1. //
  2. // 13e journée
  3. // Atlético Madrid/Deportivo (2-0)

Drame du Calderón : les faits, leurs conséquences

Ce dimanche 30 novembre restera comme une tache indélébile pour le football espagnol. Avec le décès d'un suiveur du Depor lors d'une bataille rangée face à certains membres du Frente Atlético, autorités sportives et policières se sont couvertes de honte. Retour sur une journée noire qui fera date.

Modififié
295 30
  • Jimmy, mort après une demi-heure dans l'eau

    Les images relayées par la presse espagnole sont d'une rare violence. Ce dimanche, à 8h52, une caméra de surveillance filme une douzaine de prétendus aficionados de l'Atlético de Madrid rouant de coups un suiveur du Deportivo La Corogne pour ensuite le jeter dans le canal du Manzanares. Plus ou moins chanceux, il réussit à ne pas se noyer et remonte sur le quai. Dans la foulée, Francisco Javier Romero Taboada, dit Jimmy, ne pourra se relever. Tabassé par ces mêmes énergumènes, ce membre de Los Suaves – frange radicale des Riazor Blues – est lui aussi jeté de cinq mètres dans le fleuve madrilène. Selon le témoignage d'un taxi cité par El Pais, cet homme de 46 ans tente vainement de flotter tout en s'agrippant au mur. Une demi-heure durant, il lutte. Aucun agent de police n'est venu le secourir, les échauffourées continuant sur les berges. Il faut attendre l'arrivée des pompiers qui, grâce à la mise en place d'une échelle, viennent le secourir. Trop tard. Une fois pris en charge par le Samu, lui sont diagnostiqués un traumatisme crânien – dû à un pied de biche –, un état d'hypothermie et un arrêt cardiaque : il est déclaré « cliniquement mort » . Malgré les tentatives des équipes de l'Hospital Clínico de le réanimer, Jimmy est mort à 14 heures. Il laisse derrière lui une femme et deux enfants.

  • Une « réunion » entre groupes ennemis

    « Allez viens, on est bien » , « Regarde tout ce qu'on peut faire » . L'humour en moins, les discussions sur l'application Whatsapp qui ont permis cette bataille rangée aux alentours du Vicente-Calderón effraient en Espagne. Un jour après, les détails commencent à filtrer dans la presse. Après quelques échanges, certains membres du Frente Atlético et des Riazor Blues se sont donné rendez-vous vers 9 heures du matin. Sur les berges du Manzanares, ces deux groupes ont été rejoints par quelques adhérents des Ultras Boys du Sporting Gijón, des Bukaneros du Rayo Vallecano et des Alkor Hooligans d'Alcorcón. Pour faire bref, le Frente Atlético et les Ultras Boys sont des groupes d'extrême droite. A contrario, Riazor Blues comme Bukaneros et Alkor Hooligans sont eux d'obédience très à gauche. Plus que ces simples considérations politiques, cette rixe est la conséquence d'accrochages qui ont eu lieu la saison passée. Au soir du titre des Colchoneros en Liga, le Frente Atlético aurait promis une revanche à ses homologues galiciens, coupables de les avoir un tantinet trop chambrés. Résultat : une bataille rangée regroupant 200 personnes (dont 150 du Frente), armées de battes de baseball, couteaux, bouteilles, barres de fer...

  • La police ne savait rien

    « Couvrez ce sein que je ne saurais voir. » À l'instar de Tartuffe ou l'imposteur, la police espagnole a donné dans l'aveuglement et l'incompétence. À la question « comment une bagarre d'une telle violence a-t-elle pu éclater à quelques centaines de mètres du stade ? » , la réponse est détenue par la commission nationale contre la violence, présidée à tour de rôle par les ministères de l'Éducation et de l'Intérieur. Cette dite commission avait ainsi classé la rencontre Atlético de Madrid-Deportivo La Corogne « à faible risque » , sans prendre en compte les contentieux entre quelques pseudos supporters rivaux. Conséquence : seuls 150 policiers ont été déployés à deux heures du coup d'envoi. Si le match avait été déclaré « à risque » , dix fois plus d'officiers auraient été placés dès l'aube autour du Vicente-Calderón. Incompétence toujours, les bus des ultras galiciens sont arrivés à Madrid sans la moindre escorte. Bref, de nombreux manquements des autorités qui ont permis à ces sauvages d'en découdre en toute quiétude. Les quelques agents présents sur les lieux n'ont ainsi rien pu faire face à un tel dégueulis de violence.

