1. // JO 2012
  2. // Présentation
  3. // Groupe A
  4. //

EAU potable ?

La sélection des Émirats arabes unis fait une entrée historique dans la section football aux Jeux Olympiques. Au terme d’un super parcours en qualifications, qui plus est. S’il subsiste quand même l’interrogation quant à sa survie dans la compétition, au fond, goûter aux joies de l’internationalité, ça vaut bien tout le pétrole du monde.

Modififié
4 5
Retour sur la scène internationale, 15 ans après
« Les Jeux Olympiques sont une compétition mondiale qui n'a rien à envier à la Coupe du monde. Ils rassemblent l'élite sportive mondiale. » Les mots du sélectionneur émirati Mahdi Ali en disent long sur la fierté nationale de voir enfin une équipe de football percer sur la scène internationale. Du moins faire son retour. Car, outre le fait que les EAU ne s’étaient jamais qualifiés pour les JO, ils avaient tout de même participé à un grand rendez-vous : la Coupe du monde 1990. Bon, avec le destin dont on se doute, trois défaites et un retour rapide à la maison. À part ça, la sélection des Émirats s’était fait remarquer pour son superbe parcours à la Coupe d’Asie des nations 1996 et sa défaite en finale aux tirs au but face à l’Arabie Saoudite. Une seconde place qui lui avait permis de participer à la Coupe des confédérations un an plus tard, où les Émiratis sont parvenus à cueillir leur seule et unique victoire en compét’ internationale (1-0 face à l’Afrique du Sud). 1997, date du dernier rendez-vous des Émirats arabes unis avec le monde du ballon rond. Quinze ans plus tard, les EAU retrouvent enfin le gratin, et pour une première aux JO, eux qui, depuis leur participation aux phases de qualifications en 1980, n’étaient jamais parvenus à concourir pour l’événement (deux défaites au 3e et dernier tour qualificatif, pour Atlanta 96 et Athènes 2004, Ndlr). C’est beau.

Qualification béton

Pour sa première participation aux JO, on ne pourra pas dire que la sélection émiratie aura volé sa place. Loin de là. Elle a commencé par exploser au premier tour le Sri Lanka (10-1 au cumul), avant de valider son ticket pour la phase de poules en battant au couteau la Corée du Nord (2-1) dans un duel fleurant bon l’opposition politique et économique. Dans l’ultime phase, celle des poules, les EAU ne partaient pas vraiment avantagés, avec un coriace adversaire comme l’Australie, habituée à mettre l’Asie à ses pieds. Au final, ce sera du tout cuit : après deux petits nuls pour se chauffer, ils ont enchaîné quatre succès consécutifs, battant donc l’Ouzbékistan, l’Iraq et… l’Australie, qui finira dernière de sa poule, et vlan ! Premiers de leur groupe, les Émirats ont pu surfer tranquille vers Londres.

La star est lyonnaise

L’effectif drivé par Mahdi Ali est l’un des plus jeunes de la compétition qui s’annonce. Là où chaque nation fait jouer son droit de présenter trois joueurs de plus de 23 ans dans son effectif, les EAU ne dérogent pas à la règle. Mais coach Ali, qui dirige des équipes jeunes depuis belle lurette (champion d’Asie 2008 avec les U-19), n’a pas sélectionné un seul trentenaire. Manière de ne pas dénaturer un groupe soudé. De la jeunesse qui cavale, en gros. Et surtout deux joueurs, en fait. Le premier Émirati à évoluer en Europe, le défenseur Hamdan al-Kamali. Ironie du sort, son club, c’est l’Olympique Lyonnais. Al-Kamali, ou le symbole de la tentative à peine dissimulée de rapprochement vers l’Orient orchestrée par Jean-Michel Aulas. Tentative qui n’a pas porté ses fruits, puisqu’après six mois passés avec la réserve lyonnaise, le joueur serait proche de la sortie. Toujours est-il qu’en sélection, le bonhomme a un sacré rôle de leader. Seulement 4 buts encaissés en 10 rencontres de qualif’. Et en tant que capitaine, il s'est même permis de scorer deux pénos. Une autre bonne raison de l’observer, aussi, c’est qu’il a lui-même déclaré qu’il profiterait de ces JO pour convaincre ses dirigeants de le conserver.

L'espoir est attaquant

Ahmed Khalil, lui, n’aura pas ce problème. L’attaquant le plus prolifique de sa sélection (6 buts sur les qualif’) est une graine de star au pays. Il aurait pu partir bien plus tôt que son compère Kamali (il était accosté en 2009 par Portsmouth, Ndlr), notamment en raison de ses stats en sélection, qui impressionnent : 12 buts en 15 rencontres chez les U-20, 14 en autant de matchs en U-23. Forcément, il sera le mec qui pourra débloquer des situations. Et qui pourrait profiter de la compétition pour faire sa promotion et organiser son grand saut vers l’Europe par la suite, aussi.

L’important, au fond, c’est d’apprendre

Mais on ne va pas se leurrer plus longtemps. L’aspect historique, fierté, tout ça, c’est bien beau, mais le but de la sélection émiratie est avant tout de prendre ses marques, de progresser au contact d’adversaires de qualité, pour réitérer ce genre d’exploit par la suite. La génération est talentueuse, l’arrivée massive d’anciens joueurs européens dans le championnat émirati ne peut être que bénéfique à l’évolution du football dans ce pays du Moyen-Orient. Alors oui, les Émirats progressent en matière de football. Ne reste plus qu’à confirmer la tendance sur les terrains, les vrais. Parce que ce ne sera pas le Sri Lanka, qu’ils joueront. Al Kamali ne marquera pas un pauvre amateur d’1m50 en crampons-mousse, mais Edinson Cavani. Et son compère Ahmed Khalil devra tromper la vigilance de solides défenseurs de Premier League.

Trois claques et au lit ?

Du coup, niveau prono, difficile d’entrevoir un beau destin pour la sélection émiratie sur cette compétition, aussi généreuse soit-elle. La phase de poules lui réserve la Grande-Bretagne et l’Uruguay, qui sont évidemment supérieurs, point de vue qualité et expérience. Alors, après deux claques, restera à se frotter au Sénégal, qualifié aux JO grâce aux barrages. Peut-être le meilleur coup à jouer pour les Émirats.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sympa l'article!!! Ca permet de découvrir d'autre selection! Quant au petit jeune de l'OL, ca ce savais depuis longtemps que ce n'était qu'un coup de com!! bien avant l'arrivé des quataris au PSG!!!
Bonne chance à cette équipe d'EAU qui pourra, qui sait, faire un petit miracle contre Ryan GIGGS and co in LONDON!!!
Pepèrearnaud Niveau : CFA2
'Tain! La meilleure des continuations et réussites à Pauwels chez So Foot.
EAU potable !
Carement quoi!
Meme le legendaire andré matos n'aurrait pas fait mieux
Ahmed Khalil c'est déjà un killer dans FM 2012 :)
Bien, l'article. Du coup, j'ai bien envie de les voir pendant le tournoi olympique. Et c'était pas gagné d'avance. Cinq étoiles.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 5