1. // Equipe de France Féminines
  2. // Euro 2013

Elodie Thomis : « Pulvériser notre record de victoires »

Mercredi, les Bleues ont explosé le Pays de Galles (4-0) pour le compte des éliminatoires de l’Euro 2013 grâce, notamment, au triplé d'Elodie Thomis. Formée à Clairefontaine et joueuse cadre de l’Olympique Lyonnais depuis 5 ans, elle raconte l’ambiance qu’il règne au sein de l’Equipe de France et fait part de ses ambitions pour les prochaines échéances, en club comme en sélection.

Modififié
0 2
Elodie, peux-tu nous rappeler ton parcours avec l’Equipe de France ?

J’ai débuté à Epinay-sur-Seine, ensuite j’ai joué avec Colombes. Je suis rentré à Clairefontaine à 17 ans, j’y suis restée quatre ans. Après le CNFE, j’ai signé deux ans à Montpellier et là depuis cinq ans, je suis à l’Olympique Lyonnais. J’ai également 70 sélections en Equipe de France.

Justement, parlons de l’Equipe de France. Avec les matches restants face à l’Irlande et l’Ecosse dans les éliminatoires pour l’Euro 2013, on peut dire que la qualification est assurée ?

Oui elle est quasi-assurée. Mais je pense que les matches restants, on les prendra au sérieux comme on l’a fait précédemment. On ira chercher le maximum de points. On aimerait pouvoir continuer à pulvériser notre record de victoires. C’est important, il y a toujours des challenges.

C’est comment l’ambiance au sein de l’effectif des Bleues ?

L’ambiance est super bonne et ça se ressent sur le terrain. Notre groupe vit bien ensemble, le coach tâche de faire pas mal d’activités pour couper du foot par moment en mettant une ambiance festive dans l’équipe. La dernière fois, on a fait du kart et du quad toutes ensemble. Des fois il y a des petites sorties découvertes. A Caen, on est parties visiter le Mémorial. Ce sont des petits moments où on pense à autre chose qu’au football.

Qu’as-tu pensé de ta prestation personnelle ?

J’ai joué avec mes qualités. Je suis assez satisfaite car j’avais un petit manque de confiance en moi ces derniers temps et elle est revenu sur ce match-là. Et marquer des buts, ça met toujours du baume au cœur.

Avec ces récents résultats, tu penses que vous avez un coup à jouer aux JO ?

Depuis la Coupe du Monde, notre statut a vraiment changé. Maintenant on est plus regardées, on a confiance en nous. On sait qu’on a une équipe capable de faire tomber n’importe quelle grande nation. Aujourd’hui on peut dire qu’on fait partie des grosses nations du monde grâce à nos prestations. C’est clair qu’aux Jeux Olympiques, on ne partira pas en outsider.

Les Etats-Unis viennent de l’emporter 3 buts à 0 face au Brésil en Kirin Cup, elles sont si fortes que ça les américaines ?

Physiquement, c’est costaud, elles posent pas mal de problèmes. Après nous, quand on les a jouées en Coupe du Monde, on a pu les contrer par notre technique. Mais c’est clair que physiquement, elles sont un cran au-dessus. Après les brésiliennes c’est un peu compliqué pour elles car je sais qu’elles n’ont pas énormément de matches dans l’année, et jouer des matches ensemble, c’est le plus important pour faire de bons résultats.

Tu as déjà eu des propositions pour aller jouer aux USA ou à l’étranger ?

Oui j’en ai déjà eu, j’en ai encore, mais je suis à l’Olympique Lyonnais, un club qui m’a beaucoup aidée. Personnellement, partir à l’étranger c’est cool mais je me dis qu’ici à Lyon, on a tout ce qu’il faut, on est l’un des meilleurs clubs d’Europe, donc je vois pas l’intérêt de partir. Les Etats-Unis, c’est bien, il y a le championnat, mais après… On est bien en France, et pas mal de joueuses étrangères vont signer en France, ça veut dire que notre championnat est intéressant.

Quelles sont tes ambitions pour la suite de ta carrière ?

Dans un premier temps, ramener la Coupe d’Europe avec l’OL. Avec l’Equipe de France, ramener une médaille olympique, se qualifier pour la Coupe du Monde et éventuellement la remporter, oui, ça fait rêver.

En championnat, vous êtes premières avec un point d’avance sur Juvisy, il vous reste cinq matches, ça va le faire ?

On est dans la dernière ligne droite. Maintenant on sait que pour être championnes, il faudra tout gagner. On pourrait se permettre de faire un match nul mais ce n’est pas dans notre état d’esprit. Tous les matches qui nous attendent, on va les jouer pour les gagner.

Sur le plan européen, après votre qualification en quarts face à Brondby, vous êtes bien parties pour gagner une nouvelle fois la Ligue des Champions, avec l’OL…

En tout cas on a l’équipe pour. On a un président qui a beaucoup investi sur le football féminin et qui a pris le temps d’aller chercher des joueuses de qualité. On lui doit énormément. C’est ce qui fait que ces dernières années, on fait des résultats avec l’Olympique lyonnais. On a gagné l’année dernière avec Patrice Lair qui a très bien géré son effectif. Aujourd’hui, on progresse aux côtés de quelqu’un de très exigeant qui à la rage de vaincre et qui nous la retransmet. C’est ce qui fait aussi qu’on est plus hargneuse depuis quelques temps déjà, c’est important, je trouve.

Y a-t-il une équipe que vous craignez dans cette compétition ?

Là, honnêtement ? Non. Déjà parce qu’on est championne. Je pourrais dire qu’on a peur de Francfort parce qu’elles ont Bajramaj (star de l’équipe d’Allemagne, ndlr). C’est un peu les galactiques allemandes. Mais nous on a des Camille Abily, des Eugénie Le Sommer, des Sonia Bompastor. On a aussi des grands noms qui peuvent faire peur aux autres équipes. On a pas à avoir peur de qui que ce soit. Si demain on vient à perdre c’est que l’équipe adverse aura été plus forte.

Tu penses que dans le futur, d’autres équipes françaises pourront rivaliser avec le niveau européen ?

Pour le moment Lyon le fait bien. Il y a d’autres grands clubs comme Paris, Montpellier qui essaient de suivre mais qui ne sont peut-être pas aussi à fond que notre président. C’est pour ça que Lyon, actuellement, sort un peu du lot. Après le club de Juvisy c’est un peu particulier parce qu’elles ne sont pas rattachées à une structure professionnelle, c’est plus une organisation amateur. Cela dit cela ne les empêche pas d’être bien classées au championnat.

Propos recueillis par Dimitri Laurent
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Elles ont rien explosé du tout, les écarts de niveau en foot féminin sont tels que y a toujours des scores de tennis.
"jouer des matches ensemble, c’est le plus important pour faire de bons résultats"

C'est peut-être ce qu'il manque à l'équipe masculine...

Sinon, ô rédacteurs de So Foot, vous savez, si on vient sur le site c'est parce qu'on est passionnés par le sport et qu'on l'aime sous toutes les coutures. Alors si ça vous dérange pas, on aimerait bien plus de reportages sur le foot féminin.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Morel à zéro
0 2