1. // CAN 2013
  2. // Groupe A
  3. // Maroc/Cap-Vert

El Hamdaoui, ou peut-être non

Après des mois d'inactivité du côté de l'Ajax d'Amsterdam, Mounir El Hamdaoui a de nouveau goûté aux pelouses professionnelles, en Serie A, à la Fiorentina. Suffisant pour effectuer son retour chez les Lions de l'Atlas. Et pour en être le buteur référence pendant la CAN ? Pas sûr.

Modififié
7 7
«  Mounir El Hamdaoui est incroyablement doué et très technique. Son pied gauche n'est pas aussi bon que le droit, mais ce qu'il fait avec l'extérieur du pied équivaut à des gestes de gaucher. C'est l'un des attaquants les plus dangereux que je connaisse, il marque tout le temps et sait donner la balle quand il le faut. Car Mounir est aussi un grand passeur, pas seulement un buteur. Enfin, il est polyvalent. Il peut jouer à tous les postes devant. » Cette description, signée Louis van Gaal du temps de l'AZ Alkmaar, où les deux hommes ont œuvré pour un titre d'Eredivisie en 2009, fait état d'un killer des surfaces, de l'un des meilleurs buteurs du Vieux Continent. En effet, l'attaquant natif de Rotterdam a brillé à l'AZ, y claquant 54 buts – 23 durant la campagne du titre – sur trois saisons et 94 rencontres. C'est cet attaquant prolifique décrit par le technicien néerlandais, que le sélectionneur des Lions Rachid Taoussi espère retrouver durant la CAN. Problème : Mounir El Hamdaoui n'est plus cet homme-là. La raison est simple, le buteur s'est perdu entre-temps à l'Ajax d'Amsterdam. Un club où il débarque à l'été 2010, après une seconde saison consécutive à plus de 20 réalisations à Alkmaar, contre la modeste somme de cinq millions d'euros. Avec le mythique numéro 9 des Lanciers sur les épaules, El Hamdaoui réalise un début de parcours admirable, claquant ce qui reste à ce jour comme ses plus belles œuvres face aux buts :

Youtube

Mais en décembre 2010, coach Martin Jol démissionne. La fuite de ce personnage apprécié du buteur – ils s'étaient tous deux connus à Tottenham quelques années plus tôt – va entraîner la nomination de Frank de Boer. Une légende aux Pays-Bas, d'autant plus au club amstellodamois, où il a passé l'essentiel de sa carrière de joueur. Aussi, un homme qui suit ses propres plans, dont le néo-international marocain ne fait pas partie : deux jours après son arrivée, il place El Hamdagoal sur le banc pour une rencontre cruciale de Ligue des champions face au Milan AC. « Il ne joue pas assez pour les autres » , se justifiera-t-il auprès des médias. Au Maroc, on invoque le racisme du technicien pour expliquer son choix, en interne, le caractère capricieux du buteur – avec, pour exemple connu, une gueulante sur le pauvre assistant d'Éric Gerets à son remplacement, lors d'un match avec le Maroc quelques semaines plus tôt. Toujours est-il que cette relation avec De Boer, qui ne fera que se détériorer avec le temps, conduira l'attaquant à un lent déclin.

Plus d'un an sans jouer à l'Ajax

Exclu une première fois du groupe en janvier 2011, il ne réintègre l'effectif pro que pour mieux le quitter. « Absent » de la célébration du titre de champion quelques mois plus tard (alors qu'il a planté 13 buts sur l'exercice, hein…), il est contraint de prolonger son calvaire la saison suivante, faute de propositions alléchantes durant le mercato. D'août à décembre 2011, il s'entraîne à plein temps avec la réserve du club. Jusqu'à ce que la Fiorentina se manifeste en janvier, pour créer le plus gros quiproquo mercato depuis de nombreuses années : après avoir donné son accord pour un transfert à 3 millions d'euros, le board de l'Ajax autorise le joueur à rejoindre Florence. Il y passe les visites médicales, signe son contrat. Les dirigeants florentins transmettent alors le document à leurs homologues néerlandais, qui n'ont plus qu'à ratifier l'accord avant de le retourner à l'envoyeur. Procédure habituelle. Mais les Amstellodamois attendront les derniers instants du mercato pour demander des garanties financières à la Viola, soit une partie de la somme du transfert. Démarche bien étrange, car habituellement réfléchie à l'avance. Les dirigeants florentins ne pouvant se plier à la demande, les Lanciers retarderont l'affaire, pour finalement retourner le document signé… une demi-heure après la clôture du marché. El Hamdaoui aura beau fulminer, accuser les dirigeants de saboter sa carrière, il ne pourra rejoindre le club italien avant juin.

