Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Lazio

Dybalarbre qui cache la forêt

En lévitation depuis le début de la saison, Paulo Dybala a inscrit à lui seul la moitié des buts des Juventini en Serie A cette saison. De quoi masquer les insuffisances du secteur offensif piémontais, qui se cherche encore.

Modififié

« Parfois, il est tout simplement injouable. Il est en train de devenir un joueur extraordinaire. » Le 17 septembre dernier, la Juventus dominait Sassuolo grâce à un triplé de Paulo Dybala, et Max Allegri est alors presque agacé de devoir chercher de nouveaux superlatifs pour qualifier la prestation lunaire de son attaquant. Avant d'affronter la Lazio ce samedi, les chiffres parlent d'eux-mêmes : en sept matchs, la Vieille Dame a planté vingt buts, dont dix ont été inscrits par la Joya. Dybala plane sur l'Italie, et la Juve s’est accrochée à ses ailes.

Gare à l'atterrissage


Mais Massimiliano Allegri le sait : un jour, l'Argentin va bien devoir atterrir. Et ce sera à ses partenaires d'attaque de refaire décoller les Bianconeri. Problème : le secteur offensif piémontais est encore loin de donner satisfaction. Malheureusement pour la Vieille Dame, n'est pas Blaise Matuidi qui veut, et certaines de ses recrues de prestige bafouillent encore leur football. À commencer par la paire d'ailiers Douglas Costa-Bernardeschi, sur laquelle les Turinois ont investi en tout plus de 80 millions d'euros cet été.


Le premier peine encore à s'intégrer au projet collectif bianconero, ses prestations sur le pré se résumant pour l'instant à quelques numéros de soliste spectaculaires, mais peu décisifs, en atteste son bilan statistique encore vierge (aucune passe décisive ni but à mettre à son actif cette saison). Selon les médias italiens, Allegri lui aurait également fait savoir qu'il goûtait peu son manque d'efforts sur le plan défensif. Mais il ne désespère pour autant pas de voir le Brésilien s'épanouir dans la Botte dans les semaines à venir : « Douglas Costa ? Non non, ce n'est pas une énigme. C'est un joueur qu'il faut savoir faire jouer à 100% au lieu de 60. Mais quand il vous montre ce dont il est capable, mamma mia... »


À 23 ans, Federico Bernardeschi est, lui, confronté à un autre problème, celui de la concurrence au sein des Bianconeri, où il doit se bastonner avec les beaucoup plus expérimentés Mandžukić, Costa et Cuadrado pour une place sur les ailes du onze type d'Allegri. Pour l'instant, l'ancien phénomène de la Fiorentina manque d'initiative et d'audace dans ses prises de décision et n'a dû se contenter que de 127 minutes de jeu en championnat, même s'il a délivré une prestation encourageante lors de l'ultime journée de la Serie A, face à l'Atalanta. Pas de quoi inquiéter les cadres du vestiaire comme Giorgio Chiellini, qui demande de la patience aux tifosi envers l'ancien Florentin : « Avec tout le respect que j’ai pour la Fiorentina, jouer à la Juventus est très différent. Il faut passer un certain palier au niveau mental, Federico doit rester serein, car il aura bientôt sa chance. »

Le problème Higuaín


Si les cas de Costa et de Bernardeschi sont encore loin d'empêcher Allegri de dormir, celui de Gonzalo Higuaín, en revanche, est un dossier qui commence sérieusement à lui casser les pieds. L'Argentin n'est pas au mieux depuis le début de saison, notamment à cause d'un travail physique pas toujours irréprochable, à en croire le technicien juventino. Pipita a même dû faire un petit tour sur le banc dernièrement, laissant la pointe de l'attaque à Mario Mandžukić. Remplaçant lors du derby de Turin, puis face à l'Olympiakos en C1, l'Argentin a eu un comportement exemplaire sur le banc, ouvrant même le score pour la Vieille Dame face au club grec peu après son entrée en jeu, dans un match au cours duquel les Turinois peinaient jusqu'alors à se montrer dangereux.


Pas fou, Allegri a titularisé dans la foulée son buteur, qui a ainsi retrouvé le chemin des filets en Serie A, face à l'Atalanta. De quoi à la fois satisfaire et agacer le Mister juventino, qui a poussé une mini gueulante cette semaine dans les médias à destination de son avant-centre : «  Gonzalo doit être plus décisif ! Maintenant, il est mieux physiquement, il a travaillé dans ce sens, mais il n'est pas encore à 100%. Higuaín est un joueur extraordinaire. Je suis très en colère contre lui parce que, je suis désolé, il peut faire beaucoup beaucoup plus. Jusqu'à présent, il est à 50 pour cent de ses capacités. » En somme, comme ses équipiers Douglas Costa et Federico Bernardeschi, que le staff de la Juve va devoir chouchouter pour qu'ils soient à la hauteur des espoirs suscités par leur arrivée. Alors, seulement, Paulo Dybala pourra peut-être s'autoriser à souffler et à descendre de temps en temps de son piédestal. Cessant ainsi de porter presque à lui seul le secteur offensif turinois.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 6 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 24 il y a 6 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 27 Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7
À lire ensuite
Top 8 : Séries noires