1. // Amical
  2. // Vénézuela/Espagne

Du football selon Hugo Chavez

Ce mardi, le terrible Venezuela affronte l'Espagne. De quoi faire trembler la toute-puissante Roja. C'est, en tout cas, ce qu'avance Hugo Chavez. Un président à la langue bien pendue, y compris pour parler d'un sport qu'il ne connaît pas vraiment.

0 17
Anti-impérialiste omnivore, Hugo Chavez se nourrit de tout. Grand amateur de base-ball, le sport majeur de l'aire caribéenne, l'ex-militaire ne pouvait ignorer le phénomène football, bel outil pour se répandre en discours populistes. Loin d'avoir l'exclusivité de l'instrumentalisation politique du sport le plus universel, le Président en poste depuis 1999 se distingue en agitant les ficelles dans son style bien à lui : provocateur et martial. Ainsi, el señor presidente vient de lancer un avertissement à la Roja de Xavi, Iniesta et Villa : « Tremblez Espagnols car on va vous mettre un paquet de buts » . Une déclaration qui ressemblait à une fanfaronnade plus qu'à une réelle mise en garde, mais propre à satisfaire l'ego d'Hugo, dont la petite phrase a déjà fait le tour du monde.

Depuis l'arrivée d'Hugo Chavez au pouvoir, le football vénézuélien a sensiblement progressé, sans que l'on puisse véritablement établir une relation de cause à effet. Traditionnelle bonne dernière de la classe de la zone Amsud, la Vinotinto a terminé ses éliminatoires pour la Coupe du Monde 2010 deux points derrière l'Uruguay barragiste et finalement qualifié. Il faut tout de même mettre au crédit de l'amateur de discours sans fin l'organisation de la Copa America 2007, toujours de bon aloi pour donner un coup de neuf aux installations du pays. Menée par Juan Arango (Mönchengladbach) et Giancarlo Maldonado (Atlante, Mexique), la Vinotinto avait profité de l'avantage du terrain pour accrocher le premier quart de finale de son histoire.

Raccourcis géopolitiques

Cette nouvelle compétitivité de la sélection vénézuelienne a transformé le football en un commode outil de propagande pour Chavez, les succès balle aux pieds venant symboliser les avancées revendiquées de la révolution bolivarienne. Suite à la première victoire de l'histoire de la Vinotinto face au Brésil, el señor presidente n'hésita pas à ouvrir une longue parenthèse dans un discours officiel pour se mettre à jouer les Christian Jean-Pierre en commentant avec emphase les deux buts vénézuéliens. Problème : Chavez ne connait rien au foot, pas même le nom de son meilleur joueur, Maldonado, rebaptisé Dimartino. Un peu comme si Chirac clamait devant Aimé Jacquet remettre la Coupe de France au lieu la Coupe du Monde lors de la garden party de l'Elysée du 14 juillet 1998...






Outre son goût pour les célébrations nationalistes, Chavez aime à se servir du football pour se livrer à des raccourcis géopolitiques. Ainsi, il vit une aubaine dans les défaites conjuguées de la France, de l'Espagne et de l'Allemagne à l'entame de la Coupe du Monde 2010 pour brocarder un Vieux Continent alors en pleine crise financière. « Même en matière de football, les Européens se noient, avait-il déclaré, et je suis sûr que mes opposants supportent ces équipes ou les États-Unis » .

L'ami Diego

Mais le lien de Chavez avec le ballon rond s'est avant tout tissé de par sa relation exhibitionniste avec Diego Armando Maradona. Les deux machines à polémiquer partagent une même amitié pour Fidel Castro, des prises de position anti-yankees, et le goût pour l'électrisation des foules. Au contre-sommet des Amériques en 2005, Chavez apparaît pour la première fois en public avec El Diez. A Mar del Plata, la prise de parole du Pibe se veut éclair et cinglante : « Virons Bush » . Elle reçoit les acclamations d'une assistance pas loin de se croire à la Bombonera.

Les deux icônes anti-impérialistes partageront à nouveau la scène en juillet 2010 quand le señor presidente annonce la rupture des relations de son pays avec la Colombie. Un mélange des genres choquant dans le fond mais surtout dans la forme. Car si le style Chavez dénote, on jurerait que dans un autre pays hispanophone, un Premier ministre dût autant pousser un cri euphorique qu'un ouf de soulagement quand sa sélection remporta la Coupe du Monde. Un an plus tard, un ballon rond aussi doré soit-il ne peut plus masquer l'impitoyable réalité d'un pays en crise. L'Espagne ne tremble pas de rencontrer le Vénézuela, mais devant son avenir.




