Dunga Dunga, le retour

Décidément, le Brésil aime les come-back. Après le retour infructueux de Luiz Felipe Scolari, la CBF a décidé de retenter le même coup avec Dunga, l'ami des médias et du football-champagne. Et surtout, un type qui garde l'épopée de 1994 dans un coin de sa tête.

Modififié
6 20
La samba fait partie du patrimoine culturel du Brésil depuis près de deux siècles. Il désigne un genre musical, mais aussi une danse dont la CBF maîtrise apparemment les pas de base. Un premier pas en arrière en cache très souvent un second. Appliqué à la Seleção, cela donnerait : Scolari, champion du monde 2002 rappelé dix ans plus tard pour sauver le Brésil, est viré en 2014 pour laisser place à Dunga, vainqueur de la Copa América et de la Coupe des confédérations, mais seulement quart-de-finaliste en 2010. Au pays de la saudade, on n'aime pas regarder vers l'avant. Surtout quand on s'en prend sept dans la poire en demi-finales de sa propre Coupe du monde devant un peuple médusé. Même quand, après la petite finale, le président de la CBF José Maria Marin faisait des avances à José Mourinho, un Européen, il ne s'agissait aucunement d'une ouverture sur un autre monde, sinon d'un regard vers l'arrière, celui-là même que l'on désignait comme l'inhabituel point fort du Brésil 2014 et qui a fini par rendre les armes sans gloire contre l'Allemagne et les Pays-Bas. Désormais, la Seleção a changé d'objectif et se contentera de préserver son honneur. Pour gagner, il faut avant tout ne pas perdre. Pour gagner, il faut avoir un bloc solide. Ça, Dunga connaît. Il ne peut pas en dire autant du beau jeu. Dunga, c'est de la sueur, des tacles et parfois du sang. Un ami de Roy Keane, quoi.

Moins de buts des deux côtés


Alors, bon choix ou pas, Dunga ? Pour l'honneur de la patrie, oui. Une équipe coachée par le capitaine de la victorieuse canarinha de 1994 a très peu de chances de sortir d'un Mondial avec une fessée déculottée comme à Belo Horizonte. Avec Dunga sur le banc, jamais on n'aurait assisté au pressing aussi stupide qu'anarchique des Brésiliens face à des Teutons qui se sont fait une joie de marcher sur leurs boulevards - une habitude chez eux. Le nouveau chef d'orchestre aime quand tout est carré, quand le bloc glisse bien de gauche à droite, quand un joueur en couvre un autre pour colmater les brèches... Bref, Dunga aime la défense, oui, mais seulement si elle se met au service de l'attaque. Cette idéologie, il la tient de son mentor, le professor Parreira, avant-dernier champion du monde auriverde avec quatre milieux défensifs. Lors de son premier mandat, la formule avait payé. Certes, il y a eu cette élimination face aux Pays-Bas en 2010, mais l'échec final ne doit pas masquer les autres faits d'armes de ses troupes, à savoir les victoires en Copa América ainsi qu'en Coupe des confédérations. Le tout avec, à chaque fois, une moyenne de buts encaissés inférieure ou égale à un. Une solidité tactique qui a connu son apogée lors des éliminatoires du Mondial 2010. Le Brésil, dont le billet pour l'Afrique du Sud était validé dès la phase aller, n'avait alors encaissé que onze pions et planté 33 banderilles en 18 matchs. Enfin la Seleção de Dunga perd peu. Seulement six défaites en 60 matchs entre 2006 et 2010, soit un excellent bilan pour un type parti sous les sifflets du public et de la presse les plus exigeants de la planète.

Faire du neuf, avec du neuf


S'il ne faut pas négliger les chiffres, d'autres paramètres doivent également être pris en compte afin d'expliquer le semi-succès de « la Dengue » et d'appréhender son deuxième mandat. À commencer par la qualité de l'effectif. Son premier Brésil était nettement supérieur au cru 2014. Quand ce dernier ne disposait que du triangle Neymar, Thiago Silva, David Luiz, celui de 2006-2010 possédait en ses rangs un Kaká retrouvé, un Maicon injouable, un Lúcio ressuscité et un Luís Fabiano à son apogée. Au vu de leur âge avancé et bien que Dunga aime les vieux briscards, il est très peu probable de voir toutes ces têtes réapparaître sous les couleurs de la Seleção. La principale tâche du faux nouveau coach résidera donc dans le renouvellement d'un troupeau loin d'être vieux, mais maudit aux yeux de son peuple depuis le « Mineiraço » . Ce point précis laisse à croire que la CBF s'engage à laisser du temps à son entraîneur, car l'exercice induit l'essai de nombreux bizuts et donc du temps. Rome ne s'est pas faite en un jour, la Seleção non plus. Avec 70 joueurs utilisés au cours de son premier règne, « o capitao » ne marche pas en terre inconnue. Il n'hésitera pas à piocher jusqu'aux plus mauvais clubs de Serie A pour trouver la fourmi travailleuse qui se sacrifiera pour son projet, pour le bloc dont le centre s'appellera Neymar. Mis de côté en 2010 parce que Dunga craignait de voir le gosse choper la grosse tête, Neymar devrait recevoir les clés du carrosse de la main du boss, qui sera sans doute tenté de lui attribuer le même rôle qu'avait Romário en 1994. Celui de l'attaquant qui part en contre du milieu, pourfend les lignes et file au but pour marquer. Mais s'il veut vraiment mimer le Brésil de Parreira, il lui faudra trouver un Bebeto. Et vite. Car la Copa América commence dans un an.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

