1. // Ligue Europa – PSG/Dortmund

En attendant l'OM

Trois jours avant la venue des Marseillais, le PSG reçoit les ressuscités du Borussia Dortmund. Une victoire validerait la qualification et regonflerait un capital confiance (un peu) érodé.

Modififié
0 0
Deux semaines après la plaisante première confrontation entre les deux formations au Westfalenstadion, où les Parisiens étaient parvenus à arracher un résultat nul mérité dans les dernières minutes (1-1), c'est maintenant au tour du Parc des Princes d'accueillir ce deuxième match. Un match qui peine à séduire, car mal placé dans le calendrier, à trois jours du PSG/OM. Il a son importance pourtant, puisqu'il peut permettre aux hommes de Kombouaré d'assurer définitivement leur qualification pour le prochain tour en cas de victoire. Il peut aussi servir à emmagasiner de la confiance avant le choc de dimanche soir, après deux fausses notes consécutives en championnat (la défaite face à Auxerre, le nul à Montpellier). Surtout, il est raisonnable d'espérer un beau spectacle sur le pré parisien ce soir, entre deux équipes joueuses.

PSG : moins de certitudes

Côté parisien on l'a dit, le match vient à point nommé pour tenter de renouer avec la victoire. Car fidèle à ses vieilles habitudes, si l'équipe scintille lors des matchs de coupes (Europa Cup, donc, mais également la Coupe de la Ligue avec la belle victoire à Gerland la semaine dernière), elle semble un brin coincer en championnat. Et déjà le spectre du vilain mois de novembre fatal aux ambitions du club de la capitale commence à poindre. Antoine Kombouaré semblait pourtant avoir trouvé la bonne formule pour conjurer le sort, mais des doutes apparaissent à la vue des dernières prestations. Défensivement, ça semble un peu moins costaud qu'il y a un mois, avec notamment un Jallet en difficulté à Montpellier et une petite hésitation sur le compère de Sakho en charnière centrale (Armand ou Camara ?). Au milieu, on peine à trouver la bonne formule de récupérateurs, avec quatre candidats pour deux places (Makélélé, Chantôme, Clément, Bodmer). Offensivement surtout, l'association Erding/Hoarau, si séduisante sur le papier, tarde à confirmer. Le manque flagrant de confiance du premier en début de saison a contaminé le second, qui n'a pas planté le moindre but en compétition depuis près de deux mois. Quelques motifs de satisfaction tout de même : la question de la hiérarchie des gardiens réglée avec classe par Greg Coupet, l'assurance nouvelle de Sakho, la réussite actuelle de Giuly, le départ de Kezman. Fidèle à ses habitudes, le coach parisien devrait profiter de ce match en semaine pour panacher une équipe bis, avec des indéboulonnables (Sakho, Nenê, Erding) et des joueurs à la relance et/ou des remplaçants habituels (Ceara, Clément, Sessegnon, Luyindula). Avec des matchs tous les trois jours et avant le rendez-vous important de dimanche, il n'a pas trop le choix.

Götze, l'artiste allemand

En face, le Borussia Dortmund, en très grande forme, a réussi à ravir ce week-end la première place de la Bundesliga en allant battre sur son terrain le précédent leader, Mayence. Une victoire qui ne souffre d'aucune contestation, la bande à Jürgen Klopp ayant fourni une prestation dans la lignée de ce qu'elle montre cet été, avec du jeu rapide en mouvement, à terre, des débordements et un pressing de tous les instants. Pour l'adversaire, il y a cette désagréable sensation que le danger peut venir de partout et à tout moment. Une sorte de Werder Brême des dernières saisons, la solidité défensive en plus.
Car oui, non content de figurer comme la meilleure attaque actuelle d'Allemagne, Dortmund figure aussi en tête au classement de la défense, avec seulement sept buts encaissés en dix journées. Le gardien Weidenfeller est un des acteurs majeurs de cette belle statistique. Lui qui va très prochainement fêter ses 200 matchs de championnat avec le Borussia est dans la forme de sa vie ; il a notamment contribué à la victoire des siens à Mayence en stoppant magnifiquement un pénalty.

Parmi les autres individualités à retenir de cette très jeune équipe (moins de 24 ans de moyenne), il faudra surveiller tout particulièrement la révélation japonaise Kagawa, le poison paraguayen Lucas Barrios, l'international turc Nuri Sahin et surtout le grand espoir allemand Mario Götze, aux performances exponentielles (un but et une passe décisive ce week-end). Moins glamour mais néanmoins très important, le retour de suspension de Marcel Schmelzer en défense. Il devrait donc y avoir l'équipe type d'alignée du côté des Allemands, qui n'ont plus trop le choix : il leur faut gagner pour continuer à espérer. Ça promet.

Régis Delanoë

Lire aussi : Que vaut vraiment Dortmund ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0