En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Quarts
  3. // France-Islande (5-2)

Eh, Angleterre, c'est comme ça qu'il fallait faire

La France a donc réussi là où les Anglais ont échoué : ils ont terrassé l'Islande. De quoi laisser pantois les fans britanniques.

Modififié
Au moment où Antoine Griezmann pique son ballon par-dessus Halldórsson, pour le 4-0 des Bleus à la 44e minute, les Anglais ont certainement dû regarder leurs chaussures. Et se lancer dans une sacrée introspection, voire contacter leur psychanalyste. Car la vérité était là : ils se sont fait éliminer de l'Euro par une équipe qui vient de se faire rétamer en 45 minutes par l'équipe de France. D'ailleurs, le Daily Mail ne s'y trompe pas, en publiant dans la foulée comme résultat du match : « France 5 Équipe-qui-a-tapé-l'Angleterre 2 » .


Une humiliation de plus pour les Britanniques, et qui pourrait bien ne pas être la dernière. De fait, après avoir vu l'équipe qui les a lamentablement sortis se faire éliminer, ils risquent désormais de voir le pays de Galles en finale de l'Euro. Voir le voisin réussir dès sa première participation ce qu'eux ne sont jamais parvenus à faire en neuf participations, ce serait la goutte d'eau de trop.

60% des buts estampillés Premier League


Mais revenons-en au match de dimanche soir. Une rencontre que la France a pris par le bon bout, en ouvrant le score très tôt par Olivier Giroud. Jusque-là, les Anglais avaient tout bon aussi, puisqu'ils avaient marqué dès la 4e minute sur penalty par Wayne Rooney. Les similitudes entre les deux prestations s'arrêtent là. Face aux Bleus, l'Islande a explosé en plein vol grâce à un pressing français très haut et un jeu de passes rapide et plein de contrôle, quasiment toujours tourné vers l'avant. Tout ce que l'Angleterre n'a pas réussi à faire, concédant l'égalisation quelques secondes seulement après avoir ouvert le score (sur une touche longue), et disparaissant ainsi petit à petit du terrain, tétanisés par l'enjeu.


Là où le bât blesse encore plus pour les Anglais, c'est que trois des cinq buts français (60% donc) face à l'Islande sont estampillés Premier League : les deux d'Olivier Giroud (Arsenal) et celui de Dimitri Payet (West Ham). D'ailleurs, 12 joueurs de l'actuelle équipe de France évoluent ou ont évolué en Premier League. Ne manquait plus qu'une frappe pleine lucarne de Moussa Sissoko et une tête de Koscielny sur corner...

« Il va falloir montrer autre chose en quarts contre la France »


Alors, pourquoi l'Angleterre n'a pas réussi à venir à bout de cette équipe islandaise, tandis que la France s'en est débarrassée en une mi-temps ? Question de niveau ? De concentration ? D'application ? De peur ? De coaching ? Peut-être un cocktail de tout ça. Peut-être aussi que les matchs se sont joués dans les têtes. Avant d'affronter l'Islande, l'Angleterre avait visiblement fait preuve d'arrogance, se voyant déjà en quarts de finale. En plein match, Joe Hart aurait d'ailleurs même lancé à ses coéquipiers : « Réveillez-vous les gars, il va falloir montrer autre chose en quarts contre la France » , ce qui aurait eu le don de motiver encore plus les hommes de Lars Lagerbäck. L'Islandais Kari Arnason a également raconté qu'à la pause, Harry Kane a demandé à un arbitre si l'Angleterre allait « vraiment être éliminée si elle perdait » .


Les Français ont pris note, et se sont appliqués à faire tout l'inverse. Il n'y avait pas une interview d'avant-match où les joueurs et le technicien n'ont pas affirmé qu'ils « respectaient leur adversaire  » , qu'il « ne fallait pas les sous-estimer » , que cette équipe « avait battu les Pays-Bas et l'Angleterre » , etc. On appelle ça la psychologie inversée, et Deschamps est un maître en la matière. Le prochain sélectionneur des Three Lions devra repartir de tout ça en vue de 2018, et prendre note à son tour, en toute humilité. Tout en prenant l'Islande comme point de départ. Comme les Bleus avaient pris la Bulgarie en 1993, si l'on veut continuer à pousser les comparaisons entre les deux nations.

Par Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 4 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17