En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options

El Shaarawy, une crête sur un Rocher

Stephan El Shaarawy va passer, ce lundi, sa visite médicale avec l'AS Monaco. Il y signera dans la foulée un contrat de 5 ans avec un salaire annuel de 3 millions d'euros. L'Italo-Égyptien prend donc, à la surprise générale, la direction de la Ligue 1, et quitte le Milan AC après 4 ans faits de hauts et surtout de bas, notamment en raison des blessures. L'ASM fait-elle alors une bonne affaire avec le jeune international italien ?

Modififié
Celle-là, personne ne l'avait vu venir ! En tout cas, pas les médias transalpins – que l'on se place d'un côté ou de l'autre des Alpes – et encore moins les tifosi. L'AS Monaco et le Milan AC ont effectivement négocié en vrai sous-marin – russe ? - le transfert de Stephan El Shaarawy. On a beau chercher : pas la moindre trace antérieure d'une quelconque rumeur à ce sujet, depuis le début de l'été. On aurait presque du mal à y croire tant le marché des transferts est un marronnier sur-vitaminé pour le journalisme sportif. Preuve, s'il en fallait encore, du discrédit de plus en plus prononcé des « informations » ou plutôt des rumeurs qui concernent le mercato. Les dirigeants monégasques et milanais, peut-être échaudés par l'échec de leurs négociations au grand jour concernant Kondogbia, ont, cette fois, œuvré dans la plus grande discrétion. Prenant ainsi leur petit monde de court, lorsque les tractations ont été dévoilées – vendredi soir – à un stade déjà extrêmement avancé. Dès lors, à peine mentionné, le passage du petit Pharaon en Principauté ne faisait plus aucun doute. Un transfert éclair qui a donc surpris, mais qui n'est pas, pour autant, vraiment surprenant.

À qui la bonne affaire ?


Il suffit de remonter à la première conférence de presse de Siniša Mihajlović au Milan AC, en compagnie de Silvio Berlusconi, le 3 juillet dernier, pour s'en convaincre. « Conseillé » par le Cavaliere, le nouvel entraîneur des Rossoneri s'épanchait alors sur le besoin d'un repositionnement tactique d'El Shaarawy, sans jamais l'avoir vu à l'œuvre : « El Shaarawy est un ailier, mais on pourrait le replacer au milieu. Il faut voir sa motivation. Il m'a donné sa pleine disponibilité. Il faut voir si on arrivera à le faire. » Pas franchement une déclaration de confiance. On avait d'ailleurs déjà bien compris que l'Italo-Égyptien aurait du mal à trouver sa place dans le système de jeu en 4-3-1-2 de Mihajlović, confirmé par les arrivées de Bacca et Luiz Adriano. Encore fallait-il trouver un point de chute au Pharaon, ou plutôt un point de rebond, à un prix correct. Pas une mince affaire pour un joueur qui a disputé en tout et pour tout 1684 minutes (soit moins de 19 matchs complets) en cumulé sur les deux dernières saisons.

Ce sera à Monaco, qui s'est donc attaché ses services avec un prêt payant, à hauteur de 2 millions d'euros, assorti d'une option d'achat obligatoire, à 16 millions, dès lors que le natif de Savone aura disputé 15 rencontres. Certainement une garantie pour prévenir une éventuelle rechute de Stephan et de nouvelles blessures à répétition. L'ASM remplace ainsi Ferreira Carrasco, à un coût abordable, par un joueur au moins tout aussi prometteur si son physique le laisse en paix. L'élément fondamental qui déterminera la réussite ou non d'El Shaarawy sur le Rocher. Côté Milan, on se satisfait, aujourd'hui, d'avoir réalisé une jolie plus-value sur un joueur qui n'a quasiment pas joué depuis deux ans. Avec un risque assez évident : le voir retrouver son meilleur niveau et doubler sa valeur marchande. Une spécialité d'ailleurs très « made in Monaco » ces derniers temps.

Adieu mon pays


Pas étonnant, donc, que les tifosi rossoneri soient très partagés sur le sujet. D'autant plus que ces derniers s'étaient liés d'affection pour El Shaarawy, qui revendiquait être un des leurs, depuis son enfance. Le numéro 92 a ainsi toujours bénéficié d'un soutien inconditionnel de la part des supporters peinés par ces maudites blessures. Car comme Pato avant lui, El Shaarawy a dégusté du côté de Milanello. Depuis septembre 2013, il a effectivement enchaîné les galères : rupture d'une fibre musculaire à l'adducteur, fracture du pied gauche, rechute, vertèbres touchées à l'entraînement, fracture du pied droit. Des malheurs qui ont inévitablement entamé son moral et stoppé sa progression.


Que de regrets quand on se souvient de ces quatre mois absolument fabuleux réalisés par le Pharaon de septembre à décembre 2012. Quatre mois au cours desquels El Shaarawy avait tenu le Milan à bout de bras, avec la bagatelle de 16 buts inscrits. Mais la belle promesse d'avenir ne sera jamais tenue. Du moins, pas à Milan. La faute à une direction qui ne s'est donc pas privée de le pousser vers la sortie, pour un peu de cash frais. Des propos attribués à El Shaarawy par le Corriere della Sera ( « Je vais où on me veut vraiment » ), mais démentis par son agent, tendent d'ailleurs à montrer que l'Italo-Égyptien ne part pas le cœur léger. Le Milan « jeune et italien » prôné par Berlusconi pourra attendre longtemps. Comment pourrait-on sinon justifier le départ d'un international italien qui fêtera ses 23 ans en octobre prochain ?

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 4 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 5 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12