On est pas près de revoir du joga bonito
David Luiz et Neymar n'ont pas fini de chialer
"Quand ce dernier ne disposait que du triangle Neymar, Thiago Silva, David Luiz..."

Le CF de David Luiz ne doit pas cacher la misère tactique qu'il possède. Il ne faut pas le compter comme dans les cadres de l'équipe, même s'il a de nombreuses sélections.

Je serais pas surprise que Dunga le fasse remonter en 6, à voir
nasser aimkelesfill
Franchement, c'est terrible... Soyons honnête le bilan de dunga a la tête de la seleçao est pas mal quand même. Coupe des confederations et copa america. Et en coupe du monde si on se rappelle du match face au pays bas le bresil doit passer 10 000 fois. Mais en terme de football je me rappelle d'une equipe bien organiser et pragmatique. Je n'aimais pas trop! Surtout qu'a l'epoque je pense que y'avait moyen de creer du football (robinho, kaka, luis fabiano, alves coté droit si je me rappelle..) . y'avait elano qui était pas mal non plus.

Franchement les retour de selectionneur (scolari) ou d entraineur (mourinho) je n'y crois pas trop. ça reussit rarement. C'est comme avec les ex si ça a cassé a un moment y'a bien une bonne raison.
Amis du foot bonjour,

Beaucoup ont espéré un retour du joga bonito après le raté du Brésil à cette coupe du monde. Mais cette histoire me semblait couru d'avance: pour rappel, ce système avait été vivement critiqué après 86 à cause de son manque de résultat. Les Brésiliens expliquaient la faillite de ce jeu par des errements tactiques et une défense trop lacunaire. Maintenant, le Brésil se prend un raclée (7-1) en demi contre les allemands. Je ne vois pas comment les cadres du football brésiliens aurait pu expliquer ce résultat par un manque de joga bonito. Désolé, on peut tourner le truc dans tous les sens, on n'y arrive pas ...
Ronaldibert Niveau : Loisir
Le Brésil n'a plus les joueurs pour faire du Joga Bonito, Neymar peut le faire mais derriere y'a qui ? Hulk ? bourrin ; Willian ? peut etre et encore.... ; Fred ? ahah ; Ramires ? ahah ; Luiz Gustavo ? ahah ; Paulinho ? ahah

Avant t'avais quand même Kaka, Robinho, Ronaldinho, Adriano, Ronaldo.... le Joga Bonito, ça se joue avec des joueurs technique, à l'heure d'aujourd'hui au Brésil ça joue à rien du tout
Richard_Gotainer Niveau : DHR
Soirées Bunga Bunga>Soirées Dunga Dunga
Message posté par Ronaldibert
Le Brésil n'a plus les joueurs pour faire du Joga Bonito, Neymar peut le faire mais derriere y'a qui ? Hulk ? bourrin ; Willian ? peut etre et encore.... ; Fred ? ahah ; Ramires ? ahah ; Luiz Gustavo ? ahah ; Paulinho ? ahah

Avant t'avais quand même Kaka, Robinho, Ronaldinho, Adriano, Ronaldo.... le Joga Bonito, ça se joue avec des joueurs technique, à l'heure d'aujourd'hui au Brésil ça joue à rien du tout


Ils ont quand même plusieurs joueurs assez techniques comme Lucas Moura, Coutinho, Douglas Costa (Shakhtar), repositionner D.Luiz au milieu, Marcelo comme ailier... Il y a du potentiel, et peut être qu'un crack va se révéler, que d'anciens "titulaires en puissance décevants" vont enfin exploser (Ganso, Damia, Pato, Casemiro...).
"...des Teutons qui se sont fait une joie de marcher sur leurs boulevards - une habitude chez eux."

C'est pour ça que j'adore So Foot.
Ahmed-Gooner Niveau : National
Note : 3
Je pense que le retour de Dunga est la meilleure chose qui pouvait arriver au brésiliens, car déjà son Brésil 2006-2010 était loin d'être dégueulasse, bien en place, solide, imprenable défensivement avec la charnière Lucio-Juan, couverte par 3 milieux dont le patron fut Gilberto Silva, et devant Kaka-Robinho-Fabiano avaient tout le loisir de créer du jeu devant.