Rupture officielle des relations du Vénézuela avec la Colombie, en présence de Diego
 :



Thomas Goubin

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Si quelqu'un peut m'expliquer le dernier paragraphe, je le trouve trop alambiqué en ce mardi matin pour comprendre.

Sinon, pour être allé au Venezuela faire un reportage sur la politique du pays. J'ai une anecdote intéressante qui peut montrer à quel point le débat politique vénézuélien se situe au niveau zéro : Pendant la Copa América 2007, les stades au Venezuela ont été refaits de fond en comble. Comme d'hab', dans le pays, la construction avait pris beaucoup de retard et l'opposition critiquait la lenteur du gouvernement. Ce qui fait que la semaine avant le début de la Copa, le ciment n'était pas encore solide...

Pour le premier match de cette Copa, l'opposition avait acheté les places de toute la tribune supposée être la plus fragile et avait commencé à taper du pied en rythme pour faire s'effondrer le stade. Heureusement ils n'y sont pas arrivés...
"un commode outil de propagande pour Chavez, les succès balle aux pieds venant symboliser les avancées "revendiquées" de la révolution bolivarienne"

Si vos connaissiez un petit peu le Venezuela vous saurez qu'elles ne sont pas seulement revendiquées, il a réussi a faire baissé la pauvreté, éradiqué l'analphabetisme (selon l'UNESCO)...
je cite :

"Le rapport du Center for Economic and Policy Research :
le taux de pauvreté a été diminué de moitié, de 54% des ménages au premier semestre 2003 à 26% fin 2008. La pauvreté extrême a diminué de 72%"

C'est pas que du soit disant ou de la propagande, avant d'écrire renseignez vous,

De plus sa haine de l'occident et des etats unis s'est d'autant plus accru après qu'il ait été sequestré lors d'un coup d'état de Carmona soutenu par les pays d'Europe et plus particulièrement les Etats Unis
puis libéré grace à son peuple manifestant en masse et obligeant les auteurs du coup de partir...
Le seul bon côté de Chavez, c'est qu'il est un clown.


Il a déclaré que le golf était un sport de riches, donc forcement à éradiquer ; mais quand Johnattan Vegas est le premier joueur vénézuelien à gagner un tournoi aux USA, il essaye de recuperer le truc, se félicite, et felicite le Venezuela... ce mec est pitoyable.
Le première fois que j'ai entendu la traduction du commentaire, c'était "on va vous mettre un sac de buts", et j'avais trouvé l'expression bien jolie. "Paquet de buts" ça veut plus ou moins dire la même chose, mais l'effet n'est pas le même.

Ce qu'il dit sur l'Europe n'est pas faux: on se noie. Nos politiciens sortent des meilleurs écoles et portent des costards taillés sur mesure, mais la société est en faillite, de toutes les façons possibles. La vieille Europe est exactement cela: vieille et grabataire. Avant même qu'on s'en rendra compte on sera déclaré mort.
Ce n'est pas la première fois que So Foot verse dans cette propagande anti "nouvelle gauche" Latino Américaine que je trouve pour le moins étrange.
S'il y a des choses a redire sur la situation Vénézuélienne ou Bolivienne, je ne comprends pas l'utilisation de vocable tels que "dictateurs", "martial" "manipulateur"...So foot a pourtant l'habitude de rester mesuré sur ce genre de sujet et a ne pas se faire relayeur de la pensée dominante.

En revanche, si le magazine veut un bon sujet, il n'a qu'a se pencher sur le lien entre Evo Morales et le football. Revenant moi même de Bolivie je peux vous dire qu'il ne se passe pas une semaine sans qu'il inaugure un terrain de football, gratifiant au passage le public d'une petite série de jongle pour le moins pas degueu!!! Sans même parler de son passé d'entraineur de l'équipe du syndicat des cultivateurs de Coca...
je ne suis pas un expert auto proclamé de géo politique, mais je bosse en Am Lat et vais 1 à 2 fois par an au Venezuela... crois moi le lexique employé n'a rien d'usurpé. Ce type est un fou dangereux, expert en propagande et dépourvu de réflexion, pourri par la corruption. Tous les dimanche il y a "Alo Presidente " a la TV où il tient le crachoir avec des heures de mensonges redondants. Les pubs télé sur TVes ? Elles font la gloire du Ketchup local "Socialiste" par opposition au Heinz. Ridicule. Il nationalise en envoyant l'armée et s'appropriant des business privés, même de capitaux étrangers (Aciérie SIDOR, cimenterie Lafarge, etc...). Il se prétend socialiste mais les richesses de son pays n'auront jamais été aussi concentrées... sans doute aura-t-il mal lu les préceptes de ses idoles... mais bon, il y aura toujours quelqu'un pour l'applaudir quand il mettra de la lumière dans une Barra locale, sans se soucier de savoir s'il aurait du faire plus ou mieux. Pour ce genre de type je n'ai qu'une réplique – souveraine :
« Pero por qué no te callas ?!? »
@bunk : autre idole golfique, Dr Ernesto GUEVARA !
@moucletche : que tu ne laime pas cest une chose.
"Les pubs télé sur TVes ? Elles font la gloire du Ketchup local "Socialiste" par opposition au Heinz. Ridicule" ?? En quoi acheter la marque nationale est plus ridicule qu'acheter la marque d'un industriel occidental?
La nationalisation est un principe socialiste il l'applique pour le bien de son peuple