Lente remise à niveau à Florence

Et lorsqu'il débarque en Toscane, Mounir El Hamdaoui est un joueur à cours de forme. Après tout, du 24 avril 2011 au 25 août 2012, il n'a pas joué la moindre rencontre professionnelle. Volontaire, il donne ce qu'il peut à chacune de ses douze entrées de jeu, rappelant à trois occasions ses dons naturels de buteur spectaculaire. Bien qu'il n'ait été titulaire qu'une seule fois, Éric Gerets, qui l'avait éloigné de la sélection marocaine en raison de son inactivité à l'Ajax, refait appel à lui dès le début de saison. Le souci aujourd'hui pour le successeur du Belge Rachid Taoussi, c'est donc que le buteur n'a pas retrouvé tous ses moyens. La preuve avec des dernières apparitions peu convaincantes (et un gros raté en éliminatoire face au Mozambique), malgré un but en trompe-l'œil face à la Namibie en amical. On peut certes se montrer optimistes pour son avenir, en établissant un parallèle avec ses débuts et une première galère en Angleterre – il est allé se perdre deux saisons entre Tottenham et Derby County, se blessant gravement dans ce dernier club – d'où il était parvenu à rebondir à l'AZ.

Ce rebond, le Maroc croise les doigts pour qu'il survienne durant la CAN. Pour qu'El Hamdaoui redevienne, l'espace d'une poignée de rencontres, le buteur qu'il fut à l'AZ Alkmaar. Pour qu'il endosse enfin le costume de killer en sélection, ce que tout un pays est en droit d'attendre d'un tel talent. À ce jour, en effet, il ne compte que treize sélections avec les Lions de l'Atlas, pour trois petits buts. À l'image d'une carrière en dents de scie, El Hamdaoui, c'est tout, ou rien.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un vrai gâchis car ce gars-là est vraiment bon.
A l'Ajax on l'écarte du groupe pro (et lui niq*e un bon transfert) à cause de son caractère supposément pas commode, mais il y en a d'autres, ils en font voir de toutes les couleurs à leurs clubs sans connaître une misère pareille ...

Les responsabilités sont forcément partagées, mais à l'Ajax (le board et De Boer) ils ont montré qu'ils savaient être de vrais connards.
Dommage qu'il a eu un tel sort avec l'Ajax, il était phénoménal avant l'arrivée de " De Boer ".
Espérons le voir se relancer à cette CAN car il est un des attaquants les plus efficaces devant les cages au monde.
Sérieusement, El Hamdaoui, il a quoi comme temps de jeu avec la Fio cette année ? walou, ou une petite quinzaine de minutes. De mon point de vue, un sélectionneur fabrique son 11 titulaires sur les joueurs qui jouent à plein temps dans leurs clubs, ou presque!! alors Si M. TOUASSI nous met à chaque fois des joueurs en béquille, on n'est pas sorti de l'auberge...Il y a des joueurs locaux très talentueux, des vrais numéro 9 (parce que El hamdaoui s'en est pas un de métier), qui peuvent mouiller le maillot et non pas faire figuration, je fais référence à Hamdallah et plein d'autres.
Il est vrai que c'est un joueur talentueux, mais de la à dire que c'est le meilleur 9 que le Maroc a dans son équipe...

Hamdallah est bien plus efficace, je pense qu'il faudrait le mettre titulaire ce soir. Il faut se baser sur ce que font les autres pays Maghrébins, à savoir se baser sur des joueurs locaux qui ont l'habitude de jouer en Afrique (Ligue des champions, CHAN,...)

Le problème est que le Maroc joue en 4-2-3-1, donc avec une pointe c'est chaud de faire cohabiter El Hamdaoui, Hamdallah et Al Arabi...
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Merci pour l'article, je me demandais ce qu'il était &advenu de ce joueur.
Car à une époque, il côtoyait toujours le top but européen avec les autres grands noms, et puis d'un coup il avait disparu.
Stankonia Niveau : DHR
Ils avaient l'air de bien s'entendre avec Suarez. Il a quand même des gestes de grande classe ce El Hamdaoui!
Plasil Power Niveau : CFA
Il va sans dire qu'on se rendra bientôt compte que la Viola a réalisé un des meilleurs coups mercato de ces dernières avec la signature d'El Hamdagoal pour trois pauvres millions.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 7