Faut se rappeler de cette Copa America 2007, en final ils sont écrasé les argentins 3-0, une Argentine qui comptait dans ses rangs Riquelme, Tevez, Mascherano, Zanetti, Cambiasso, Messi ou encore Veron, c'était une vrai leçon de foot.

Je crois que Dunga va faire comme en 94 et 2002, à savoir bâtir un bloc solide et donner les clés du jeu offensif à un trio (mené certainement par Neymar), reste à savoir qui seront les joueurs qui vont faire partie de son aventure, on en verra des changements je pense.
Message posté par Ronaldibert
Le Brésil n'a plus les joueurs pour faire du Joga Bonito, Neymar peut le faire mais derriere y'a qui ? Hulk ? bourrin ; Willian ? peut etre et encore.... ; Fred ? ahah ; Ramires ? ahah ; Luiz Gustavo ? ahah ; Paulinho ? ahah

Avant t'avais quand même Kaka, Robinho, Ronaldinho, Adriano, Ronaldo.... le Joga Bonito, ça se joue avec des joueurs technique, à l'heure d'aujourd'hui au Brésil ça joue à rien du tout


Et encore avant tu avais Zico,Socrates,Falcao,Cerezo,Junior ,Eder...Brésil 82 putain...Je te hais toujours Paolo Rossi
J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
Bon, bah ils n'ont pas compris.
Scolari avait utilisé l'effectif à sa disposition en sachant qu'il n'avait oublié aucuns "crack" pour faire sa liste. Il est même resté sur le groupe de la coupe des conf. Il savait qu'il ne pourrait pas de miracle, il a fait bonne figure devant les médias et l'attente de tout un peuple, il pouvait pas leur dire qu'il n'y croyait pas.
Pour limiter la casse il part sur un groupe qui se connait, il évite d'emmener de jeunes qui iraient se cramer (il en faudra pour remonter la pente marquinhos, Lucas...)
Dunga, ça pourra aller pour tenir en apnée jusqu'à la prochaine génération, mais c'est surtout les bases qu'il faut reprendre, former de bon jeunes avec une idée de foot qui soit la bonne synthèse entre la culture du pays et l'exigence du haut niveau. Ce qu'a fait l'Allemagne après avoir trop essoré la génération Matthaüs. Ce que l'Italie va devoir également faire et que l'Angleterre aurait pu faire depuis 20 ans.
À vrai dirle peuple et les journalistes ont fait le forcing pou un changement profond du foot brésilien, l'arrivée d'idée neuve de l'étranger voire meme d'un coach étranger. Malheureusement la fédé brésilienne est tenue par une clique de dirigeants septuagénaires tous corrompus qui préfèrent assurer leur poste en empêchantnles réformes profondes et en misant sur la figure de technicien à l'image respectée ( Scolari , Dunga) pouvant servir de fusible en cas de catastrophe, c'est triste mais tant qu'ils seront là in ne verra pas de révolution tant salutaire ..
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
On devrait bien se marrer en 2018
Dunga ça fait pas rêver,j'aurais largement préféré Muricy ramalho qui a tout gagné avec le Sao Paulo FC,a mon avis c'était le meilleur choix,mais je pense que c'est lui qui a du refusé et le CBF s'est retourné vers Dunga.
dans tout les cas ça ne devrait pas être pire que Scolari version 2014.
La presse brésilienne a fait écho de tensions entre certains joueurs et surtout que Felipao a perdu toute coniance de la part de ses joueurs.n'y aurait-il pas du travail a faire dans ce sens ?
sinon, niveau joueur,exit Fred (pourtant je l'apprecie bcp mais la c'est un peu trop compliqué),Bernard encore trop sec,Henrique...par contre il y a Lucas Moura,Coutinho,Casemiro,là ça peut etre interessant.

a voir
Message posté par Ahmed-Gooner
Je pense que le retour de Dunga est la meilleure chose qui pouvait arriver au brésiliens, car déjà son Brésil 2006-2010 était loin d'être dégueulasse, bien en place, solide, imprenable défensivement avec la charnière Lucio-Juan, couverte par 3 milieux dont le patron fut Gilberto Silva, et devant Kaka-Robinho-Fabiano avaient tout le loisir de créer du jeu devant.

Faut se rappeler de cette Copa America 2007, en final ils sont écrasé les argentins 3-0, une Argentine qui comptait dans ses rangs Riquelme, Tevez, Mascherano, Zanetti, Cambiasso, Messi ou encore Veron, c'était une vrai leçon de foot.

Je crois que Dunga va faire comme en 94 et 2002, à savoir bâtir un bloc solide et donner les clés du jeu offensif à un trio (mené certainement par Neymar), reste à savoir qui seront les joueurs qui vont faire partie de son aventure, on en verra des changements je pense.