Tu préfère une entreprise étrangère qui pille un pays ou un pays qui exploite ses richesses pour essayer de les répartir et investir dans l'éducation, la santé et développer le pays ? (Regarde ce que fait Total au Nigéria tu auras surement ta réponse)

Comme tu dis il a mis la lumière dans la barra, la viande et les légumes (sans ogm) sur la plancha, les médicaments chez les malades et les livres dans les cartables des écoliers.

Pour ce genre de type comme toi qui critique par exo-centrisme occidental et libéral je te répondrais : "por qué no te callas tambien?"
@forzaOM : tu me parles Bisounours et ne sais visiblement rien de la condition du vénézuélien moyen. Par ailleurs je te souhaite que le long bras d'Hugo tout plein de beaux livres atteigne ton cartable.

Je me gausse de la pub sur TVes parce qu'il me vend une tomate « révolutionnaire », au sens premier du terme, rien à voir avec la préférence de l'industrie nationale. Par ailleurs Chavez ne nationalise pas, il exproprie par la force des industries qui ont généré de l'emploi dans les 2 cas cités. C'est comme si Sarko venait dans ton salon et t'annonce que ta baraque est située sur la terre la plus fertile du pays et qu'il la récupère pour le Bien de la France. Sauf que 2 ans plus tard le champ est toujours en jachère ! SIDOR produit aujourd'hui la moitié de l'acier qu'ils produisaient il y a 10 ans... et charge aux entrepreneurs locaux de se débrouiller via des importations illégales car hors traité CADIVI (je t'épargne le détail sur ce qu'est CADIVI, autant que tu potasses tes vecteurs pour le DS de mercredi). Ce que tu affirmes sur sa contribution à la nation est une pure invention (la viande ? HAHAHAHAHA !!!) malgré les ressources minérales fantastiques de ce pays... mais sais-tu seulement que tu fais le plein d'essence à Valencia pour 3 Dollars ? Ca t'étonne si le parc auto là bas pullule de 4x4 avec une conso de 20 litres au 100 ? Mais là je digresse...

Bref, épargne-moi les raccourcis, porfa. Vomir Chavez ne fait pas de moi un fervent admirateur de ses détracteurs ni du Grand Capital. Avec le temps tu apprendras que les ennemis des méchants peuvent aussi être méchants...
forza-OM : Chavez est un gros manipulateur, il ne fait d'ailleurs que ça : propagande, déclarations grandiloquentes et provoc cheap.

Il mise tout sur le pétrole mais depuis qu'il est pouvoir, le prix du baril n'a cessé d'augmenter. Il a nationaliser des entreprises (ciment par ex) mais depuis, le pays est obliger d'importer pratiquement tout son ciment. Il voulait se libérer des marchés mondiaux mais le Venezuela importe 90% de sa consommation alimentaire ! Il peut faire de la pub pour le ketchup, le probleme c'est que ce mec est un gros incapable, qui mise tout sur le populisme mais qui n'a absolument aucune idée de la façon de gerer voire de faire avancer le pays. Il exproprie le centre commercial de la candelaria sans avoir la moindre idée de ce qu'il va en faire !! C'est completement flou : ça aurait du être un centre commercial socialiste (dieu sait ce que ça veut dire) puis une ecole, puis une université etc... il y a rien juste de la declaration et de la destruction. Sur le golf en plein centre de Caracas il veut faire des baraques ...mais le terrain est marecageux donc ca va etre difficile...

On peut pas dire qu'il n'y a pas de propagande : une emission télé tous les dimanches où il fait un monologue qui dure parfois 6 heures ! Sur les canaux habituels (télé, radio) impossible d'entendre l'opposition en dehors des deux plus grosses villes du pays. Etc

Sans oublier la violence. 16 000 enlevements par an. 17 000 blessés par balle (plus qu'en Irak) etc...la destruction du pays et la tolerance pour l'anarchie complete c'est un peu sa revolution à chavez.

