1. //
  2. //
  3. // Rennes-Nantes
  4. // Interview

Eddy Capron : « J’ai toujours eu un petit complexe d’infériorité par rapport à mes partenaires »

Ce week-end, c’est derby dans l’Ouest de la France avec Rennes-Nantes, deux équipes pour lesquelles Eddy Capron a tenu la défense dans les années 1990. Pour des expériences totalement opposées. Aujourd’hui éducateur sportif, ce « Canari de cœur » revient sur sa carrière professionnelle, son regret d’avoir quitté le FC Nantes et sur son expérience en tant que patron de maison de disques.

Modififié
Il y a peu, tu as déclaré regretter le fait que les anciens du FC Nantes soient si peu présents dans la direction actuelle...
Je pense que certains anciens joueurs ont cherché à être présents et à s’investir, mais que ça ne plaisait pas forcément à la nouvelle direction. Pourquoi ça ? Chacun a ses raisons à ce sujet... Je ne dis pas que tout est totalement fermé, j’ai moi-même été en contact avec la direction pendant un temps, mais c’est clair qu’il y a une certaine forme de réticence par rapport aux anciens. On nous accuse parfois de trop parler, de trop nous manifester.


Est-ce que cet hiver, ça t’est arrivé de te dire : « L’entraîneur de Nantes, ça pourrait être moi » ?
J’en rêve bien sûr, mais je n’ai pas les diplômes requis. Après, il faut aussi se demander si je serais meilleur que l’entraîneur en place. Honnêtement, je ne pense pas. De toute façon, c’est tout le club qui est concerné : les joueurs, le président et les membres du staff sont autant responsables de la situation actuelle que l’entraîneur.

« Lorsque je jouais en D3 avec Denoueix, on avait de très mauvais résultats. On se faisait bouger, mais on a cultivé notre jeu et on a fini par reproduire ça en première division »

Ce week-end, Nantes reçoit Rennes, deux équipes pour lesquelles tu as joué. Comment tu expliques leur manque de résultats ces dernières années ?
Pour Rennes, j’avoue ne pas avoir trop de réponses précises à donner. Mais pour Nantes, disons qu’il y avait une identité et un gros savoir-faire et que cela a été complètement négligé. Selon moi, des entraîneurs comme Raynald Denoueix ont été mis à l’écart trop tôt, pareil pour des figures essentielles du club, comme Stéphane Ziani ou Stéphane Moreau. C’est dommage parce qu’on sent bien que le club recherche une identité ces dernières années.

Tu ne penses pas que c’est une erreur de courir après un certain passé ?
Ce qui est sûr, c’est que ça met une pression énorme sur certaines têtes, alors qu’il faudrait sans doute accepter que l’on ne retrouvera jamais ça et avancer. Je pense qu’il faut laisser le temps aux nouvelles générations d’imposer leur style.

Ce qui était le cas pour toi lorsque tu es arrivé au centre de formation, non ?
À l’époque, il y avait un vrai travail effectué avec les jeunes, une volonté de construire ensemble. Lorsque je jouais en D3 avec Denoueix, on avait de très mauvais résultats. On se faisait bouger, mais on a cultivé notre jeu et on a fini par reproduire ça en première division. Et ça a marché, comme ça marche également depuis plusieurs années pour le Barça. Là-bas aussi, les jeunes galèrent, mais ils refont leurs gammes quotidiennement et ont des points de repères pour l’avenir.

« Il faut dire ce qui est : je n’étais pas le plus talentueux de mon époque, mais j’ai pu m’exprimer pleinement au sein d’un collectif parfaitement rodé. Dès que je suis sorti de ce collectif, ça a été plus compliqué. »

Ta première année en pro, en 1990, tu t’en souviens ?
J’avais dix-neuf ans, je débarquais de la région parisienne, je collectionnais les maillots du FC Nantes depuis plusieurs années et n’arrivais pas à réaliser. Je me voyais encore devant ma télé à hurler sur Maxime Bossis parce qu’il avait manqué un penalty avec l’équipe de France. Là, je m’entraînais avec lui (rires).

À l’époque, on disait que tu avais un Christanval dans chaque jambe. Tu penses être passé à côté d’une plus grosse carrière ?
Il me manquait le mental ou un club avec une identité aussi forte que celle de Nantes. Honnêtement, quand j’ai quitté le club en 1997, j’avais l’impression de ne pas savoir jouer. Comme beaucoup de joueurs à Nantes, j’avais été formaté pour jouer pour ce club. J’avais beau faire le double d’efforts, je n’y arrivais pas. Et ça vient probablement du fait que, avec Nantes, on jouait pour et avec nos partenaires. Sans Makelele et Ferri, par exemple, je n’étais rien. L’addition d’individualités faisait la force du collectif, et ça permettait de masquer quelques lacunes.


C’est-à-dire ?
Il faut dire ce qui est : je n’étais pas le plus talentueux de mon époque, mais j’ai pu m’exprimer pleinement au sein d’un collectif parfaitement rodé. Dès que je suis sorti de ce collectif, ça été plus compliqué. D’autant que j’ai toujours eu un petit complexe d’infériorité par rapport à mes partenaires.

« Certes, on enchaînait les victoires 3 à 0 à la maison, mais on prenait ça avec modestie. Coco Suaudeau nous avait inculqué ça, il voulait que l’on reste humbles, même dans la victoire. »

Tu as parfois joué arrière droit. Rassure-moi, ton vrai poste, c’est bien défenseur central ?
Les rares fois où je jouais arrière droit, c’est parce qu’il n’y avait pas de place au centre. Quand je suis arrivé, il y avait Karembeu, Desailly, Bossis et même Le Guen, que des gars que je regardais avec de grands yeux. Du coup, je jouais où on me mettait. Si ça avait été milieu gauche, j’aurais accepté (rires).