Je suis d'accord.

Sauf qu'en 94 t'avais une équipe menée par un duo Romario - Bebeto de qualité.
En 2002, t'avais quatre mecs qui étaient/ont fini ballon d'Or ( Rivaldo - Ronaldo - Ronnie - Kaka même s'il a pas joué un match ), et qu'à cette époque ça tournait tout seul. La selçao avait quasiment une équipe de All-Star.

Moi j'ai surtout le sentiment qu'on a une équipe avec des gars qui sont pas au niveau. Pas la peine d'épiloguer, je crois que c'est la première fois depuis des siècles ( ouais ) qu'y a pas un seul gros 9 devant.
Voir Neymar 22 ans qui porte son équipe à bout de bras ça me fait pitié.

Puis pour conclure, y'a un phénomène que personne évoque mais qui me semble important, et qui me semble assez récent. Depuis 2011, t'as un paquet de Brésilien qui ne jouent plus dans des championnats latins.

En 2002 par exemple, la plus part des champions du monde jouaient en Espagne, et en Italie.
Aujourd'hui, Willian, Oscar, David Luiz, Paulinho, Fernandingo ... tous ces mecs jouent en Premier League, c'est normal qu'on ait pas des mecs qui nous rappellent le Brasil de la belle époque.
dire qu'il n'y a plus de bons joueurs au Brésil est un sacré mensonge. Certains ici ont cité pas mal de noms d'excellents joueurs, pour certains pas encore totalement expérimentés : mais neymar, douglas costa (largement sous-médiatisé malgré un talent immense), coutinho, firmino, david luiz (si si), marcelo,alex sandro, marquinhos, caio, alex teixeira, otavio, willian, vitinho, doria,auro, ademilson,...
c'est vrai ça manque de vrai 9, mais la relève à ce poste arrive enfin : gabriel du fc santos et mosquito de l'atletico paranaense, sont sans doute de futurs grands 9 en seleçao (peut-être que 2018 serait un peu trop tôt pour eux).
la catatstrophe de 2014 s'explique par plusieurs phénomènes :
- absence de projet de jeu (collectif) depuis des années et des années, notamment sous l'ère dunga 2006-2010
- les joueurs n'ont pas su résister à l'immense pression et tauliers supposés ne l'ont pas été (thiago silva, david luiz les 2 derniers matches, voire dani alves)
seul neymar a su être au niveau.
- certains choix de scolari scandaleux:fred, hulk,le maintien de paulinho voire oscar en totale méforme (pourtant bons habituellement), le maintien 4 matches de dani alves qui manque tiotalement d'intelligence dans le jeu
- le manque de solution en réserve (coutinho, voire robinho, pato qui n'auraient pas fait tâche face à jo et fred)

la nomination de dunga est proprement scandaleuse.il a déjà détruit le foot brésilien 4 ans, et le brésil a vraiment du mal à remonter la pente depuis.
le brésil doit prendre modèle sur l'espagne et l'allemagne dans le sens où ces 2 nations ont pris le temps de construire une grosse équipe avec un vrai projet de jeu collectif. Le brésil a largement la "matière première" pour créer une grose équipe joueuse et compétitive, en laissant un peu de temps pour construire
Ouais mais prendre modèle c'est bien, encore faut il avoir les individualités pour le faire.

Neuer n'est pas J.Cesar.
Lahm n'est pas Dani Alves.
Kroos n'est pas Paulinho.
Muller n'est pas Fred.


Je m'arrête là.

Puis ces gars ont une culture commune, ils jouent tous sous le même maillot.
Le Brésil actuellement c'est un espèce de pot-pourri, ça ressemble même plus à une équipe sud-américaine. Bien évidemment, on parle DU BRESIL là, pas de l'Iran. C'est que c'est une équipe qui est censé avoir une identité forte, un style de jeu ancré dans l'ADN des joueurs.


Mais en fait non.
Le mal est si profond que le simple choix d'un sélectionneur ou d'un autre ne changera rien.
Le problème est global, il faut un changement à la tête de la CBF et à la DTN. Il faut complètement revoir le fonctionnement du football au Brésil. Ce problème n'est pas propre au Brésil d'ailleurs, si l'on creuse un petit peu, l'Argentine bien que finaliste du Mondial? connaît un appauvrissement de son football.

Ce n'est pas Dunga qui va régler les problèmes de violences dans les stades brésiliens, la violence sur les pelouses (le championnat brésilien est un festival de tacles assassins), l'incapacité des clubs à sortir des "cracks" depuis des années, l'obsession des clubs à vendre le plus rapidement leurs joueurs vers l'Europe, l'instabilité financière des clubs professionnels, la désertion des spectateurs des stades, la corruption de la CBF...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 20