1. // Mondial U20
  2. // Colombie-France (4-1)

Douche froide pour la France

Retardé à cause des pluies torrentielles qui se sont abattues sur Bogota, le premier match des Bleuets dans ce Mondial s'est soldé par une cinglante déroute (4-1) face au pays organisateur.

Modififié
0 0
Et les ballons se sont mis à pleuvoir dans les cages de Jonathan Ligali. Averti une première fois sur une frappe lourde des vingt-cinq mètres annonciatrice de Michael Ortega, qui échoua sur sa transversale dès la deuxième minute, le gardien de Montpellier s'est retrouvé dans l'œil du cyclone, dans une rencontre très rythmée, dominée par les locaux. C'est pourtant le Lorientais Gilles Sunu qui ouvre la marque (0-1, 21e) à la suite d'un joli coup de rein enchaîné par une limpide frappe du gauche, à peine effleurée par le portier cafetero. Mais James Rodriguez se charge dix minutes plus tard de venger Santiago Arias, fauché irrégulièrement dans la surface par Kalidou Koulibaly, qui se laissa emporter par sa glissade sur une pelouse détrempée. Le sosie latino de Cristiano Ronaldo claque un pénalty imparable (1-1, 30e). Sublimés par les milliers de spectateurs d'El Campin, les vainqueurs du dernier Tournoi de Toulon donnent le tournis aux protégés de Francis Smerecki. En seconde période, la défense tricolore cède face à la tornade colombienne. Tout d'abord sur un tir croisé du numéro neuf Luis Fernando Muriel, à la sortie d'un dribble qui laisse pantois les centraux français (2-1, 48e), sur une passe du petit meneur du FC Porto James Rodriguez, intenable hier encore.

Lacazette peut s'en mordre les doigts

Alors que le tableau affiche 2-1, le Lyonnais Alexandre Lacazette a l'égalisation au bout du pied à la 62e minute. Entré en jeu à la pause, il se joue de Cristian Bonilla avant de dévisser sa frappe, devant le but grand ouvert. C'est le tournant de la rencontre. Deux minutes plus tard, le latéral droit Santiago Arias expédie un centre de James Rodriguez dans les filets de Ligali (3-1, 64e), qui encaisse un quatrième but dans la foulée par Luis Fernando Muriel (4-1, 66e), auteur d'un doublé. L'étincelant James Rodriguez (deux passes décisives et un but, donc) s'offre même le luxe de manquer son deuxième pénalty, repoussé par Ligali, qui sauve les meubles alors que la formation de Francis Smerecki prend l'eau. A la fin, c'est la Colombie qui sourit. « Après le but de Sunu, le public est resté calme et nous a encore soutenus, je veux l'en remercier. On savait qu'on avait un grand adversaire, champion d'Europe, et on était un peu tendus en première période, mais on a parlé à la mi-temps et corrigé certaines choses, et les garçons ont fait une excellente seconde période » , n'a pas manqué de souligner Eduardo Lara, l'ancien sélectionneur des A qui dirige désormais les moins de 20 ans.

Les Bleuets asphyxiés

La seconde mi-temps s'est révélée asphyxiante pour les Tricolores. « On a subi, c'est le match qu'on craignait : on a rarement pu gêner la Colombie, seulement par moments. Même quand on a ouvert le score, on avait la sensation que les Colombiens nous mettaient sous pression. Le match nous a échappé après l'occasion de Lacazette. C'est une entrée en matière très moyenne, j'espère que ça nous servira pour les deux autres matches » , a déclaré le sélectionneur des Bleuets, qui ont flanché physiquement, dans l'altitude de Bogota (2.600 mètres). Smerecki ne « prévoit pas de modifications » pour la prochaine rencontre, mardi, face à la Corée du Sud, alors que Cédric Bakambu était titulaire en pointe à la place de Yannis Tafer, habituel avant-centre titulaire et meilleur buteur de la génération 1991, avec 26 buts inscrits depuis les moins de 17 ans. « On est dans la fête, c'est notre Mondial. Comme quand on va à une fête et qu'on boit, après on est saoul et on ne peut plus danser ni profiter de la fête, donc attention » . Pour le moment, c'est la Colombie qui s'offre un apéritif enivrant et ce sont les joueurs à la marinière qui trinquent...

Par Florent Torchut

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La France tire l'Espagne
0 0