En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Chelsea (2-1)

Edinson, et la lumière fut

Dominateurs et bien aidés par un Kevin Trapp en réussite, les Parisiens ont pris le dessus sur Chelsea en fin de match grâce à un Cavani, ultra réaliste. Sinon, Serge Aurier n’a pas manqué, et Marco Verratti n’a rien perdu de ses facilités.

Modififié

Paris Saint-Germain


Trapp (8,5) : Serge avait raison : Kévin, c’est pas une guez. Il sort, et de quelle manière, les trois occasions bouillantes de Chelsea et ne pouvait rien face à Obi Mikel.

Maxwell (5,5) : De bons appels, mais jamais récompensés. Vis ma vie de prospecteur téléphonique.

Thiago Silva (8) : A mis des taquets à Diego Costa pendant 90 minutes. A donc réussi son match.

David Luiz (6) : Le respect de l’ex. Présent, mais sans trop en faire. Un bon garçon.

Cavani gagne son Paris

Marquinhos (7,5) : Là encore, Serge avait raison : Marquinhos est un gars sûr. Ses appels sont bons, ses centres pas dégueus, sa couverture au poil.

Thiago Motta (100%) : Râteaux, semelles, petits ponts, aucun ballon perdu et aucune passe ratée.

Verratti (7) : L’homme qui nettoyait les ballons sales, même incertain et en petite forme. St Marco.

Matuidi (6,5) : Récupérer le ballon. Le donner à Zlatan. Et ne surtout pas utiliser mon pied droit. Remplacé par Pastore à la 81e qui a tout de même eu le temps de nous régaler d’une talonnade.

Di María (<3 Pas exceptionnel, mais c’est de son pied gauche qu’est venue la lumière. Une merveille d’ouverture pour Cavani. Alors forcément, on lui pardonne tout. Angel et démon.

Lucas (4) : « Un crochet » « Un quoi ? » « Une passe alors ? » « Hein ? » Forcément remplacé à la 78e par un Cavani matador, qu’on ne connaissait plus. Deux ballons, une frappe, un but.

Ibrahimović (6,5) : Une crevette. Tout est bon, sauf le jeu de tête. Que ce soit en situation offensive. Ou défensive sur le but d’Obi Mikel.


Chelsea FC


Courtois (8) : Une performance parfaite, jusqu’à cette frappe de Cavani qui lui file entre les jambes. Dur de conduire une Ferrari pendant 10 ans et de se planter avec une Punto.

Baba (6,5) : Il n’a pas la réputation de ses aînés. Ni l’expérience d’Ivanović. Il n’a pas la classe de Di María. Ni les dribbles de Lucas. Lui, c’est juste Sopran’Baba. Et c’était un sacré morceau ce soir.

Cahill (7) : Loin d’être un enfant face aux tigres parisiens, Gary a eu beaucoup de boulot, que ce soit du pied, de la tête, et même parfois du poitrail. Cahill et Jobs.

Ivanović (6,5) : Idem que son compère de la charnière. Et l’on sait que le Serbe finit toujours son travail.

Azpilicueta (6,5) : Achat : 6 millions. Revente : 8 millions. Et si l’OM l’avait simplement bradé en vue de cette double confrontation face au PSG ?


Obi Mickel (3) : Apathique à la relance, Jon Obi n’a pas été plus brillant en concédant le coup franc de Zlatan, puis en le déviant dans ses propres bois. Et ce n’est pas son but facile sur corner qui rattrapera le tout. Mickel mousse.

Fàbregas (5) : Relégué dans sa moitié de terrain, Cesc a tenté de jouer les Peyton Manning. Quelques tentatives de longues passes, de petits yards glanés par-ci par-là, mais pas de quoi filer dans la zone de touchdown.

Willian (6) : Membre le plus talentueux de son groupe, il a malheureusement été contraint de la jouer solo pour donner le tempo aux Blues. will.i.an

Hazard (4,5) : Il court vite, très vite, mais manque toujours le geste décisif d’un cheveu. Un joueur Christophe Lemaître. Remplacé par Oscar (70e) au point comme, livré en pièces détachées.

Pedro (5) : Doté d’une forme olympique, il a été contraint de défendre et d’abandonner les plaisirs de l’attaque. Aussi cruel que de se contenter de préliminaires avec Emily Ratajkowski.

Diego Costa (3) : Fouetté par Thiago Silva sur le premier contact du match, humilié par la main de fer de Kevin Trapp, abandonné sur le front de l’attaque comme un vulgaire chien, Diego Costa avait bien fait d’enfiler son masque de bondage. Car le « méchant garçon » a bien souffert face aux maîtres parisiens.

  • Résultats et classement de la Ligue des champions



    Par Ugo Bocchi et Raphaël Gaftarnik
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 36
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165
    À lire ensuite
    Le Zénith craque à la Luz