En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012 – Albanie / France (1-2)

Du bon et du moyen pour les Bleus

Equipe de France aux deux visages : première période maîtrisée sans forcer, au top de la réussite et deuxième acte en tremblant, en touchant les montants. Direction la Roumanie.

Modififié
Albanie / France : 1-2

Buts : Bogdani (47') pour les Albanais ; Benzema (11') et M'Vila (18') pour les Matelots

C'est donc ça l'enfer de Tirana ? On ne l'aurait pas un peu survendue cette équipe albanaise invaincue depuis douze rencontres à domicile ? Ben si. Il y a certes eu quelques fumigènes pour laisser croire à une chaude ambiance, une pelouse bas de gamme pas franchement idéale pour avantager les techniciens et début de seconde période hésitant mais mis à part ça...

Au moment des hymnes, on sent les Bleus tendus comme des strings trop petits, ou alors ultra-concentrés. C'est selon. La propagande « l'Albanie va nous secouer » de Lolo Blanc a eu son petit effet. Pourtant, l'équipe de France plie la rencontre en dix-huit minutes. Benzema, sur son premier ballon potable dans les dix-huit mètres, contourne le rideau défensif adverse de gauche à droite et déclenche. Le portier albanais a la main molle. 1-0. Dans la foulée, les Français réussissent pourtant à faire dans leur froc. Kaboul gâche une belle intervention en plantant ses pieds dans la moquette, à 30 mètres de Lloris et laisse filer Salihi qui trouve la transversale. Jusque-là, les Albanais n'avaient pas vu le jour, jouant à la Blackburn, à savoir envoyer tous les coups de pied arrêtés le plus loin possible. Sait-on jamais, sur un malentendu... En tout cas, Lorik Cana est à bloc et essaie de colmater toutes les brèches d'une défense en béton (un seul local dans le camp français) avec beaucoup de malfaçons.

Le bloc français est positionné très haut, le trio Benzema-Malouda-Ribéry presse les premières relances et complique la vie d'une Albanie plutôt emmerdée avec le ballon dans les pompes. M'Vila, impecc' de chez impecc' ce soir, profite d'ailleurs de ce travail aussi simple qu'efficace pour récupérer la balle dans le rond central, perforer le second rideau et lancer la Benz. A cinq contre un et un petit crochet, le Madrilène temporise et sert parfaitement M'Vila qui avait son plat du pied prêt à dégainer dans les dix-huit. 2-0. Les Bleus ne sont pas exceptionnels, manquent parfois de spontanéité dans les transmissions mais font juste le métier, simplement à leur niveau technique. Et cela suffit. Seule la défense tricolore bafouille un peu son foot, laissant une opportunité à Agolli de demi-volée. Lloris se détend parfaitement. L'Albanie serre les fesses et finit la première période avec toutes ses ouailles dans sa moitié de terrain. Pendant ce temps-là, Lorik Cana est toujours à bloc et dérouille enfin des chevilles, celles de Ribéry, qui avait peu de temps auparavant calé un coup-franc sur la transversale albanaise.

Cana à bloc

La deuxième mi-temps doit être une formalité. Normalement. Seulement ces Bleus ont semble-t-il vraiment envie de se faire peur. Deux minutes après la reprise, une sonde dans le dos de la défense française surprend Kaboul et Abidal qui se marchent dessus, bien aidés par le buffle Bogdani qui joue des mains pour tirer salement entre les jambes de Lloris (47'). 2-1. Le stade se met à y croire et forcément, on vous le donne en mille, Lorik Cana est à bloc. Le pressing français des quarante-cinq premières minutes a disparu. Les Albanais multiplient les situations chaudes sur la cage du portier de l'OL. Il faut croire que les Français ont une confiance aveugle en leur dernier rempart. A raison ce soir, car Hugo a repoussé toutes les tentatives adverses (double arrêt à l'heure de jeu et prises de balle rassurantes dans les airs). La France subit étrangement les événements. Les côtés prennent l'eau mais l'Albanie n'arrive pas en profiter, malgré un tacle de rageux de Dallku sur Abidal qui se transforme en frappe. La troupe de Laurent Blanc n'est désormais dangereuse qu'en contres, sous l'impulsion de Ribéry, maladroit mais volontaire - accordons-lui cela quand même - et de Benzema, facile, très facile, parfois trop. Les Bleus toucheront même deux fois les montants avec un coup de tronche de Kaboul sur corner et une frappe de Nasri, bien servi par la Benz en débordement. Évidemment, Lorik Cana est toujours et encore à bloc mais l'arbitre siffle la fin de la récréation.

Résumons donc. Sans survoler les débats, en touchant trois fois les montants, en ne jouant bien qu'une seule mi-temps, en laissant Lloris faire le boulot dans les petits moments de panique, l'équipe de France est quand même venue à bout de ce qu'on nous présentait comme le traquenard de Tirana. Arnaque ouais.






Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 23 février OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 17 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 20 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 23 février Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24