1. //
  2. // 2e journée
  3. // Napoli/Sampdoria (2-2)

Éder gâche la fête napolitaine

Deux buts d'Higuaín en première, deux buts d'Éder en seconde. Au terme d'un match où chaque équipe aura eu sa mi-temps, Naples et la Sampdoria s'annulent sur la pelouse du San Paolo. Débuts difficiles pour le Napoli.

Modififié
6 7

Napoli 2-2 Sampdoria

Buts : Higuaín (9e, 39e) pour le Napoli / Eder (57e, 59e) pour la Sampdoria

Naples et son buteur maison Gonzalo Higuaín pensaient avoir fait le plus dur en regagnant les vestiaires avec un confortable avantage de deux buts. Hélas, c'était sans compter sur le regain de tension de la Sampdoria et l'extrême réalisme d'Éder qui s'offre, ce soir, ses troisième et quatrième buts de la saison. Tout comme la Juventus plus tôt dans la journée, le Napoli marque le pas et déçoit, une nouvelle fois, devant son public. Les hommes de Maurizio Sarri comptabilisent un point en deux journées et peuvent déjà commencer à tirer la sonnette d'alarme.

Higuaín fait le show


Il y a sept jours, tout pile, la Sampdoria de Walter Zenga en collait cinq à Carpi en moins de 40 minutes. Une semaine plus tard, l'histoire est loin de se répéter dans les travées clairsemées du San Paolo. Bien décidée à relever la tête après son revers inattendu à Sassuolo, la troupe de Maurizio Sarri se met direct au diapason. En huit minutes, Naples a frappé deux fois au but et mène déjà 1-0. Sur la touche, le speaker fou n'a même pas le temps de se chauffer les cordes vocales qu'il doit déjà crier le nom de « GON-ZA-LO ! » Suite à une action de cours d'école, Insigne trouve Higuaín qui ajuste le portier génois d'un piqué malicieux. Sous l'eau, la Samp ne parvient pas à développer son jeu et va même jusqu'à perdre son défenseur Andrea Coda, touché salement au genou après vingt-deux minutes. Sans pitié, les Napolitains se ruent à l'attaque et frappent une nouvelle fois par l'intermédiaire d'Higuaín. Lancé idéalement par Allan, l'Argentin profite de la passivité de la défense adverse pour fusiller le malheureux Viviano. Sans forcer, Naples rentre aux vestiaires avec deux buts d'avance, loin de se douter du scénario qui va suivre...

Éder gâche la fête


À 2-0, face à une équipe atone et pratiquement inoffensive, les hommes de Sarri pensent avoir fait le plus dur. Grave erreur. Après une douzaine de minutes de tâtonnements, Éder et la Sampdoria obtiennent un penalty légitime suite à un tacle stupide de Raúl Albiol. L'Italo-Brésilien s'élance et trompe Reina d'une jolie mine au ras du montant droit. En tribunes, le président Ferrero, aux anges, n'est pourtant pas au bout de ses surprises. Moins de deux minutes après la réduction du score, ce même Éder s'en va chercher l'égalisation après avoir pris à revers la défense bien trop laxiste du Napoli.

Dès lors, une autre partie commence. Méconnaissables, les Azzurri, si sereins et entreprenants en première période, se découvrent et subissent à leur tour les assauts d'une Sampdoria galvanisée. À dix minutes du terme, suite à une récupération au milieu de terrain, Soriano trouve Luis Muriel qui allume Pepe Reina sans réfléchir. Le Colombien trouve la barre, le San Paolo est scié. Sentant le K.O. venir, Walter Zenga change ses plans, passe à cinq défenseurs et obtient, dans la douleur, le point qu'il était venu chercher. Comme la Juve, comme la Lazio, le Napoli trébuche et tombe de haut. Sale temps pour les gros.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cette journée plaisir pour les bookmakers.

Napoli qui passe de 2-0 à 2-2 en deux minutes.

Lazio pulvérisé par le Chievo.

La Fio qui mène jusqu'à là 67ème puis s'en prend trois dans la gueule en dix minutes.

La Juv mis minable par la Roma

L'Inter qui aurait du finir sur un match nul contre Carpi sans un penalty cadeau à la dernière minute de jeu.
En tant que juventino, j'espère qu'ils vont virer Sarri mais si ADL a assez de caractère pour le garder, quand ils auront mis en route, ce sera l'équipe à surveiller ou plutôt à redouter.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Empoli n'est pas Naples la patience meme si sarri est un napolitain il sera pas epargner
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Message posté par Trap
En tant que juventino, j'espère qu'ils vont virer Sarri mais si ADL a assez de caractère pour le garder, quand ils auront mis en route, ce sera l'équipe à surveiller ou plutôt à redouter.


Qu'est ce qu'il a vraiment montre pour que tu sois si optimiste? Sarri j'en sais encore trop rien le mieux serait d'attendre d'ici 2-3mois pour voir. Mais en 2 mois tout Naples peut vouloir le descendre
De Laurentiis? Avoir du caractère???? Mais je te rappelle que c'est un napolitain amicco!! Et puis c'est pas son genre de virer un entraîneur en plein milieu d'une saison (sachant le bordel qui va avec... Palerme si tu m'entends! ;))
Sarri a montré qu'il savait batir et diriger une équipe avant d'entraîner le Napoli.
Quand au caractère, être napolitain suffit selon toi?
Peut-être que cela te suffit, tant mieux pour toi dt pour les adversaires de ton équipe.
Massimo69 Niveau : DHR
Message posté par Milan_forza18
Empoli n'est pas Naples la patience meme si sarri est un napolitain il sera pas epargner


Je suis d'accord avec ça. Mais est-il possible d'ajouter que ce manque de patience est une catastrophe en général??
You'll never walk without gerrard Niveau : CFA2
Écoute les interviews de DeL et regarde ce qu'il a fait depuis qu'il a repris Naples. C'est son genre de céder aux tifosi impatients? D'agir précipitamment?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 7