En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Dortmund-Leverkusen (3-0)

Dortmund sur un nuage

Après 10 victoires en autant de matchs en compétitions officielles depuis le début de la saison, le BvB passait son premier véritable test face au Bayer. Contrôle réussi haut la main, avec une éclatante victoire 3-0.

Modififié

Borussia Dortmund 3-0 Bayer Leverkusen

Buts : Hofmann (19e), Kagawa (58e), Aubameyang (74e) pour le BvB

Shinji Kagawa lève la tête. Il sait la défense de Leverkusen trop haute, trop lente. Alors il dessine la trajectoire d'une merveilleuse ouverture dans la course de Jonas Hofmann. Malheureusement, Leno est le premier à arriver sur le ballon. Sauf que le portier écarte les bras, les jambes, et le rate. Hofmann en profite, se resitue bien pour frapper dans le but vide en évitant le retour du défenseur tacleur. On dispute alors la vingtième minute. Jusqu'à présent, Leverkusen avait souffert courageusement, défendant haut et essayant de presser partout. Le BvB s'était contenté de faire tourner la balle, d'ouvrir quelques brèches. Mais à partir de cette ouverture du score, à l'exception d'une brève période au retour des vestiaires, Dortmund a déroulé, encore, toujours, trop rapide, puissant et furieux. Le milieu a régné, la défense a cogné, à l'image d'un Sokratis nouveau super copain avec Chicharito, Bürki a rassuré. L'attaque a fait le reste, bien aidé par un Wendell aux pâquerettes. Dortmund reprend les commandes de la Bundesliga, toujours à égalité avec le Bayern, mais avec un meilleur goal average.

Hofmann is the man


Jonas Hofmann aurait pu être le héros malheureux de cette journée. Titulaire pour reposer Marco Reus, l'ailier semblait manquer de spontanéité. Avant d'inscrire son but, il avait gâché plus d'une belle occasion, avec un contrôle de trop, une frappe trop tardive. Juste avant, il avait d'ailleurs perdu son face-à-face avec Leno. Le duel aurait logiquement dû continuer de tourner en faveur du portier du Bayer, qui devait toucher ce ballon. Qu'importe, le football n'est pas rationnel, il a ses têtes et ses favoris. Le BvB en fait partie cette saison. Hofmann a donc marqué. Dans la foulée, Leverkusen n'existe plus. Effet Tuchel oblige, Dortmund met le pied sur le ballon et accule les visiteurs dans leur surface. Les occasions ne sont pas légion, à l'exception peut-être de la gâchette qui allume Leno. Mais surtout, Leverkusen ne se révolte pas. Signe qui ne trompe pas, il faut attendre la 38e minute pour voir Bürki réaliser un arrêt.

Obrigado Wendell


Évidemment, Roger Schmidt est furieux. À la pause, il sort donc Kramer et Kießling, pour Brandt et Mehmedi. Des entrées et une remontée de bretelles qui font leur effet. Le retour des vestiaires est d'une intensité dingue, avec des actions d'un but à l'autre. Bim, le centre de Bellarabi ne trouve pas preneur, bam, Aubam trace Tah avant de butter sur Leno, bim Chicharito est déstabilisé par Schmelzer et perd son duel avec Bürki. Il est évident que le premier à commettre une erreur sera puni. Et c'est Wendell qui endosse ce rôle. Le latéral brésilien rate sa relance, directement dans les pieds de Ginter, et puis ça déroule : Hofmann, Gündoğan, Mkhitaryan, Kagawa, qui conclut d'un pointu dans un trou de souris. En une poignée de secondes délicieuses, le break est fait. Désormais, plus rien ne peut inquiéter le BvB. Même un coup franc direct idéalement placé de Çalhanoğlu, bien boxé par Bürki. La suite coule de source : Leverkusen n'y croit plus, se délite, le BvB dévore les espaces. Une nouvelle erreur de Wendell scelle définitivement le sort de la rencontre : contrôle raté, ballon perdu, tacle foiré, penalty. Aubam exécute comme d'habitude la sentence, pour rejoindre Lewandowski en tête du classement des buteurs avec 6 réalisations en cinq matchs. Le reste n'est qu'une succession de vagues jaune et noir. Il faut un grand Leno et un brin de manque de réussite pour que le score en reste là. Mais bon, 3-0, c'est déjà pas mal.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner il y a 1 heure Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 7 Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20