En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG/Benfica (1-1)
  3. // Notes

Edel bonnet d'âne

A match moyen, évaluations médiocres. Edel porte sur ses épaules d'arméno-camerounais, la débâcle du foot français, l'élimination du PSG, en attendant son procès pour la non qualification des siens en Ligue des Champions. Côté Benfica, Fabio Coentrao règne en premier de la classe.

Modififié
PSG



Edel (0,5) : Première sortie sur corner avec de la buée dans le pare-brise et un but pour sa gueule, Kombouaré aura sans doute trouvé les mots dans le vestiaire pour relativiser sa nouvelle boulette : « enculé » , « joueur de merde » .

Ceara (3) : Le danger est invariablement venu de son côté. Sans doute pas un hasard.

Sakho (6) : On n'a quasiment pas vu Cardozo du match. Sans doute pas un hasard.

Armand (4) : Beaucoup moins en vu que son compère de charnière centrale. Son tacle sur la cheville de Fabio Coentrao aurait dû lui valoir l'exclusion.

Tiéné (3) : Un arrière latéral à l'ancienne. Pas assez solide pour jouer dans l'axe, et pas assez technique pour vraiment apporter offensivement, malgré une bonne volonté indéniable.

Makélélé (4) : Un renfort précieux pour sa charnière centrale, mais trop de pertes de balle, dont l'une est à l'origine du but portugais. A 38 ans, Claude MC commence à devenir obsolète.

Chantôme (4) : Face aux trois milieux offensifs de Benfica, il y avait trop de taf pour lui. S'est battu, mais n'a pu apporter offensivement.

Nenê (6) : Même quand il n'est pas au top, il reste le plus brillant des parisiens. Il manque une grosse occas' en première période, mais son centre pour Erding (62e) aurait dû en faire un passeur décisif.

Bodmer (6) : En première période, le danger est venu de ses ouvertures. Et son but est venu récompenser sa belle oeuvre. Sorti à la 68e minute, il était trop peu apparu depuis le retour des vestiaires.

Jallet (4) : Difficile d'être concurrent et complice. Dans son couloir droit, son entente avec Ceara n'a pas crevé les yeux. Manifestement, il préfère être lancé pour ajuster de bons centres, car arrêté ce n'est pas ça. A surtout eu la malchance de se trouver face à Fabio Coentrao.

Erding (3) : Cette année, marquer des buts ce n'est vraiment pas son truc. Maladroit, il ne reprend pas un centre de Nenê qui aurait pu offrir les prolongations aux siens (62e). Mais il reste un joueur intelligent et sa superbe remise de la tête a amené le but parisien.

Hoarau-Giuly : n'ont pas assez reçu de ballons pour être évalués. Leur entrée conjuguée a toutefois provoqué un petit mouvement de panique dans l'arrière-garde lisboète.

Jean-Eudes Maurice (1) : Sur la dernière offensive du PSG, il a l'occasion d'envoyer son club en prolongations, mais il trébuche et saborde sa frappe. Il est sans doute temps pour Jean-Eudes de retourner à l'UJA Alfortville. Avec Edel ?

[page]
BENFICA

Roberto (7) : Un gardien espagnol qui joue au Portugal, on était dubitatif, mais il sort l'arrêt du match à la 78e minute, qui envoie son club en quarts de finale.

Maxi Pereira (4) : N'a pas sombré face à Nenê mais a souvent été en difficulté. S'en fout, a joué une demi-finale de Coupe du Monde.

Luisao (5) : Costaud dans les duels, il a contribué à neutraliser Hoarau dans les vingt dernières minutes. Mais avec un Erding réaliste, les espaces qu'il laisse dans son dos auraient pu coûter cher aux siens.

Sidnei (4) : Le petit frère de Luisao.

Fabio Coentrao (9) : Jallet et Ceara se souviendront de lui. Le premier s'est fait manger proprement par la force d'intervention du seul portugais sur la pelouse, le second s'est enrhumé dans les courants d'air sur chaque montée de l'arrière latéral. Logiquement, ça finit à Chelsea l'année prochaine.

Javi Garcia (5) : Un Espagnol qui joue au Portugal, on doutait. Bon, un peu comme Chantôme, trop over-booké pour pouvoir rayonner.

Nicolas Gaitan (6) : L'ex de Boca a fait mal à Ceara, il a surtout marqué le but de la qualification avec la complicité apathique d'Apoula Edel.

Aimar (5) : Il n'est plus depuis longtemps le nouveau Maradona, mais son orientation du jeu respire quand même la classe. Un point en moins pour lui avoir trouvé une ressemblance avec Lionel Letizi.

Eduardo Salvio (6) : Energique, il a fait souffrir Tiéné.

Oscar Cardozo (3) : S'il était aussi efficace que l'an dernier, le Benfica n'aurait pas vu sa qualification contestée jusque dans les derniers instants.

Saviola (4) : Un bon premier quart d'heure, puis le petit lapin s'est contenté de manger l'occas' du 2-1 (57e). Sorti à la 64e minute, un problème de piles Duracell semble t-il. 


ENTRAINEURS

Antoine Kombouaré (4) : Entrées de Giuly et Hoarau trop tardives. Comme Paul le Guen, il fait tourner en Europa League pour accrocher une place en Ligue des champions. Comme Paul Le Guen, il se contentera sans doute d'une Coupe de France.

Jorge Jesus (7) : Son petit but d'avance, l'entraîneur portugais est allé le défendre avec trois milieux offensifs, bien conscient qu'en marquant une fois il compliquerait la tâche des parisiens. Pari gagné.

Arbitre (6) : Professeur de religion dans un établissement catholique, l'Ecossais William Collum s'est montré œcuménique.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
SOS fantômes