En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Billet d'humeur
  2. //
  3. // Candidature d'Emmanuel Petit

« Eh, Manu ! Tu montes ? »

Emmanuel Petit souhaiterait se porter candidat à la présidence de la FFF en 2016 ! « Mes proches me disent que j'ai la compétence pour cette fonction » . Ah, bon ? Et pour quoi faire ?

Modififié
Manu chien fou…

Bon, déjà, faire acte de candidature le jour de la mort d’une autre Emmanuelle (Sylvia Kristel, RIP), c’est marrant… Tout aussi marrant, nous à So Foot, on a le souvenir d’une interview 100 % frapadingue de Manu, mélange de paranoïa complotiste mondialisée qui le faisait ressembler au prophète de malheur Philippulus, dans Tintin et l’Étoile Mystérieuse ( « La fin des temps approche ! » )… Nous revient aussi un pétage de plombs au Barça (battu à dom contre La Corogne, 2-3), en février 2001 : remplaçant, il avait balancé ses crampons à terre et fui la presse parce que le coach Ferrer ne l’avait pas fait entrer en jeu… Plus près de nous, un coup de gueule mémorable sur France 3 le 21 juin 2010, sur la crise de Knysna : Manu énervé par ces évènements et par ses interlocuteurs plutôt mesurés se casse du plateau quand l’émission finit sur un «  Ça vous fait marrer, mais pas moi... » Manu Petit, c’est aussi l’original-marginal qui a carrément fait sécession d’avec France 98 : il ne rejoint jamais ses ex-coéquipiers pour leurs matchs de gala, au motif que certaines exhibitions n’entrent plus dans le cadre strictement caritatif de leur association… Manu Petit est bien sûr fâché avec Zidane, qu’il maltraitait dans son autobiographie, À fleur de peau : « Avec Zidane, on est différents. On n'a rien à se dire. On ne peut pas prétendre aider ceux qui en ont besoin tout en servant la cause des grands patrons qui réalisent des bénéfices records sans les redistribuer. »

Manu a aussi eu la dent dure avec un ancien pote de France 98, Lolo Blanc, proprement exécuté sur l’Express.fr en juillet dernier après l’Euro 2012 raté : « Il a fait de bonnes choses, mais au niveau de la gestion des hommes, il a failli. On lui a déroulé le tapis rouge, et j’ai l’impression qu’il est venu un peu en opportuniste. (…) En Ukraine, il n’a pas suffisamment fait jouer la concurrence. Avec Nasri, il aurait dû se montrer beaucoup plus ferme, marquer son territoire, comme Joachim Löw, le sélectionneur allemand. Pour moi, Blanc ne s’est pas comporté en patron. » Mais le plus drôle dans cet entretien avec l’Express.fr, c’est que Manu, qui louait à la fois l’arrivée d’un autre gars de France 98 à la tête des Bleus, Didier Deschamps, voyait quand même d’un sale œil l’omnipotence… des anciens de France 98 ! Manu estimait «  qu’il aurait été préférable de marquer une coupure avec la génération 98, à laquelle on demande trop souvent de jouer les sauveurs. Au risque, parfois, de se décrédibiliser et de galvauder l’héritage. Vous savez, quand on regarde les problèmes du football français et de la société, la question du sélectionneur est anecdotique. C’est un sparadrap sur une grosse blessure. »

La FFF, c’est sérieux…

On arrête là. Manu Petit est beaucoup trop « clivant » . Trop d’ennemis, trop sanguin, trop brut de décoffrage. Il n’a donc aucune chance d’être en 2016 le futur boss du foot français, à un moment crucial où la France organisera l’Euro 2016. On choisira du lourd, pas de l’emporte-pièce. Qui plus est, Manu, qui se targue de « s'intéresser à tous les aspects du football depuis des années » , est-il aussi impliqué qu’il le prétend ? À ce titre, d’autres potes de France 98 (encore !) comme Liza à l’Évian TG ou Djorkaeff, président de l’UG Décines (DHR), sont plus avisés des réalités du terrain. On peut citer aussi Mathieu Bodmer, président depuis 2009 de l’Évreux Football Club 27 : Mathieu paye de sa personne et de sa poche ! Car Manu Petit prétend vouloir « assainir le football professionnel et remettre le foot amateur d'aplomb. J'en suis arrivé à un constat simple : il y a de plus en plus de dérives dans le football business et un fossé de plus en plus énorme avec la base. » OK, mais connaît-il vraiment « la base  » , ce football d’en bas qu’il est censé vouloir défendre ? On demande à voir. C’est une question de légitimité et de crédibilité. La FFF, c’est quand même sérieux. Pas besoin d’être forcément du sérail, mais il y a des réalités pas évidentes à gérer et des dossiers à bosser.

