Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Napoli/Sampdoria (2-2)

Éder gâche la fête napolitaine

Deux buts d'Higuaín en première, deux buts d'Éder en seconde. Au terme d'un match où chaque équipe aura eu sa mi-temps, Naples et la Sampdoria s'annulent sur la pelouse du San Paolo. Débuts difficiles pour le Napoli.

Modififié

Napoli 2-2 Sampdoria

Buts : Higuaín (9e, 39e) pour le Napoli / Eder (57e, 59e) pour la Sampdoria

Naples et son buteur maison Gonzalo Higuaín pensaient avoir fait le plus dur en regagnant les vestiaires avec un confortable avantage de deux buts. Hélas, c'était sans compter sur le regain de tension de la Sampdoria et l'extrême réalisme d'Éder qui s'offre, ce soir, ses troisième et quatrième buts de la saison. Tout comme la Juventus plus tôt dans la journée, le Napoli marque le pas et déçoit, une nouvelle fois, devant son public. Les hommes de Maurizio Sarri comptabilisent un point en deux journées et peuvent déjà commencer à tirer la sonnette d'alarme.

Higuaín fait le show


Il y a sept jours, tout pile, la Sampdoria de Walter Zenga en collait cinq à Carpi en moins de 40 minutes. Une semaine plus tard, l'histoire est loin de se répéter dans les travées clairsemées du San Paolo. Bien décidée à relever la tête après son revers inattendu à Sassuolo, la troupe de Maurizio Sarri se met direct au diapason. En huit minutes, Naples a frappé deux fois au but et mène déjà 1-0. Sur la touche, le speaker fou n'a même pas le temps de se chauffer les cordes vocales qu'il doit déjà crier le nom de « GON-ZA-LO ! » Suite à une action de cours d'école, Insigne trouve Higuaín qui ajuste le portier génois d'un piqué malicieux. Sous l'eau, la Samp ne parvient pas à développer son jeu et va même jusqu'à perdre son défenseur Andrea Coda, touché salement au genou après vingt-deux minutes. Sans pitié, les Napolitains se ruent à l'attaque et frappent une nouvelle fois par l'intermédiaire d'Higuaín. Lancé idéalement par Allan, l'Argentin profite de la passivité de la défense adverse pour fusiller le malheureux Viviano. Sans forcer, Naples rentre aux vestiaires avec deux buts d'avance, loin de se douter du scénario qui va suivre...

Éder gâche la fête


À 2-0, face à une équipe atone et pratiquement inoffensive, les hommes de Sarri pensent avoir fait le plus dur. Grave erreur. Après une douzaine de minutes de tâtonnements, Éder et la Sampdoria obtiennent un penalty légitime suite à un tacle stupide de Raúl Albiol. L'Italo-Brésilien s'élance et trompe Reina d'une jolie mine au ras du montant droit. En tribunes, le président Ferrero, aux anges, n'est pourtant pas au bout de ses surprises. Moins de deux minutes après la réduction du score, ce même Éder s'en va chercher l'égalisation après avoir pris à revers la défense bien trop laxiste du Napoli.


Dès lors, une autre partie commence. Méconnaissables, les Azzurri, si sereins et entreprenants en première période, se découvrent et subissent à leur tour les assauts d'une Sampdoria galvanisée. À dix minutes du terme, suite à une récupération au milieu de terrain, Soriano trouve Luis Muriel qui allume Pepe Reina sans réfléchir. Le Colombien trouve la barre, le San Paolo est scié. Sentant le K.O. venir, Walter Zenga change ses plans, passe à cinq défenseurs et obtient, dans la douleur, le point qu'il était venu chercher. Comme la Juve, comme la Lazio, le Napoli trébuche et tombe de haut. Sale temps pour les gros.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
il y a 8 heures Rooney inspire DC United 3 Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73