Apres, il peut faire des pubs sur le ketchup, ou visser trois ampoules dans une ecole, le pays est en train de s'enfoncer dans la misere à tout les niveaux.
Moi je parie sur une coupure générale de courant pendant le match que du coup personne au pays ne pourra voir...merci qui ? merci Chavez...

ravi de pour que pour une fois la majorité des commentaires sont pleins de bon sens
par contre un marseillais chaviste....ça, en tout cas ça fait vraiment flipper
Un article intéressant et instructif. Des commentaires qui le sont aussi. Merci les mecs, ça change des deux guignols qui se masturbent sur Messi et Ronaldo.
@moucletche, bunk :
Mdr vous faites les cultivés, mais je croierais entendre Zemour parler ou Bernard Henri Levy... mais je pense que débattre du fond ne servirait à rien juste je peux te parler des faits

enfin bref pour ta gouverne sache que SIDOR a pratiquement toujours été une entreprise publique mais privatisée sous gourvernement libéral (soutenu par les chers américain (luttant contre la gauche bolivarienne), et donc racheté par un riche industriel italo-argentin) puis qui a subi une grande crise sociale (ouvriers en grève etc... pour cause de conditions de travail execrable).

Les ouvriers se sont donc rebellés ce qui a provoqué une grosse crise, SIDOR a essayé de la gérer par la force, ce qui a donc entrainer Chavez à nationaliser l'entreprise en issue à la crise.

L'entreprise avait été rachetée pour une boucher de pain, les investisseur n'ont pas mis beaucoup d'argent, récolté un paquet de profit et souhaite un gros pactole ce qui n'est pas de l'avis de Chavez qui n'a pas souhaiter payer de compensation et qui avait tout à fait raison au final.

La seule issu de la crise était de "nationaliser ce qui a été privatiser" tel que le souhaitait et le souhaite toujours el Presidente.

Chacun ses idées mais la nationalisation pour développer un pays (son IDH et pas seulement son PIB puisque tu t'es pris pour un prof d'économie) est probablement pas le plus mauvais moyen qu'elle qu'en soit les moyens.

Je reprend mon exemple du Nigéria, un pays ouvert aux capitaux étrangers pillé de toute part de ses richesses (gisement de pétroles), en crise écologique à cause des industriels pétrolier occidentaux et chinois (qui exploite et font 10 fois pire tous les jours que la Crise de BP), avec une répartition des richesses inexistante. Compare le au Venezuela qui n'est certes pas un pays parfait puisque toujours en Voie de Développement mais qui commence à avancer tout comme le Brésil grace aux entreprises nationales et nationalisées malgré la corruption, et qui s'affirme sur la scene internationale et tentent de s'opposer aux géants de ce monde.


@franchute : à Marseille en général on est Anti-fa, y'en a de gauche et avec des idéaux anti-impérialiste et anti-capitaliste, mais pour rester dans le réaliste simplement socialiste, j'admire les président comme Chavez ou Lula qui ont décidé de ne pas baisser leur pantalon devant les Etats Unis et l'Occident et leur investisseurs sans scrupules
je sais aussi lire wikipédia mais préfère recouper mes sources, par des témoignages. je parlais modestement de vécu (amis, clients), à propos de Chavez et de sa politique, pas du Nigéria ni de l'intérêt d'une nationalisation. tu te fais aussi, je crois, une fausse idée de Lula-Dilma et de l'idéal brésilien (j'y vis). D'ailleurs on va bien se marrer en 2014 quand je vais te louer le canapé du salon, faute de piaule d'hotel !
Chavez est toujours mieux que ses prédécesseurs, placés par les USA pour leurs propres intérêts ainsi que ceux d'une élite extrêmement minoritaire.
Au moins, il fait partager les richesses du pays d'une manière plus équitable (non parfaite certes, mais toujours meilleure).

Pour ceux que ça intéresse, vous pourrez trouver, à ce sujet, le documentaire 'La révolution ne sera pas télévisée' sur le net.
Marseille une ville anti fa ??? mais ne serais'ce pas plutot le bastion du front national ??? voyons voyons les chiffres parlent d'eux même...Concernant le Venez je te recommande d'aller y faire un tour, mélange toi au peuple, parle avec eux, je sais que l'idéal d'une gauche triomphante en Amérique Latine est très attrayant mais la réalité est loin loin loin du fantasme...et puis au passage tu veras le plus beau pays du monde et ça, ça devrai metre tout le monde d'accord..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Cesena, le petit poucet
0 17