À ce titre, on n’a pas gardé un bon souvenir du passage éclair d’un autre ancien de France 98 (encore !), Lilian Thuram, démissionnaire du Conseil fédéral seulement au bout de deux ans en décembre 2010. Le boulot demandé à Lilian (présence assidue aux réunions, traitement de dossiers, déplacements, rencontres avec les acteurs locaux du foot hexagonaux, etc.) lui pesait trop… La FFF, c’est aussi ce boulot ingrat. Mais indispensable. Manu le sanguin devra composer, bosser au bureau, patienter, négocier : ça colle difficilement avec son caractère de fonceur. Même s’il se dit prêt à s’investir : « J'aimerais bien un jour intégrer la Ligue ou la Fédération pour défendre les valeurs auxquelles je crois. Je suis prêt à apprendre et, si on me donne une mission, je m'investirai à 200%. J'ai des défauts, mais on peut compter sur moi.  » Dont acte. On verra bien. En quatre ans, il peut intégrer la machine. Qui plus est, Manu insiste bien sur le fait qu’il ne part pas seul, l’élection à la FFF imposant un scrutin de liste : « Ces trois dernières semaines, beaucoup m'ont approché pour que je me porte candidat à la présidence de la Fédération. » Ces « alliés de Petit » doivent désormais sortir du bois : qui sont-ils ? Que proposent-ils ? Des colistiers crédibles renforceraient la candidature Petit.


Les mirages de l’univers médiatique…

En fait, le vrai hiatus qu’entretient Manu, c’est le décalage entre la sphère médiatique à laquelle il appartient depuis 2005 (consultant sur France 2, puis TPS Star, L’Équipe, L'Équipe TV, TV5 monde, France 3) et la réalité du football français actuel. De même que sa participation à un spot de pub contre l’obésité et la pratique du sport aux côtés de la Fondation du sport avec laquelle il s’est engagé ne constitue pas une action en profondeur. Les médias où Manu est très à l’aise, la com, la pub ne vivent que pour l’immédiateté. Rien à voir avec le boulot à long terme que les fonctions de dirigeants nécessitent. On ne lui dénie pas une certaine connaissance de ces réalités, pas plus que les valeurs pédagogues et sportives sincères auxquelles il croit. Talk is cheap, comme disent les Anglais : professer des opinions de-ci, de-là sur des plateaux TV et répondre par les « valeurs » aux problèmes courants du foot français, c’est un peu court.

On voit bien comment un Willy Sagnol, une autre grande gueule du foot français, est devenu plus mesuré, plus « humble » dans ses déclarations et son comportement depuis qu’il a rejoint la FFF l’an passé (manager général des équipes de France de jeunes)… Qui plus est, Willy s’était préparé de longue date aux fonctions dirigeantes, notamment auprès du Bayern Munich qu’il pourrait rejoindre à l’avenir. Manu devra renoncer au doux confort des plateaux TV et aux discussions amicales ou non des talk-shows qu’il semble apprécier. Manu n’est plus dans le foot, il est dans les médias. Ce n’est pas tout à fait la même chose. Juger l’actu au feeling n’a rien à voir avec trancher les problèmes : au hasard, est-ce que Manu Petit maîtrise bien le dossier crucial des droits TV du foot français ? On se moque toujours de la FFF, de la « fédé » , des vieux Le Graët, Duchaussoy, Escalettes, Simonet… Et c’est vrai qu’on se dit que, vu leur bilan très récent, le dynamitero Manu Petit ne pourrait pas faire pire. Mais pourrait-il faire mieux ? L’éternel rebelle adulescent aux coups de gueule bien sentis doit grandir. Le meilleur des Bleus de la Coupe du monde 98 doit redevenir dans la vie ce qu’il était sur le terrain : avant tout un formidable joueur de devoir(s)… à faire à la maison.

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 29
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165