  • La Ligue a tenté de la réveiller, la Fédération dormait

    « Assassins, assassins. » Sous ces cris des 500 supporters galiciens présents au Vicente-Calderón, les 22 acteurs d'Atlético de Madrid-Deportivo La Corogne entrent sur le pré. Une ambiance surréaliste qui n'aurait pas dû prendre forme. Car après l'agression et « la mort clinique » dudit Jimmy, la Ligue de football professionnel espagnole, en accord avec les deux clubs, a souhaité l'annulation de ce match. Pour ce, elle a dû se mettre en relation avec la Fédération espagnole et son comité des arbitres – seuls les arbitres, dépendants de la RFEF, peuvent suspendre un match pour cause d'événement qui s'est déroulé à l'extérieur de l'enceinte sportive. Problème, personne au bout du fil. À 11h49, enfin, une réponse. Mais, « il était déjà trop tard pour suspendre (le match, ndlr), car cela aurait pu provoquer un problème d'ordre public » , a commenté Jorge Pérez, secrétaire général de la Fédération. Ainsi, lors des timides tentatives de chants du Frente Atlético, l'ensemble de l'audience présente au Vicente-Calderón a hué son propre kop. Des supporters, des vrais, qui auraient compris, et préféré, que cette rencontre ne se dispute pas.

  • 21 détenus et des décisions qui vont tomber

    Au lendemain de ce drame, la police espagnole tient toujours en détention 21 personnes et en aurait identifié 90 autres. Les autorités, elles, promettent des décisions fortes. Lors d'une conférence de presse organisée ce lundi midi, Miguel Cardenal, secrétaire d'État au Sport, a annoncé des propositions « qui proviennent fondamentalement de la LFP » : « On nous a proposé d'élaborer une liste de groupes ultras pour les expulser des stades. » En Espagne aussi, on confond ultras et hooligans. Toujours dans ce même point presse, Francisco Martinez, secrétaire d'état à la Sécurité, n'a pourtant pas remis en cause « un dispositif qui était adéquat » : « Ce sont des faits d'une extrême gravité, mais qui sont exceptionnels.  » Une sortie médiatique étonnante, puisque les supporters du Deportivo La Corogne présents lors du drame ont pu se munir de billets pour la rencontre sans le moindre contrôle. Cardenal a ainsi ajouté qu'il fallait « contrôler ce qui a à voir avec la vente des entrées, signaler les groupes avec des précédents violents et créer des unités pour prévenir la violence » . Jusqu'à aujourd'hui, le contrôle des groupes violents était du seul fait des clubs, comme le montre l'effort fait par le Real Madrid pour virer de son enceinte les Ultras Sur. Oui, il serait temps que les autorités retrouvent la vue. Et prennent les bonnes décisions.

  • La deuxième victime du Frente Atlético

    Le meurtre de Jimmy n'est pas une première pour le Frente Atlético. En 1998, un événement tout aussi tragique s'est déroulé aux abords de l'antre de l'Atlético de Madrid. Le 9 décembre de cette année, la Real Sociedad se déplace au Vicente-Calderón. Aitor Zabaleta, jeune supporter basque de 28 ans accompagné de sa copine, est alors agressé dans la rue des mélancoliques – artère empruntée par les supporters se rendant de la station de métro au stade. Son seul crime : avoir croisé la route de Ricardo Guerra, néo-nazi membre du Bastion, groupuscule le plus violent du Frente Atlético. Touché au cœur, Aitor Zabaleta décède le jour suivant. Son assassin, condamné à 17 ans de prison, est toujours célébré par une partie du kop matelassier qui chante à sa gloire. Une apologie de la violence difficilement contrôlable selon le club : « Je ne suis personne pour dissoudre le Frente. Nous ne donnons ni argent ni entrée. Nous ne leur facilitons rien et cette année nous avons retiré l'abonnement à 46 (supporters violents, ndlr) » , dixit Miguel Ángel Gil Marín, conseiller délégué du club. Car il ne faut pas mettre tout le monde dans la même besace. La très large majorité des aficionados rojiblancos aiment autant leur club que le football.

