Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale
  3. // République tchèque/Portugal (0-1)

Čech n'a, cette fois, pas suffi

À fond, les Tchèques auront joué leur tactique : faire chier les Portugais, contrer leurs offensives. Un but ultime : ne pas prendre de but. Une impression : vouloir en finir aux pénos, pour se reposer sur l’homme fort Petr Čech. Bah, la République tchèque est finalement sortie. On la fait pas trois fois à CR7.

Modififié
Čech (8) : Même quand il y a faute, même quand il n’y a pas d’action, le bon vieux Petr reste actif, comme sur une frappe de Ronaldo (24e) ou sur une patate de Nani (54e), et bien d’autres encore. Autrement, y a toujours les poteaux pour l’aider ou les décisions arbitrales pour annuler un but. On se serait cru en Ligue des champions. Ah oui, il n’y peut rien, sur son but…

Gebre Selassie (5,5) : Si solide sur son côté droit, en compagnie du chevelu Jiráček, que Cristiano Ronaldo a vite déserté l’aile pour passer plein centre. Jusqu’à ce que la catin portugaise aille claquer sa tête à dix minutes du terme. Et pour le coup, c’est bien l’Éthiopien qui aura été en retard au marquage. C’est con.

Sivok (6): Le genre de défenseur à l’ancienne qui ne se pose pas de question, à grands coups de savate devant. Aura presque prouvé que ça fonctionnait encore.

Kadlec (7) : Le leader de la défense tchèque. Solide, gaillard et courageux. Son application n’a pas payée, et il n’est pas dit qu’il ne tuera pas le seul fautif sur le but de CR7… Comment ça, ce serait du racisme ?

Limberský (6) : A bien failli faire oublier Nani. Du moins, pendant une heure. Après, c’était festival de fautes, dues à une évidente fatigue.

Hübschman (5) : Rassurant défensivement, on ne l’aura pas trop vu à la relance. Sans blague ?

Plašil (4) : Après avoir glissé allègrement sur la pelouse, le Bordelais a été invisible. Offensivement, c’est évidemment un zéro pointé. D’un point de vue défensif, il aura été sérieux. M’enfin, un Plašil sans ballons, c’est pas un Plašil, non ?

Jiráček (8) : On se demande où ce mec joue tellement il est actif. Tellement partout qu’il se permet d’aller marquer Ronaldo en défense sur coups de pied arrêté. Tellement actif qu’on l’a vu au four et au moulin et même sur les deux-trois seules actions de la Tchèquie. Solide, le type.

Darida (5) : Beaucoup de bonne volonté pour un mec qui a remplacé Rosický à la dernière minute. M’enfin, la bonne volonté, c’est cool, mais il n’aura pas eu beaucoup de ballons à exploiter. Ce qui était, à la base, sa fonction première…

Pilař (5) : Heureusement qu’il aura fait frissonner les supporters portugais. Enfin, juste sur une action, où il casse trois reins avant de faire un centre tout pourri dans la surface. À part ça, le néant. Dommage, c’était l’un des dynamiteurs de l’attaque tchèque.


Baroš (0) : Comme d’hab, on a l’impression que le 9 tchèque ne sert à rien. Étrangement, il a été encore plus invisible en quarts. Si il y a encore des admirateurs, s’il vous plaît, dites-le-nous, on aimerait franchement en parler.

REMPLAÇANTS :

Rezek (4) : Il remplace un bien pâle Darida (61e) pour ne pas en faire davantage si ce n’est défendre.

Pekhart (3) : Entre en remplacement de Hübschman (86e), manière qu’il puisse dire adieu à l’Euro.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17