Avec le recul, as-tu conscience d’avoir fait partie de la grande époque du football nantais ?
Pour moi, le vrai Nantes, c’est celui qui a remporté le championnat en 1983. Tous ces joueurs étaient des modèles pour moi. On a certes fait une saison de dingue en 1994-1995, mais je pense que cela n’aurait pas été possible si la génération 80 n’avait pas posé les bases.

Justement, le titre de 1995. Qu’est-ce que tu ressens lorsque tu y repenses ?
La frustration de ne pas l’avoir savouré à sa juste valeur. Tout s’est enchaîné trop vite : il y a eu un décès dans mon entourage et, avec l’équipe, on s’est vite remis au travail pour la saison suivante. C’est dommage, mais je pense que l’on ne réalisait pas du tout à l’époque. Certes, on enchaînait les victoires 3 à 0 à la maison, mais on prenait ça avec modestie. Coco Suaudeau nous avait inculqué ça, il voulait que l’on reste humbles, même dans la victoire.

Apparemment, les joueurs étaient cramés quand ils sortaient d’un entraînement avec Suaudeau...
En vrai, c’était surtout le mardi et le mercredi que l’on travaillait le fond. Le reste de la semaine, on faisait beaucoup de tactique, ce que Coco considérait comme de la récupération.


« À Sedan, c’était une ambiance de dingue. On n’était pas bons, mais qu’est-ce qu’on rigolait (rires). »

Finalement, ton départ du FC Nantes t’a fait plus de mal que de bien... Pourquoi ce départ ?
Après le titre, j’ai eu une hernie qui m’a tenu éloigné des terrains pendant quatre ou cinq mois. À mon retour, j’avais l’impression que l’on ne voyait plus que mes défauts. Il fallait que je parte. J’avais des contacts avec Newcastle, Tottenham et quelques clubs en Espagne, mais comme je venais d’acheter une maison et que ma compagne était enceinte de notre premier enfant, je voulais rester dans l’Ouest. Ça aurait pu être Laval ou Lorient, mais c’est tombé sur Rennes (rires).

Tu te souviens des réactions lorsque tu as signé à Rennes, chez l’ennemi ?
Cette rivalité ne me regarde pas. Je suis pro-Nantes, mais je ne suis contre aucun club. Cela dit, ça ne m’a pas empêché de me faire siffler des deux côtés. Pareil à Sedan, j’étais sifflé parce que j’étais « Eddy Capron de Nantes » , une équipe contre laquelle Sedan venait de perdre en finale de la Coupe de la France.

Tu retiens quoi de ton parcours à Sedan ? Le premier but de l’histoire dans le stade Louis-Dugauguez ?
Ce but, je me le rappelle, bien sûr, mais je retiens surtout la relation avec les autres joueurs. J’avais des difficultés physiques, j’étais sifflé et n’étais pas très bon sur le terrain, mais ils m’ont toujours fait confiance. J’ai même terminé capitaine là-bas, ce qui ne m’était jamais arrivé. Et puis, même au-delà de ça, c’était une ambiance de dingue. On n’était pas bons, mais qu’est-ce qu’on rigolait (rires).

Le retour au foot amateur, comment ça s’est passé ?
Ça n’a pas été facile, mais il y a eu une longue transition entre l’arrêt de ma carrière et mon retour en tant qu’éducateur. Pendant longtemps, je ne pensais même pas exercer une telle activité. C’est uniquement lorsque j’ai amené mon fils pour la première fois au foot que j’ai commencé à ressentir cette envie de transmettre. Très vite, j’ai passé mon diplôme et je me suis pris au jeu. Et je m’éclate : contrairement au foot pro, c’est aux entraîneurs et aux éducateurs d’être à la disposition des joueurs ici.

Et concrètement, tu essayes d’enseigner quoi à tous ces jeunes ?
Que ce n’est que du foot et qu’ils sont là pour se faire plaisir. Après tout, ils n’ont pas besoin de moi pour leur dire de courir et de taper dans un ballon. L’important, c’est de leur inculquer les notions de collectif. Tu sais, un jour, Loïc Amisse m’a dit qu’il préférait faire une passe décisive que d’inscrire un but. Sachant que le mec était attaquant, ça m’a marqué.

Pour finir, on peut dire que tu restes l’un des seuls joueurs de foot à avoir lancé un label de musique...
Ça a duré trois-quatre ans. Il n’y avait aucun objectif, mais ça m’a permis de collaborer avec des mecs des USA, d’Israël et du Japon. J’ai fini par lâcher parce que c’était risqué financièrement. Et puis ça coïncidait avec les débuts de mon fils au foot. Je ne voulais plus travailler de 15h à 6h du matin en studio. Je ne voyais pas le temps passer, ce n’était pas une vie.

Propos recueillis par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Interview fort sympathique. J'espère que tout ce qu'il a appris à Nantes, les petits qu'il entraine vont en bénéficier.
Je le trouvais beaucoup trop tendre pour un joueur de ce niveau en défense (face à Paulo Sergio, Kirsten et Völler en 95, puis Vialli en 96 ça n'a pas loupé !). Mais tout s'explique maintenant puisqu'il faisait un complexe d'infériorité et avait un mental en mousse ...
il y a 5 heures NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! il y a 2 heures Un match arrêté par des jets d'oeufs 4
il y a 7 heures Des lions sur les murs d'un vestiaire 28 Hier à 21:30 La belle ouverture du score de Liverpool 16
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 17:57 Macron s'est invité à la Commanderie 28 Hier à 11:20 Un mercato raccourci en Premier League ? 26
Hier à 11:16 Gignac donne son nom à un tigre 22 Hier à 08:48 Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 41 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28