    Par Robin Delorme, à Madrid
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    bentamaman Niveau : DHR
    Comment peut on en arriver à balancer un mec dans l'eau après lui avoir défoncé la geule au pied de biche pour un putain de match de foot ?

    incroyable et triste.
    Putain... Ca fait réfléchir quand même sur les groupuscules extrémistes politisés...
    (pour moi, le foot n'a rien à voir avec ça, si ce n'est une couverture pour justifier de tels actes de barbarie)
    Ca ma rappelle les incidents en Champions League il y a quelques années lors d'un Atletico de Madrid - Olympique de Marseille, où c'était partie en couille, grâce à l'incompétence ou la mauvaise préparation des forces de l'ordre.


    Car il ne faut pas mettre tout le monde dans la même besace. La très large majorité des aficionados rojiblancos aiment autant leur club que le football.


    Bien d'accord.
    Ces connards n'aiment ni leur club, ni le foot.
    "Avec le décès d'un suiveur du Depor lors d'une bataille rangée face à certains membres du Frente Atlético, autorités sportives et policières se sont couvertes de honte"

    Ce sont avant tout les auteurs de ces faits inqualifiables qui sont couverts de honte. Sans eux, Jimmy n'aurait jamais perdu la vie.
    Sors de tes dogmes, ouvre grand tes oreilles et regarde au loin. Au loin mon petit Romain.
    @rust : " sans eux jimmy serait encore en vie " c'est vrai, cet acte est inqualifiable, finir ainsi sa vie... Mais putain mais qu'est ce que branle un type de la quarantaine marié père de 2 gosses dans un rdv pour un fight entre groupe hools?
    Une bande d'abrutis, rien de plus :(
    le communiqué des bukaneros en home, gogol trad pour les non hyspanophones.

    http://www.bukaneros.org/
    ouais, les forces de police font souvent preuve d attentisme et de' incompétence extreme lors de ce genre de fait divers. j'attends encore la mise en cause des force de l'ordre pour inaction douteuse et suspecte lors d'un certain soir de février 2010. et je suis d'accord avec le post plus haut, c'est quand même triste qu a cet age la avec femme et gamins tu soit encore dans le délire bagarres de bourrins attardés
    Message posté par Rust
    "Avec le décès d'un suiveur du Depor lors d'une bataille rangée face à certains membres du Frente Atlético, autorités sportives et policières se sont couvertes de honte"

    Ce sont avant tout les auteurs de ces faits inqualifiables qui sont couverts de honte. Sans eux, Jimmy n'aurait jamais perdu la vie.
    Sors de tes dogmes, ouvre grand tes oreilles et regarde au loin. Au loin mon petit Romain.


    Enfin, la meilleure option pour Jimmy de rester en vie aurait été de ne pas participer à une bataille rangée.

    C'est forcément dramatique et je ne vais pas jusqu'à dire qu'il n'a que ce qu'il mérite, mais si j'ai bien compris l'histoire, le mec n'est pas clean non plus pour se retrouver là. Pas un supporter lambda.

    Tous les participants à ce genre d'affrontement sont couverts de honte, y compris ceux du Depor dont le regretté Jimmy.
    ramirez le roi des merguez Niveau : District
    Y'a des crétins prêts à se battre.
    Que fait la police?
    Elle fait ce qu'on lui dit de faire.
    Que fait l'Espagne?
    Elle aime tant le foot qu'elle a l'impression qu'empêcher ce déchainement de bêtises serait aller contre le foot. Le première ligue s'est certes aseptisée mais elle peut se regarder dans la glace.
    En Espagne, t'as l'impression que des que tu critiques, tu deviens un ennemi avec un flot de haine à ton égard.
    C'est délirant d'avoir joué au foot dimanche en Espagne. Le désordre qu'aurait causé l'annulation de la journée aurait conduit (espérons le) à une remise en question et les puissants auraient pris des décisions/sanctions juste pour qu'ils puissent continuer à jouer. Le cynisme règne. Ici on achète des matchs, là on dope, ailleurs on menace des gars pour qu'ils signent,on s'endette pour paye joueurs et stades Pffffff
    C'est délirant.
    Est-ce-que quelqu'un sait si Jimmy était un ultra venu participer à la "fête" ou un passant et donc une victime collatérale ?
    P'tit Filet Niveau : CFA

    Putain mais Robin Aux Bois !

