Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Transfert de Neymar

Embrasser le bourreau

Alors qu'on lui reprochait souvent de ne pas être assez décisif, Neymar sortait le plus grand match de sa carrière le 8 mars dernier en Ligue des Champions. Contre qui ? Contre le PSG, obsédé et hypnotisé par son bourreau au point de monter le transfert le plus fou de l'histoire pour en faire sa superstar.

Modififié
Tricoteur, joueur Youtube, pas adapté à l'Europe... Il y a quatre ans, Neymar sortait la grand voile et traversait l'Atlantique avec une pelletée d'étiquettes scotchées dans le dos. Rien de bien original, le paquetage habituel de tous les petits cracks made in Brasil à qui on demande de prouver qu'ils ne sont pas que des otaries bonnes à jongler avec n'importe quoi. Après avoir vu le gamin à l'oeuvre avec le Barça, les observateurs en étaient arrivés à cette conclusion sans appel : OK, Neymar est vraiment fort. Mais ces mêmes observateurs, toujours là quand il s'agit de juger des joueurs avec le même empressement qu'un maraîcher en train de comparer les légumes à Rungis, continuaient à faire la fine bouche.


Neymar sait dribbler, passer, marquer ? Il leur en fallait plus, et un nouveau mot magique fleurissait ici et là sur les lèvres bavardes : décisif. Neymar ne le serait pas assez. Compliqué, quand on prétend être un grand joueur ! Faire des grigris contre Gijón, ça épate peut être les gosses à crêtes, mais où est le Brésilien quand il s'agit de faire trébucher les grands d'Europe ? Jusqu'au 8 mars 2017, la capacité de Neymar à être un général de guerre était discutable, et donc discutée. En bref, au moment d'avoir les épaules larges, le Barça devrait plutôt compter sur son M et sur son S que sur son N. Soit. Mais le match contre Paris au Camp Nou, celui qu'on appelle désormais la remuntada sans que personne n'ose demander de quoi on parle, Neymar a fermé quelques clapets. Et le PSG, en plein syndrome de Stockholm post-traumatique, vient s'enrôler l'homme qui a mis tout le projet qatari plus bas que terre il y a cinq mois.

L'anti-Danton


Inutile de rejouer la scène du crime encore et encore. En l'espace de 90 minutes, Neymar a souillé le PSG comme jamais le club parisien ne s'était fait souiller. Buteur, passeur, provocateur de péno, Neymar était cet homme juché sur son cheval blanc qui pointait toujours son épée vers ses ennemis à la 88e minute alors que Barcelone avait encore trois buts à marquer. Dix minutes plus tard, Neymar avait planté les deux premiers avant de filer la dernière passe décisive à Sergi Roberto. Terminé bonsoir. Paris, c'était plus facile que Gijón. Dans un monde normal, le club terrassé, ses dirigeants, ses fans et ses joueurs auraient fait de leur bourreau un homme honni. Une pourriture qu'ils voudraient voir mourir, contre qui on a envie de monter des plans, d'échafauder des vengeances.


Mais dans le monde du PSG version qatarie, on paye plus cher que le prix estimé du Parc des Princes pour le faire venir dès le mercato qui suit. Comme si, une fois devenu millionnaire, le petit à lunettes du collège payait une fortune pour que les loubards qui le victimisaient dans la cour de récré viennent habiter avec lui. Et on imagine déjà la scène d'un Neymar débarquant tout sourire pour la première fois dans le vestiaire parisien aller dire bonjour à Kevin Trapp et à Thomas Meunier, avec les yeux rieurs et l'air de dire : « Remember me ? » Le 5 avril 1794, Georges Danton montait sur l'échafaud et lançait à celui qui allait le guillotiner un insolent : «  Bourreau, tu montreras ma tête au peuple, elle en vaut la peine. » Aujourd'hui, encore abîmé par le supplice du 8 mars, Paris fait de son tortionnaire sa coqueluche. Le projet qatari, à l'arrêt la saison dernière, a une curieuse façon de mener sa révolution.





Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 45 minutes Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur