1. // Espagne – Liga – Ce qu'il faut retenir de la 35e journée

Elche fait face à la crise, Cristiano au galop

Les journées filent, mais le suspense perdure en Liga. Devant, le Real Madrid d'un Cristiano Ronaldo étincelant chasse toujours la bête du Gévaudan catalane. Derrière, Valence relance la course à la troisième place, tandis qu'Elche assure son maintien contre vents et marées.

Modififié
5 13

L'equipazo du week-end


Elle ne paie pas de mine avec son équipe sans noms ronflants, mais elle fait plaisir à voir. En déplacement à la Rosaleda ce week-end, Elche avait les stigmates de la victime expiatoire pour Málaga, un club toujours engagé dans la course à la sixième place. Confiants à l'idée de se rapprocher de Villarreal en entrant sur la pelouse, les Boquerones sont pourtant sortis sous les huées d'un stade à moitié vide. La raison ? Cette formidable équipe d'Elche, composée de joueurs aussi bons qu'inconnus au bataillon. Son gardien Przemysław Tytoń, bref portier de la Pologne lors de l'Euro 2012 et doublure au PSV Eindhoven avant cette année, Fayçal Fajr, meilleur passeur de Ligue 2 avec le Stade Malherbe de Caen l'an passé, ou encore Jonathas, fantasque attaquant de 26 ans sans réel CV, mais dans le pur style joga bonito de sa terre natale. Avec un effectif prêt à jouer le maintien pour la deuxième année consécutive, les Franjiverdes ont mathématiquement accompli leur mission hors de leurs bases, grâce à un succès mérité (1-2). En tout cas, sportivement. Au niveau administratif, le club souffre de problèmes comptables liés à sa direction sportive. Le président du club, José Sepulcre, avait d'ailleurs donné sa démission il y a tout juste une semaine... Avec autant de cœur, ce serait dur, très dur de voir les hommes de Francisco Escriba descendre en fin de saison.

Le Don Quichotte du week-end


Du soleil comme s'il en pleuvait, le cœur en été, et la vie avec Cristiano. Samedi soir, les paroles de Yannick Noah étaient parfaites pour résumer la rencontre entre le FC Séville et le Real Madrid. Grand soleil d'Andalousie pour le début de soirée, de jolies filles au teint hâlé dans les tribunes pour s'imaginer d'ici quelques mois sur les plages en charmante compagnie, mais surtout un play-boy pour péter l'ambiance du Sánchez-Pizjuán. Invaincu dans son antre depuis le 13 mars 2014 et une défaite face au voisin du Bétis, le FC Séville a dû déposer les armes devant la grandeur de Cristiano Ronaldo. Enfin, le timing plus précisément. Grâce à deux superbes coups de tête et un but tout en réactivité, le triple Ballon d'or a dompté presque à lui seul une équipe pourtant accrocheuse du FC Barcelone il y a peu, sur ce même rectangle vert. Malgré les deux buts locaux de Carlos Bacca et Vicente Iborra, la Maison Blanche a su profiter d'une supériorité numérique de cinq minutes – liée à une blessure au nez de Grzegorz Krychowiak – pour inscrire les deux premiers buts de la rencontre, et rester ainsi à deux points du Barça (2-3). Avec ses trois nouveaux buts, le CR7 reprend pour le moment le statut de Pichichi, avec… 42 buts en 32 matchs joués. OKLM.

Le partidazo du week-end


- C'était une occasion en or à ne pas manquer pour le FC Valence. Après le match nul de l'Atlético Madrid et la défaite de Séville, les Murciélagos pouvaient être les seuls à remporter leur match du week-end et ainsi garder le cap vers leur objectif de qualification pour la prochaine C1. Dans un Mestalla toujours aussi chaud, les protégés de Nuno Espirito Santo ont fait le show devant le petit nouveau de l'année en Liga, Eibar. Symboles de la réussite du « nouveau Valence » de Peter Lim depuis le début de la saison, José Luis Gaya et Nicolas Otamendi offrent le premier but du match grâce à un centre millimétré du premier et un puissant coup de casque du second (25e). Avec l'aide d'un excellent Rodrigo De Paul, Valence va doubler la mise par l'intermédiaire de son capitaine, Dani Parejo (56e). Proche du doublé d'un maître coup franc, le numéro 10 verra finalement la balle rebondir sur le poteau avant de trouver Paco Alcácer en bon guetteur (71e). 3-0, tout sourit à Valence. C'était sans compter sur le meilleur buteur d'Eibar, Mikel Arruabarrena, pour réduire la marque (84e). Une petite déception pour la défense des Chés, qui voit son invincibilité record à domicile s'arrêter après… 677 minutes. Costaud.

Le golazo du week-end


Pour le premier but de sa carrière en Liga, Emiliano Insúa voulait faire les choses en grand. Et ce week-end, dans le stade Cornella El-Prat de l'Espanyol Barcelone, le défenseur latéral gauche du Rayo Vallecano a trouvé le moyen de marquer le but de cette 35e journée. Récupération du ballon depuis la ligne médiane, dribble, accélération, une-deux avec Alberto Bueno, puis finition pleine de sang-froid après un sprint de 60 mètres (à partir de 1'05). Si l'ancien joueur de Liverpool aurait aimé marquer le seul but du match, Héctor Moreno lui répondra, de moins belle manière, à dix minutes de la fin du match (1-1). Après tout, Insua vaut mieux que deux tu l'auras.

Youtube

La polémique de la machine à cafe con leche


- L'Atlético Madrid pouvait-il gagner son match à domicile contre l'Athletic Bilbao ? Oui, si l'on s'en tient aux deux buts parfaitement valables d'Antoine Griezmann et de Tiago en seconde période. Non, lorsque l'on se penche sur les décisions arbitrales de Jaime Latre et de ses assistants, préférant signaler deux hors-jeu. Dans sa zone technique, Diego Simeone affichait un visage circonspect pour démontrer son désaccord quant au jugement final… Bref, vous l'aurez compris, ce score de 0-0 aurait pu, aurait dû avoir une autre face. Et les conséquences ne sont pas moindres, puisque les Matelassiers voient à nouveau Valence revenir à quatre points de la troisième place, directement qualificative pour la prochaine Ligue des champions. En sachant que l'Atlético recevra le Barça dans l'avant-dernière journée de Liga, il vaudrait mieux que l'armée du Cholo boucle ce dossier avant les dernières échéances, sous peine de devoir transpirer jusqu'au dernier match de la saison. Et transpirer avec de la gomina sur les cheveux, c'est jamais très beau à voir.

L'analyse définitive du week-end


- Pour Céline Dion, les derniers seront les premiers. Peut-être, mais en Liga, les premiers démontent les derniers. Et à Cordoue, la gifle infligée par le Barça à la lanterne rouge du championnat est venue justifier cette règle. Pourtant, les Cordouans tenaient le bon bout durant 42 minutes, même si les occasions se répétaient devant le but de Juan Carlos Martin. Et puis le capitaine s'est incliné une première fois, sur une lourde frappe sous la barre d'Ivan Rakitić. Une deuxième fois, devant la roublardise de Luis Suárez. Une troisième fois, face à un coup de boule de Lionel Messi. Puis une quatrième, une cinquième, une sixième, une septième et, fin du calvaire, une huitième fois. Oui, 8-0. À domicile, qui plus est. On ne sait pas encore si le Barça mérite d'être sacré champion d'Espagne avec cette concurrence acharnée du Real Madrid. En revanche, on est certain que Cordoue mérite bien sa relégation.

Le coup de mieux


Vainqueur de Getafe à Madrid grâce à un doublé de Youssef El-Arabi (1-2), Grenade retrouve la saveur d'une victoire et démarre sa mission commando en vue du maintien. Pour y parvenir, la parole est au nouvel entraîneur, José Ramon Sandoval. « Quand une personne croit en ce qu'elle fait, en ses coéquipiers qui l'entourent et dans ses capacités pour changer de dynamique, l'objectif fixé devient possible. Pour beaucoup de personne, cela peut être difficile. Mais pour moi, ce genre de défi, c'est pour les vaillants, et venir dans un club comme Grenade, ça booste ma carrière sportive. » Sandoval 2017 ?

Le chiffre inutile : 9


Comme le nombre de journées consécutives sans victoire pour Villarreal, pourtant détenteur de la dernière place qualificative en Ligue Europa. Cette semaine, c'était un match nul contre le Deportivo La Corogne (1-1). Une série constituant la pire période connue par le club depuis la saison 1998-1999.

Et sinon, qué pasa ?


- Villarreal continue avec sa guigne : après les graves blessures de Mateo Musacchio et Sergio Asenjo, Éric Bailly est touché par le mauvais œil. Sorti sur civière contre le Deportivo La Corogne, l'Ivoirien sera éloigné des terrains pour deux semaines. Loin d'être une éternité certes, mais la poisse est toujours là.

- Villarreal toujours : Jaume Costa dédicace son but à Sergio Asenjo. Classe.


- Le colosse islandais Alfred Finnbogason a marqué lors de la victoire de la Real Sociedad contre Levante (3-0). Quatrième but de la saison pour l'attaquant, en 29 rencontres. C'est donc assez rare pour être souligné.

- Don Carlo s'est laissé emporter par la chaleur sévillane



- Antoine Griezmann est muet depuis deux journées en Liga. La fin du monde est-elle proche ?

⇒ Résultats et classement de Liga

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Lepetitprince Niveau : DHR
Le Real ne joue quand même pas très bien. Ça passe toujours grâce aux exploits individuels, et l'incroyable qualité de l'effectif, mais tactiquement on dirait qu'il n'y a pas de mot d'ordre. C'est un véritable freestyle.
3-2-1 !
Article avec Ronaldo, rage à venir !
C'est surtout l'absence de modric qui pénalise le jeu du réal.

Le laps de temps ou il est revenu, bizarrement ça jouait mieux.
Colonel.Moutarde Niveau : CFA2
Sur votre photo de présentation de l'article : "Ronaldo ou l'homme poisson!"
Oui, le Real n'est pas dans un bon moment malgré la belle victoire au Sanchez Pizjuan. La Juve l'a sans doute remarqué et Allegri et ses hommes doivent peaufiner un plan diabolique pour essayer d'en profiter. Une petite victoire, genre 1-0, serait un bon résultat pour la Vieille Dame.

Quant au Bayern, il serre un peu les fesses, malgré son assurance de façade. Le Barça semble irrésistible en cette fin de saison. Suarez et Messi traversent une période d'euphorie. Je verrai bien le Barça coller un 4-0 aux bavarois.
Lepetitprince Niveau : DHR
Message posté par mario
Oui, le Real n'est pas dans un bon moment malgré la belle victoire au Sanchez Pizjuan. La Juve l'a sans doute remarqué et Allegri et ses hommes doivent peaufiner un plan diabolique pour essayer d'en profiter. Une petite victoire, genre 1-0, serait un bon résultat pour la Vieille Dame.

Quant au Bayern, il serre un peu les fesses, malgré son assurance de façade. Le Barça semble irrésistible en cette fin de saison. Suarez et Messi traversent une période d'euphorie. Je verrai bien le Barça coller un 4-0 aux bavarois.


Le Barça comme le Bayern n'ont pas de match référence contre de grosses équipes non plus. City et le PSG c'était autant du flan que le Shakhtar ou Porto. Au mieux le Barça à gagné contre le Real mais ce n'était pas leur plus beau match. Le match de mercredi réserve à mon avis beaucoup de surprises.
Note : 1
Message posté par Lepetitprince


Le Barça comme le Bayern n'ont pas de match référence contre de grosses équipes non plus. City et le PSG c'était autant du flan que le Shakhtar ou Porto. Au mieux le Barça à gagné contre le Real mais ce n'était pas leur plus beau match. Le match de mercredi réserve à mon avis beaucoup de surprises.



Oui, niveau effectif et qualité de l'équipe, City et le PSG c'est du même niveau que Shaktar et Porto, aucun doute.

Bon, je suis d'accord que mercredi ce sera beaucoup plus compliqué, et à titre personnel, je pense même que le Bayern est capable de repartir avec un bon résultat.

Mais soyons sérieux 2 minutes. Le parcours du Barça jusqu'à présent a été le plus difficile à mon sens.
Peut être que les 2 équipes en face n'ont pas été à la hauteur, mais sur les 4 matchs, le Barça a dominé, parfois très largement, ses adversaires. Ce qui n'est le cas d'aucune des 3 équipes restantes.
Ronaldo sera encore meilleur lorsqu'il aura fait son coming out
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Je n'arrive toujours pas a digérer l'escroquerie des arbitres contre l'Atletico Madrid. L'arbitre de touche devrait être suspendue a vie tellement c'était trop gros. Bordeaux Om c'est du pipi de chat a coté.
Frenchies Niveau : CFA
Note : -1
Message posté par Lepetitprince


Le Barça comme le Bayern n'ont pas de match référence contre de grosses équipes non plus. City et le PSG c'était autant du flan que le Shakhtar ou Porto. Au mieux le Barça à gagné contre le Real mais ce n'était pas leur plus beau match. Le match de mercredi réserve à mon avis beaucoup de surprises.



Si taper le champion de France (en titre et en devenir à la fois)
qui lui même a fait hara kiri le futur champion d'angleterre
c'est "du flan" ...
alors ta vision du foot européen s'arrête au clasico + bayern.

c'est triste, limite moche.
Lepetitprince Niveau : DHR
Pas du tout, ce sont juste des titres "champion d'Angleterre".
La réalité c'est que City comme le PSG ont joué comme de vulgaires Elche contre le Barça. Évidement leur effectif est plus impressionnant que Porto ou le Shakhtar, mais une grande victoire c'est pas contre une bande de plots avec de grands noms.
Mon seul propos c'est que l'on peut s'attendre à une adversité d'un niveau complètement autre venant du Bayern, qui malgré les absences de Robben et Alaba ont la capacité de jouer un football impressionnant.
nich nich nakhe Niveau : CFA2
Message posté par gazole
Ronaldo sera encore meilleur lorsqu'il aura fait son coming out


imaginez ronaldo entraineur du real : a chaque but marqué, tout le monde qui fait "huuuuuuuu"! :)
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par Lepetitprince
Pas du tout, ce sont juste des titres "champion d'Angleterre".
La réalité c'est que City comme le PSG ont joué comme de vulgaires Elche contre le Barça. Évidement leur effectif est plus impressionnant que Porto ou le Shakhtar, mais une grande victoire c'est pas contre une bande de plots avec de grands noms.
Mon seul propos c'est que l'on peut s'attendre à une adversité d'un niveau complètement autre venant du Bayern, qui malgré les absences de Robben et Alaba ont la capacité de jouer un football impressionnant.


y a 6 semaines le Barca éclate le champion d'europe en titre ...
(dans un match qui à mon sens aura déterminé le champion d'espagne)

Si ça (et contre eux) c'est pas un match référence, alors c'est pire que je pensais. pour toi le seul gros c'est le Bayern.

ah y aura pas alaba ?
ni Ribéry ni Robben donc, ça risque d'être un non match demain ... et par conséquent une opposition plus faible que ce qu'a été Paris au retour par exemple.

Le match ref du Bayern c'est contre Porto au retour à mon sens.

bref
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 13