1. //
  2. //
  3. // AS Monaco/Reims

Dumont : « Notre mot à dire »

On le présentait comme le joueur mascotte de Lille. Le gars du coin, qui est heureux de jouer dix minutes. Stéphane Dumont est finalement parti à Monaco pour jouer au cadre. Et avant de recevoir Reims dans un Louis II désert, il assure ne pas le regretter.

0 0
Stéphane, les mauvaises langues dans le Nord disent que tu passes tes vacances à Monaco mais que tu vas rentrer, une fois l'été terminé, à Lille. T'as bien signé un contrat, hein ?


Oui, bien évidemment. Maintenant, je porte le maillot monégasque et je pense que c'est pour un bon bout de temps. Certains ne comprennent pas trop mais il y a une différence entre jouer peu et ne pas jouer assez, ou tout du moins pas comme on l'espère. Et puis avec les deux trophées gagnés l'an dernier, je me suis dit que c'était le bon moment pour partir de Lille. J'ai trouvé à Monaco un nouveau projet, où l'on compte sur moi, je sens de la confiance. C'est une belle opportunité de faire partie des cadres du renouveau de ce club, qui compte parmi les plus importants de France. Quant aux Lillois, je vais effectivement les retrouver à la fin du mois. Mais ici, pour le tirage au sort de la Ligue des Champions. Et j'espère leur porter chance.

Maintenant que tu es en Ligue 2, comment juges-tu cette compétition ?


Déjà, pour une équipe qui change beaucoup de joueurs, généralement, c'est difficile, que ce soit en Ligue 1 ou ailleurs. Pour nous, c'est encore plus l'inconnu parce que personne ne connaît vraiment la Ligue 2, que ce soit les cadres, qui viennent de l'élite, ou les jeunes, qui découvrent le haut niveau. Il faut donc se donner les moyens pour que cette petite sauce prenne. En attendant, en face, contrairement à ce que les gens pensent, les équipes sont très joueuses.

Ce n'était pas vraiment le cas de Boulogne pour la première journée. Par contre, avec la réception d'un Reims en pleine confiance, ça risque de changer.


On verra bien si c'est un avantage. Reims, je les avais joués en match de pré-saison avec Lille et on avait perdu. Ils sont très costauds, pour moi, ce n'est pas une surprise.

Quand tu as signé à Monaco, c'était encore le foutoir. Pas moyen de savoir qui reste, qui part. Ça ne t'a pas déstabilisé ?


J'ai vu que le club avait confiance en moi, que l'entraîneur, c'était pareil, j'ai préféré me focaliser là-dessus. C'est pas méchant, mais à un moment, il faut savoir plus penser à soi qu'au club. Les gens qui dirigent savent où ils vont, c'est l'essentiel. Et on le voit, l'équipe commence à se dessiner. Puis il y a le discours de l'entraîneur. Il compte vachement car il est basé sur le jeu. Il nous demande de toujours jouer dans les pieds, de ne jamais balancer. C'est intéressant comme discours, on sent que tout le monde est réceptif.


Il y a pourtant beaucoup de jeunes...


Je vois où vous voulez en venir. Vous savez, ça fait un mois que je suis ici, j'ai pu remarquer leur qualité, et au niveau de l'écoute, ils sont vraiment parfaits. C'est vraiment pas le cas de tous les jeunes. Ça vient peut-être du fait que désormais, ils savent qu'ils sont au centre du débat dans ce club, sans non plus avoir une pression énorme. Et ils n'hésitent pas à venir vers nous, les plus anciens dans le groupe, qui savent ce qu'il faut faire pour avoir de bons résultats.

Petit plus, vous allez aussi pouvoir compter sur Ludovic Giuly.


C'est évidemment un plus. Et c'est marrant parce que tout le monde met en avant pour l'instant sa capacité à mobiliser le vestiaire, la fierté monégasque... mais c'est surtout un excellent footballeur qui est passé par de sacrés clubs. Ce qu'il va apporter, c'est avant tout dans son jeu. Quand on l'a vu après quelques jours d'entraînement, on est d'ailleurs allés lui demander ce qu'il en était, si on avait une chance de le voir avec nous. Contrairement à David Trézéguet, il était extraverti, on a osé. Et bon, s'il a signé, c'est qu'il a vu pendant ces quinze jours qu'il y avait du potentiel dans cette équipe.

Monaco a donc de quoi survoler le championnat...


Survoler, c'est pas évident. Pour ça, il faudrait gagner nos matchs de suite et ce n'est pas notre cas. Nous, on est plus portés sur l'avenir, avec un projet qui va au-delà de cette saison. Mais si l'objectif est la remontée immédiate, ce n'est qu'une étape. Après, on sait que c'est un championnat très serré, et qu'il y a des équipes comme Sedan qui font vraiment forte impression. Mais je pense que l'on a notre mot à dire.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0