    Comment plomber un papier important, sur un sujet grave, par une entame partisane plus que douteuse (marechausée EN-CU-LEE).

    Y'a plus de redac chef sur le site ? Vous laissez publier n'importe quoi ? Déjà qu'on avait n'importe qui pour pondre les brêves...

    Si je veux lire de la merde, j'ai le site du parisien... Donc, bon, faites un effort... Je cliquerai sur toutes les bannières pub 15 fois par jour avec 10 IP différentes. Promis.
    Robin Delorme Niveau : District
    Message posté par P'tit Filet

    Putain mais Robin Aux Bois !

    Comment plomber un papier important, sur un sujet grave, par une entame partisane plus que douteuse (marechausée EN-CU-LEE).

    Y'a plus de redac chef sur le site ? Vous laissez publier n'importe quoi ? Déjà qu'on avait n'importe qui pour pondre les brêves...

    Si je veux lire de la merde, j'ai le site du parisien... Donc, bon, faites un effort... Je cliquerai sur toutes les bannières pub 15 fois par jour avec 10 IP différentes. Promis.


    Plaît-il ?
    P'tit Filet Niveau : CFA
    "lors d'une bataille rangée face à certains membres du Frente Atlético, autorités sportives et policières se sont couvertes de honte".

    Je copie que ton chapeau (on va se tutoyer, c'est plus simple). Mais le premier paragraphe est sur le même mode. Visiblement, je suis pas le seul que ton accroche dérange.

    Que les condés aient merdé, bon. Que la ligue/la fédé aussi, pareil. Mais l'angle est vraiment limite. Parce que considérer que le mec clamse parce que les forces de l'ordre glandent, c'est limite.

    Je sais pas, est-ce que tu ne crois pas que ses potes de kop auraient pu aussi tenter un truc ? est-ce que tu ne te dis pas que, dépassées (et fautive là dessus) les mêmes forces de l'ordre pouvaient difficilement gérer la situation autrement ? D'ailleurs, ils étaient combien au départ ? Et après ?

    Bref, est-ce que tu ne te dis pas qu'en bon journaliste, tu aurais pu traiter le sujet avec un peu moins de partialité ?
    Parce qu'il était l'un d'eux, voilà... "suiveur du Depor" dit l' article, mais si tu n'es qu'un supp lambda tu n' as strictement rien à foutre vers Calderon à 9h du mat, c' est clair.... il y a pas que de jeunes cons, y a aussi des pères de familles parmis les hooligans, des imbéciles irresponsables, puériles et égoistes. Finir comme ça pour un guéguerre de supporters, c'est lamentable.
    Extrêmes gauches et extrêmes droites espagnoles qui se prennent à coup de couteaux, pieds de biche, et qui se balancent dans le fleuve...moi j appelle plus ça des fights, mais le retour de la guerre civile!
    LaPaillade91 Niveau : Loisir


    Je vais en poser une plus simple :

    Pourquoi vouloir toujours plus de flicaille et encore plus de flicaille pour encadrer des manifestations de haine et de violence gratuite ?

    Stp évite de me sortir des conneries de droit fondamental à la sécurité, je sais que j'ai l'air naïf mais pas à ce point là, merci.
    Robin Delorme Niveau : District
    Message posté par P'tit Filet
    "lors d'une bataille rangée face à certains membres du Frente Atlético, autorités sportives et policières se sont couvertes de honte".

    Je copie que ton chapeau (on va se tutoyer, c'est plus simple). Mais le premier paragraphe est sur le même mode. Visiblement, je suis pas le seul que ton accroche dérange.

    Que les condés aient merdé, bon. Que la ligue/la fédé aussi, pareil. Mais l'angle est vraiment limite. Parce que considérer que le mec clamse parce que les forces de l'ordre glandent, c'est limite.

    Je sais pas, est-ce que tu ne crois pas que ses potes de kop auraient pu aussi tenter un truc ? est-ce que tu ne te dis pas que, dépassées (et fautive là dessus) les mêmes forces de l'ordre pouvaient difficilement gérer la situation autrement ? D'ailleurs, ils étaient combien au départ ? Et après ?

