En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Bayern Munich/Chelsea (1-1 ap 3-4 tab)

Drogba ses démons

Auteur d’un match incroyable, Didier Drogba se débarrasse enfin de la poisse qui lui pourrit la vie depuis des lustres. Costaud, Petr Čech n’est pas en reste, tout comme Manuel Neuer, qui a eu beaucoup de cojones lors de la séance de péno.

Modififié
Bayern Munich

Neuer (8): Tout droit sortie d’Olive et Tom, la tête de Didier Drogba l’a logiquement repoussé dans son propre but. Costaud, mais pas décisif, sur la séance de tirs au but où les joueurs de Chelsea ont pris un malin plaisir à l’allumer, il a tout de même eu les couilles de tirer le troisième. Priceless.

Contento (4) : Avant la hype Alaba, c’était la hype Contento. Dépassé comme la Tecktonik, l’Allemand a fait le nombre, tant sur le terrain que sur le plan du délit capillaire. Pas très Contento au coup de sifflet final.

Boateng (3,5) : Un mec pas très bon en devinette. Sur qui fallait-il garder l’œil ce soir, pendant 90, voire 120 minutes ? Non, pas Robben, l’autre, tu sais, le mec qui a mis une tête, concédé un pénalty et mis celui de la gagne.

Tymoshchuk (6) : Bon à la relance, pas trop trop en galère sur Drogba et globalement inspiré. La surprise du chef n’était pas si mauvaise. Contrairement à sa décision de faire sortir Müller pour Van Buyten.

Lahm (7,5) : De loin le meilleur attaquant bavarois de la rencontre. Un peu de cul sur le pénalty et un manque criant de dégaine. Mais bon, on lui pardonne.

Schweinsteiger ( :-( ) : Dur. Un match correct, sans étincelle, et ce pénalty qui vient mourir sur le poteau de Petr Čech. Héros à Santiago Bernabeu, le Bavarois ne sera pas prophète en son pays. Et personne ne sait si les larmes sont bonnes pour l’acné, en plus. Sale soirée.

Kroos (4,5) : Beaucoup moins inspiré qu’à son habitude. On aurait aimé le voir prendre le ballon à Robben sur le pénalty, mais le rêve ne dure qu’un temps. Le petit Toni en verra d’autres.

Müller (7) : La balle a marqué un joli but en utilisant sa tronche pour tromper Čech. Affuté, enthousiaste, et auteur d’une excellente deuxième mi-temps, il a failli goûter à ce qu’était une standing ovation de winner. A la place de ça, il s’est fait remplacé par Daniel Van Buyten, et a perdu. Bon…

Daniel Van Buyten (non noté) : Avec Ribéry d’un côté et Drogba de l’autre, l’OM était déjà sûr de gagner la Ligue des Champions. Enième explication valable au fait que son entrée était totalement inutile.

Ribéry (4,5) : Bon, c’est sûr qu’à côté de Robben, il a réussi pas mal de trucs. Mais quand même, c’est dans ce genre de match qu’on voit l’importance d’un Alaba sur le côté gauche. Bah oui, Franck, deux défenseurs pour toi tout seul, c’est beaucoup.

Mario Gomez (Game over) : Kaputt, le Super Mario. Sur les 35 (!) tirs de son équipe, l’Allemand en a mis pas mal dans les tribunes de l’Allianz Arena. Inspiré mais trop peu efficace, il a passé la soirée dans le costume d'un Guillaume Hoarau bavarois. Les vannes en moins.

Robben (0,5) : Un énorme loser de footballeur, mais un grand champion de ski. Ah bah ça, pour slalomer entre des drapeaux bleus et des drapeaux rouges, Arjen sait y faire. En revanche, pour faire autre chose que le même dribble, la même frappe et le même pénalty manqué tous les week-ends, y a plus personne. Ce qui est bien, c’est qu’un crabe pourrait défendre sur lui. Son père spirituel Dany Boon, présent en tribunes, en avait les larmes aux yeux.

Olic (non noté) : L’incriminer parce qu’il a raté son pénalty ? Surtout pas. S’il a tiré, c’est parce que Robben a un zizi minuscule.

Chelsea FC

Čech (8,5) : A la piscine, dans son lit, dans les buts, Petr plonge toujours à gauche. Et il le fait plutôt bien. Une nouvelle fois héroïque ce soir, le portier casqué ramasse sa première Ligue des Champions au terme d’une saison incroyable. Le Blues de la saison avec Drogba. Casque bas.

Ashley Cole (7,5) : Les années passent, les filles défilent, les armes se grippent, mais le talent lui, est toujours là. A 31 ans, Ashley Cole est toujours en pleine bourre. Facile de jouer le « coup de poker » Bertrand avec lui derrière.

David Luiz (5) : Encore un qui a saigné les balayettes à Street Fighter quand il était petit. Pardonné grâce à cet improbable pénalty que tout le monde voyait rejoindre celui de Sergio Ramos, et qui a finalement terminé sa course dans la lulu de Neuer.

Cahill (5) : Une tête incroyable pour sauver les siens en prolongation, et des crampes. Surtout des crampes, en fait.


Bosingwa (6) : Grand vainqueur de la rencontre de l’étrange contre Franck Ribéry, l’homme au monosourcil a été costaud. Et puis, cette danse après la victoire …

Obi Mikel (?) : Vu comment Chelsea a défendu, le Nigérian a forcément été brillant. Mais vu comment Chelsea a attaqué, on a pas beaucoup entendu son nom…

Lampard (7) : Juste pour la mine sur pénalty. Parce que oui, Monsieur Mata, c’est comme ça qu’on tire un pénalty.

Mata (4) : Un pénalty de puceau et un match qui, encore une fois, n’était pas pour lui. Depuis les quarts de finale, Mata n’a plus touché un ballon dans la surface adverse. Mais il est champion d’Europe, lui.

Kalou (4) : C’est bien beau de se dessiner l’araignée de Spiderman derrière la tête, mais il faut assumer derrière. Peter Parker, il convertit ses occasions, lui.

Bertrand (3): Grâce à lui, Christian Jeanpierre a pu dire « Ryan Bertrand, vous ne connaissez peut-être pas ce joueur, mais … » et ça, c’est déjà pas mal. Pas brillant, mais pas moins bon que la Maloude, il a joué un match de C1 et remporté la coupe aux grandes oreilles. Un problème ?

Drogba (9) : Didier Drogba est le seul homme de la planète qui possède le numéro de téléphone de Dieu. En cas de galère, Didier dégaine sa carte prépayée, appelle son pote, demande un petit coup de pouce et hop, le problème est réglé. Un but sur le seul corner de Chelsea, un pénalty provoqué mais arrêté par Čech et le péno décisif transformé au terme d’un match lors duquel il s’est battu comme un chien. Fais gaffe Didier, en Chine, on les mange, les chiens.

Torres (non noté) : Avant, on connaissait Torres pour ses buts. Aujourd’hui, c’est pour ses tacles.

Malouda (non noté) : Maintenant, on comprend pourquoi Laurent Blanc l’a appelé.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 14 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 9 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3