En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 36e journée
  3. // Sienne/Fiorentina

Emeghara, la fougue de l’innocence

En mal de temps de jeu à Lorient, Innocent Emeghara est parti cet hiver en Italie, du côté de Sienne. Depuis lors, l’attaquant suisse affole les compteurs, au point, un temps, d’avoir fait entrevoir le maintien au club toscan. Portrait de la révélation de cette seconde partie de saison en Serie A.

Modififié
« Malheureusement, on oublie trop souvent que le football est un jeu. Emeghara, lui, est comme un enfant. Ce qui m’a frappé, c’est sa joie de jouer au football. Et puis son sourire, son insouciance. Trop souvent, on se prend trop au sérieux. Lui est arrivé à Sienne comme un gamin, avec une énorme envie. Selon moi, il donne une très belle image du football, il joue pour s’amuser.  » Massimo Mezzaroma, président de Sienne, est comme émerveillé devant l’attitude d’Innocent Emeghara. Il a de quoi : depuis son arrivée en janvier, l’attaquant suisse a claqué 7 buts en 14 matchs, faisant même sortir momentanément son club de la zone rouge. Une remontée qui relevait alors de l'inespéré, comme l’apport d’un joueur sur lequel on ne misait pas grand-chose. Mais s'il s'éclate aujourd'hui sur les prés, c'est peut-être simplement pour rattraper le temps perdu.

La pauvreté au Nigéria, le foot en Suisse, les emmerdes à Lorient

Natif de Lagos, capitale du Nigéria, Emeghara grandit dans un petit village à une trentaine de kilomètres de là, Obibi. Lui qui n’a jamais connu son père – décédé avant sa naissance – vit le quotidien de millions d’enfants du tiers-monde : il marche une heure pour se rendre à l’école, le ventre vide, et rentre tard le soir pour ne pas trouver davantage de nourriture sur la table. Les temps changent à ses 13 ans, lorsqu’il rejoint sa mère en Suisse, où elle s’était installée deux ans plus tôt en compagnie de son nouveau mari. Le jeune Innocent, qui ne tapait la balle que dans la cour de récré jusque-là, s’inscrit alors dans un club de football. Son évolution est rapide, il passe pro au sein du club de Winterthur, puis rejoint les Grasshoppers à l’été 2010. Après une première saison réussie dans l’élite suisse (33 matchs, 9 buts) et un brillant parcours à l'Euro U21 (les Suisses perdront en finale face à l'Espagne), il est enrôlé par Lorient, qui se déleste de 2,5 millions d’euros pour s’offrir ses services. Dans la continuité de sa dernière saison, Emeghara réalise de bons débuts en France. Souvent aligné titulaire par coach Gourcuff, il perd cependant sa confiance au fil des matchs, et ne débute plus aucune rencontre à compter de mars. Pas de quoi évoquer une sale saison (27 matchs, 5 buts en championnat), mais les choses vont aller en s’empirant durant l’été. Parce qu’à cette période, Emeghara est appelé à disputer les Jeux Olympiques de Londres avec la sélection suisse.

« Le club ne voulait pas que j’y aille. Mais c’était mon rêve de gosse, je ne pouvais pas laisser passer cette occasion. J’y suis allé, mais à mon retour, j’ai été mis à l’écart du groupe  » racontait-il récemment au Corriere dello Sport. Pour sa désobéissance, Emeghara est donc mis de côté. De la première partie de cet exercice, le petit attaquant ne foule d’ailleurs qu’une seule fois les prés de L1. C’était à Valenciennes, le 20 octobre dernier, date de la plus grosse raclée des Merlus (6-1). Emeghara y a disputé un match pourri, témoignant de son malaise en Bretagne : rentré à la 72e minute de la rencontre, il est sorti trois minutes plus tard, expulsé. Une nouvelle fois rejeté du groupe pro, il se retrouve alors à disputer quelques rencontres avec l’équipe réserve, en CFA. Dur, pour un jeune talent de 23 ans. Un jeune homme qui entrevoit logiquement, avec l’intérêt de Sienne durant le mercato hivernal, un moyen de se relancer.

Gamin surexcité à Sienne

Il aurait pu s’engager avec le Shanghai Shenhua et remplacer Drogba – « mais j’étais trop jeune pour partir en Chine » – il a préféré la Toscane et la Serie A. Prêté pour six mois avec option d’achat fixée à 3 millions d’euros, Emeghara y découvre un effectif déprimé. Normal, Sienne est relégable, et on pronostique déjà la descente du club en Serie B. Un marasme dont l'attaquant profite pour se mettre en valeur d'emblée : coach Iachini, qui avait donné son feu vert pour le transfert après avoir visionné quelques dribbles sur DVD, lui accorde directement sa chance en pointe de son 4-3-2-1. Soutenu par l’inventif Rosina, son principal pourvoyeur de ballons, le Suisse cartonne, et claque quatre réalisations sur ses quatre premières sorties. Sympas, comme débuts. Surtout dans un championnat qui lui est inconnu, et que l’on décrit comme difficile pour les avant-centres. « Sur le terrain, mais surtout dans la surface, il est nécessaire de savoir où aller. Si tu as de la vitesse et une intelligence footballistique, c’est difficile pour les défenseurs d’anticiper » explique-t-il, serein, dans le Corriere.


De fait, Emeghara pose énormément de problèmes à ses vis-à-vis : par sa vitesse, sa mobilité, ses appels dans le dos de la défense. Roublard, il possède également un timing impeccable dans le jeu aérien, en dépit de son petit mètre 70. Le joueur du genre complet, du genre à mériter l’étiquette de « plaie » pour un défenseur. Son réalisme – il présente l’un des tout meilleurs ratios tirs tentés/buts – et ses réalisations décisives face à des clubs de tout niveaux – il a tant puni l’Inter ou la Lazio que Pescara ou Palerme – ont permis à Sienne de connaître un regain de forme momentané dans la dernière ligne droite du championnat. A ces statistiques flatteuses, le buteur joint aussi un enthousiasme débordant, voire un certain sens de l'humour, lui qui a porté deux crampons de marques différentes face à la Lazio. Le genre de choses qui plaît aux clubs les plus huppés de la Botte.

Retour en France ?

Loïc Féry, président de Lorient, a confirmé ces prises d’informations auprès de Tuttomercatoweb. Mais bizarrement, il n’a pas fermé la porte à un éventuel retour en Bretagne : « Je suis content de ce que fait Innocent. Pourquoi n’a-t-il pas fait aussi bien chez nous ? Pour différents paramètres, de ceux qui empêchent parfois certains joueurs de s’exprimer au mieux. Mais ses qualités sont indiscutables. Il plaît à beaucoup de clubs, ils sont déjà nombreux à nous avoir contactés. Mais il pourrait tout aussi bien revenir chez nous, surtout si nous nous qualifions pour l’Europe. Je pense même que ça se passera comme ça. Ça me plairait de revoir Innocent à Lorient.  » Le président oublie certainement qu’avec son option d’achat, c’est Sienne, qui a la balle dans son camp. Bien qu’en difficulté financière et sur le point de descendre – ses trois dernières défaites le condamnent quasiment – le club ne devrait pas se poser de question pour lever l'option, et ensuite vendre le joueur à meilleur prix. Et puis, au fond, à quoi rimerait un retour en Bretagne ? Tous les spécialistes s’accorderont pour dire qu’il ne vaut mieux pas troubler un gamin épanoui...

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9