    Bref, est-ce que tu ne te dis pas qu'en bon journaliste, tu aurais pu traiter le sujet avec un peu moins de partialité ?


    Je ne dis pas que les flics qui étaient présents sur les lieux y sont pour quelque chose (l'un d'eux a même été blessé). Je souligne juste que les autorités (police, secrétaire d'état à la sécurité, etc...) ont pris ce match à la légère alors que des contentieux existaient déjà entre ces deux pseudos groupes de supporters. Après, désolé si tu l'as pris comme ça (je te tutoie aussi, hein), mais je pense faire la part des choses en rejetant également la faute sur ces dites autorités compétentes qui ont fait preuve de leur incompétence.

    PS : Et bien entendu, les 200 personnes qui ont pris part à cette rixe sont tous des abrutis. Tous
    Note : 3
    Je comprends vraiment pas ce que t'essayes de nous faire comprendre avec cet article, Robin.

    C'est toujours la même rengaine lorsque des drames concernent des supporters de foot sur les sites qui défendent les ultras, on essaye d'éloigner ceux qui prennent part à ce genre de rixes du football et du mouvement ultra, pourtant ils en sont des acteurs à part entière.

    Quand tu utilises le termes de "pseudo-supporter" et que tu conclus en expliquant que d'autres fans de l'Atléti aiment le foot, je vois pas ce que tu cherches à prouver. Ces mecs là aiment (peut-être, sans doute même) autant le foot que le gosse qui va voir le match avec son père, c'est une réalité, il faut arrêter de se voiler la face avec ça.

    Tout comme quand tu nous expliques qu'"en Espagne non plus, on ne sait pas faire la différence entre ultra et hooligan", elle est où la différence dans cette affaire ? Les groupes ultras jouent là-dessus depuis des années pour se déresponsabiliser, mais en l'occurrence La Frente (même si ça se discute un peu), les Riazor Blues et les Bukaneros sont bel et bien des groupes ultras et se revendiquent comme tel, pourtant c'est bien eux, et en représentation de leur groupe qui se donne rdv à 9h du mat pour aller se foutre sur la gueule.
    Tous les ultras sont des taré qui se tapent dessus à coup de pied de biche ? Certainement pas, mais au sein même des associations ultras, il existe un nombre important de mecs qui se foutent régulièrement dans la rue et à part de là, la différence parait compliquée à faire.

    Je ne cherche pas à défendre les mesures anti-ultra ou la police, mais comme mentionné plus haut, cette façon de déresponsabiliser les types et de coller la faute sur la police me dérange beaucoup. Elle me dérange d'autant plus que les ultras sont les premiers à se plaindre des mesures "d'accompagnement" dont ils sont victimes lors des déplacements, les premiers à se plaindre des fouilles excessives qu'ils doivent subir. C'est sans doute à raison qu'ils demandent à être considérés comme n'importe quels citoyens, mais derrière, quand tu bute un mec, faut assumer et pas accuser la police.

    De manière générale le mouvement ultra est complexe parce qu'il n'est pas et ne sera jamais clairement défini (violence-pas violence, armes-pas armes, politique-pas politique, chaque groupe, voir chaque individu a sa propre vision). Je suis le premier à respecter ces mecs pour ce qu'ils font pour animer un stade, mais des événements comme ceux-ci, c'est impardonnable et c'est imputable aux ultras, et aux ultras seuls.

    Bref cet article est quand même un peu dérangeant, désolé si ça parait agressif, c'est vraiment pas l'idée, mais ce double discours est lassant.
    Note : 1
    Désolé pour les fautes, pas eu le courage de me relire.
    Y a quelques années (91 ou 92) à un derby LILLE-LENS, un lensois a terminé dans la deûle, attaqué par des lillois.
    L'année suivante, les lensois voulaient faire la même chose, noyer un dogue.ce soir là y devait peut être même y avoir des marteaux.....avec des boules de pétanques....me souviens plus trop.
    Heureusement plus de peur que de mal mais ça aurait pu être un drame également.
    En même temps y être à 09 heures du mat, c'est accepter le rendez-vous donc les conséquences tragiques qui peuvent en découler
    RIP
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    295 30