1. //
  2. // Les 23

Dunga et les 23 bourrins

Comme prévu, l'ancien boucher de la Fiorentina et sélectionneur du Brésil Dunga n'a pas fait dans la dentelle : exit Ronaldinho, Pato, Ganso et Neymar et bonjour tristesse... C'est reparti comme en 94 !

Modififié
0 2
Carlos Caetano Bledorn Verri est plus connu aujourd'hui sous le nom de Dunga grâce à son oncle. Alors qu'il était encore enfant, Tonton Claudio l'a surnommé comme l'un des sept nains de Blanche-Neige. Hé non, c'est pas Grincheux... Le nain qui s'appelle Dunga, en brésilien, c'est Simplet ! Agacé par les journalistes qui le prennent sans arrêt pour l'idiot du village, le boss de la Seleção a bien pris soin de se reprendre à chaque fois qu'il sentait qu'il venait de faire une faute de portugais : « Sinon, vous allez encore dire que je ne sais pas m'exprimer correctement » . Pourtant, en assistant en direct à la conférence de presse qui a suivi l'annonce, hier après-midi, des 23 sélectionnés pour le Mondial sud-africain, ce n'est pas pour de simples erreurs de langage que des millions de Brésiliens lui en voulaient. C'est plutôt pour une insupportable faute de goût. Les artistes de Santos, Neymar et Paulo Henrique Ganso, ont été laissés sur le carreau. Tout comme Ronaldinho, qui avait pourtant retrouvé le plaisir de jouer sous les ordres de Leonardo à Milan. A leur place, des poètes comme Julio Baptista, pieds carrés et cuisses de taureau.

« Nous sommes des guerriers »

« La liste de Dunga est exactement ce que je craignais » , se lamente dans son blog Juca Kfouri, l'une des plus fines plumes de la presse brésilienne. « Nous aurons un milieu de terrain aussi laborieux et peu créatif qu'en 1994, même si à l'époque, ça avait marché. Kaká à la place de Raí. J'espère qu'il ne se passera pas la même chose qu'aux États-Unis et que lui, au moins, pourra briller » . Au vu de la saison pourrie du Madrilène, Juca peut se faire du souci quant à la qualité de jeu de la Seleção. Parce qu'il a bien raison : si Kaká ne retrouve pas la forme, ce ne sont pas les passements de jambes de Robinho qui vont apporter du liant et de la créativité à cette équipe. Grafite, seul invité surprise de la liste, est quand même bien moins glamour que le petit Neymar.

Contre les critiques, notre ami Simplet joue la carte du patriotisme : « Les joueurs vont devoir payer de leur personne. nous allons donner le maximum pour notre pays » . Il fait écho à une campagne de pub pour une marque de bière, qui colle parfaitement au style Dunga. On y voit le coach accompagné de Luis Fabiano, le regard menaçant, en train de se frapper la poitrine en hurlant : « Nous sommes des guerriers ! » .

Felipe Melo pète un câble en direct

Pas de doute, c'est bien reparti comme en 94. Avec dans les tranchées du milieu de terrain, le digne héritier de l'ancien capitaine de l'époque, qui a, comme lui, fait ses classes à la Fiorentina : Felipe Melo. Très critiqué pour sa saison catastrophique avec la Juve, ce dernier a pété un câble à l'antenne, alors qu'il était interviewé hier après-midi, par téléphone, sur la chaine de télé ESPN Brasil. Alors que le journaliste Paulo Vinicius Coelho lui demande ce que ça lui fait d'avoir été élu “poubelle d'or” par les supporters italiens (prix de plus mauvais joueur du Calcio, décerné par la radio Rai 2), il lui répond, excédé : « Tu as vraiment suivi le championnat italien ? Sur les six matchs où je n'ai pas joué, la Juve en a perdu cinq. Avant de parler, tu ferais mieux de regarder les chiffres. Tu es sûr que tu es vraiment journaliste ? » . Loin de se démonter, Coelho réplique du tac au tac : « Et toi, tu es sûr que tu es un joueur de foot ? » . Pan, dans les dents. Fou de rage, Melo lui raccroche au nez en plein direct.

Pas là pour préparer 2014

Outre Pato, on ne trouve pas non plus de Neymar ni de Ganso dans la liste... Les défenseurs du beau jeu ont beau faire de la résistance, au final, c'est quand même la Dunga touch qui l'emporte. Pendant la conférence de presse, certains journalistes évoquent le cas de Pelé, convoqué à 17 ans. Milton Neves, grande gueule de la chaîne Bandeirantes, lui fait remarquer qu'il entrera dans l'Histoire comme Menotti, le coach de l'Argentine qui n'a pas fait appel à Maradona en 1978. Simplet leur répond, imperturbable : « Ok, ils sont bons Neymar et Ganso, mais faut pas se moquer du monde. Si vous me trouvez un Pelé, amenez-le-moi. Pelé, il est incomparable » .

Et quand on lui rétorque que ça pourrait être une bonne idée de prendre des jeunes pour préparer la Coupe du Monde 2014 à domicile, il préfère se marrer : « C'est vrai, avec Jorginho (NDLR : son adjoint et ex-coéquipier à la coupe du monde 1994), on s'est demandé si on ne devait pas amener nos fils en Afrique du Sud, histoire de préparer 2014 ! » . Avant de reprendre son sérieux : « Franchement, si je suis là, c'est pour gagner en 2010, le reste, je m'en fous ! » . S'il reste autant de temps à la tête de l'équipe nationale que Domenech avec les Bleus, on est pas prêt de revoir du football champagne du côté de la Seleção.

La liste des 23 Brésiliens:

Gardiens: Julio Cesar (Inter Milan/ITA), Doni (AS Roma/ITA), Gomes (Tottenham/ENG).

Défenseurs: Luisao (Benfica/POR), Lucio (Inter Milan/ITA), Juan (AS Roma/ITA), Thiago Silva (Milan AC/ITA), Maicon (Inter Milan/ITA), Daniel Alves (FC Barcelone/ESP), Michel Bastos (Olympique Lyonnais/FRA), Gilberto (Cruzeiro)

Milieux de terrain: Gilberto Silva (Panathinaikos/GRE), Josué (Wolfsbourg/GER), Elano (Galatasaray/TUR), Kaka (Real Madrid/ESP), Ramires (Benfica/POR), Felipe Melo (Juventus/ITA), Julio Baptista (AS Roma/ITA), Kleberson (Flamengo)

Attaquants: Luis Fabiano (Séville/ESP), Nilmar (Villarreal/ESP), Grafite (Wolfsbourg/GER) et Robinho (Santos)


Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le Brésil est mort en 82, Paolo Rossi l'a tué!

"c'est reparti comme en 94", pourquoi? ça avait changé entre temps?
Le brésil, c'est des bourrins depuis 1990
Tant mieux, je pourrai allégrement cracher sur cette équipe et bien supporter la hollande et dans une moindre mesure, l'Argentine ( qui n'a quasiment que des défensifs au milieu et aucun créateur)
Faut voir aussi qu'en 2006 avec l'équipe ultra favorite de jongleur se fait fesser par un grand joueur en fin de carrière et 10 pieds bot.

À part les Oranjes qui perdront en quart, et les espagnols qui perdront en quart aussi, les favoris seront des équipes de solides, sans champagne, mais avec une bonne piquette rustre et efficace. Brésil, Argentine, Italie, Allemagne, Angleterre, voilà les seuls prétendant au titre. Ca vendra pas de rêve, mais ça ira au bout. J'met ma pièce sur une finale Italie-Argentine, après des demis Italie-Brésil Argentine-Angleterre.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2