pire, l'équipe est systématiquement coupée en deux lors des phases défensives : 6 derrière qui bossent et 4 devant qui attendent. « On verra si le Barça nous en met 8 aussi... » fanfaronne Ronaldo juste après le match. C'est ça gros, on verra bien.

Vidéo des buts

[page]
L'autre Liga : Villarreal toujours leader

Match à la con pour le derby valencian et c'est la faute à Unai Emery, l'entraîneur de Valence. Avec une formation en 5-4-1, l'équipe Ché avait une seule intention : ne pas paniquer en défense à Villarreal. Résultat : Villarreal 1– Valence 1, 12 jaunes et 2 expulsions. Pendant ce temps-là c'est l'Espanyol qui se promène contre Alicante (Espanyol 3– Hercules 0) et se glisse à la quatrième place, en Champions League, à la faveur d'une série de 6 victoires consécutives à domicile. Pochetino, meilleur entraineur de Liga ?

Le gros coup de la journée, c'est pour Mallorca et l'Atletico. Les Sévillans ont couru derrière les Mallorquins pendant tout le match. L'équipe de Michael Pereira (qui met le premier but) gagne 3 places et se retrouve à deux points de l'Europe. Sevilla 1 – Mallorca 2. La Real Sociedad était presque invincible à domicile (5 matchs, 4 victoires et 1 défaite injuste contre le Real). D'ailleurs, le club de San Sebastian a mené pendant une heure. Mais à l'Atletico, il y a Forlan et le gendre de Dieu. Résultat, 20 dernières minutes de folie, une égalisation de Forlan, un doublé d'Aguero et un péno de Simao. Real Sociedad 2- Atletico 4. Les Colchoneros reviennent en Europe (6ème ) et Séville gicle à la 7ème place, la pire.

En bas, l'enfer

En bas, Osasuna et Levante se rassurent. Les Navarrais rapprochent un peu plus le Sporting Gijon de son destin. L'équipe de Preciado ne gagne plus depuis le 17 octobre et se sauve des postes de relégation grâce à une meilleure différence de buts. Osasuna 1 – Sporting 0. Le Racing, lui, sombre un peu plus et prie pour que le Real lui prête Sergio Canales en décembre et avant qu'il ne soit trop tard. Levante règle le problème en première mi-temps. Levante 3 – Racing Santander 1. La Galice va mieux depuis que le Deportivo La Corogne est ressuscité. L'équipe de Lotina enchaîne sa troisième victoire en 4 matchs et s'éloigne du gouffre. Malaga et son nouveau coach Manuel Pellegrini n'ont pourtant pas été si mauvais que ça. Mais 2 buts sur 3 sur coups de pied arrêtés, c'est 2 de trop. : Deportivo 3 – Malaga 0.
Pour les plus accrocs, lundi soir en prime time Getafe (13ème) reçoit Saragosse (20ème). A vos magnétoscopes.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
City explose Fulham