Dortmund et Francfort ne lâchent rien

Le Borussia Dortmund a beau être largué par le Bayern, il tient à se battre jusqu'au bout. Question de principe. L'Eintracht Francfort a beau être l'équipe surprise de la saison, il tient à redevenir un cador de la Bundesliga. Question de principe aussi. Schalke 04 lâche du lest et s'engage dans une rude bataille pour l'Europe. Hoffenheim est en galère...

Modififié
4 1
Semaine après semaine, le Bayern Munich rit. Il se tape même de grosses barres de rire en voyant, loin dans son rétro, tous ces clubs qui se traînent pour espérer accrocher une place pour la lucrative Ligue des champions. Comme ce Borussia Dortmund, par exemple, qui face à Nuremberg doit son salut à ses dévoués ouvriers polonais. Car quand ce n'est pas Marco Reus qui illumine la partie d'un de ses coups francs dont il a le secret, quand ce n'est pas Mario Götze qui offre du frisson avec quelques dribbles bien sentis, c'est le trio de bosseurs Piszczek-Błaszczykowski-Lewandowski qui est à la manœuvre. Kuba est d'ailleurs le premier à se mettre en évidence, en transformant un pénalty un peu trop généreux suite à une faute légère de Gebhart sur Piszczek. Kuba doublera même la mise du même endroit, suite à un service de la droite de Götze. En fin de rencontre, Marco Reus permettra à Robert Lewandowski d'ajouter un troisième but (son 12e de la saison). 3-0, une victoire nette et sans bavure pour les ouailles de Jürgen Klopp, qui a eu la bonne idée d'envoyer Nuri Şahin se faire ovationner à un quart d'heure de la fin. Le BVB remonte ainsi à la deuxième place, à égalité avec le Bayer Leverkusen, mais toujours à neuf unités du Bayern.

L'Eintracht toujours là, Schalke à la peine

Juste derrière, l'Eintracht Francfort entend bien continuer à jouer les trouble-fête jusqu'en fin de saison. Face à un Hoffenheim très malade, les hommes d'Armin Veh n'ont pas vraiment eu à forcer pour s'imposer. Sur une ouverture géniale de Takashi Inui, Martin Lanig tente de rabattre le ballon, ballon qui est contré une première fois par Matthieu Delpierre et que le capitaine Andreas Beck n'arrive pas à sauver. Malgré ce désavantage à la mi-temps, les hommes de Marco Kurz se bagarrent, et Volland remet tout le monde à égalité à l'heure de jeu. Mais très vite, « Hoffe » retombe dans ses travers et suite à une sortie hasardeuse de Tim Wiese sur corner, encaisse un but d'Aigner. Francfort s'impose, et reste à trois points du duo Bayer-Borussia. Quant à Hoffenheim, il ne cesse de dégringoler.
Ça devient même très difficile pour les Souabes du Bade-Württemberg, puisqu'ils se sont fait doubler par leurs « compatriotes » de Bavière. En arrachant le nul à domicile (0-0) face à Schalke 04, le courageux FCA remonte à la 16e place, synonyme de barrages en fin de saison. Dans une partie équilibrée, les partenaires du vétéran Alex Manninger (ex Juve, Fio, Arsenal...) ont réussi à contenir une équipe de Schalke en plein doute. Les « Bavarois » auraient même pu l'emporter si Mölders n'avait pas touché le poteau. Les Königsblauen ramènent certes un point de leur trip dans le sud, mais ça risque d'être tendu jusqu'au bout pour une qualif' européenne.
Car désormais, Schalke est actuellement assis sur le sixième et dernier strapontin européen, suite à la victoire de Mayence (3-0) sur la pelouse du Greuther Fürth. Une fois de plus, ce diable d'Ádám Szalai est l'homme de la situation, et vu qu'il y est allé de son doublé, cela fera deux paires de baffes pour son pote Ivan Klasnić. Logique. À Fürth, on attend toujours la première victoire à domicile de l'histoire du club dans l'élite. Même le dégueulasse Tasmania Berlin, auteur de la pire saison possible en Bundesliga (2V, 4N, 28D, -93 de différence de buts) avait réussi à gagner au moins une fois à la maison.

Derbys, répétition générale

L'Allemagne du football compte tellement de rivalités en son sein que, parfois, elle n'a même pas besoin d'en inventer. Ainsi, Mönchengladbach et Düsseldorf ont beau être deux villes distantes d'une trentaine de bornes, on ne parle pas pour autant de derby. Non, de par l'histoire et les histoires, « l'ennemi commun » s'appellerait plutôt 1.FC Cologne. Quoi qu'il en soit, cet après-midi, au Borussia Park, c'est sans véritable haine que Gladbach s'est imposé face au Fortuna. Bien aidés par le csc de Juanan, les Fohlen (Poulains) ont doublé la mise par Patrick Herrmann (Monsieur-Homme). Schahin réduira la marque sur pénalty, mais Gladbach s'imposera quand même, et peut à nouveau se mettre à rêver d'Europe.
Autre rencontre entre voisins, le sommet de Basse-Saxe entre Hanovre et Wolfsburg. Les Roten se sont directement mis sur de bons rails grâce à l'ouverture du score en tout début de rencontre de Mohamed Abdellaoue, qui profite de l'absence de Didier Ya Konan (parti à la CAN) pour obtenir un peu de temps de jeu. Hanovre pense tenir le match par le bon bout, jusqu'à cette expulsion de Sébastien Pocognoli pour un chassé maladroit sur Vierinha. On pense alors que les Loups vont revenir dans la rencontre. Que nenni : Mame Biram Diouf double le score pour Hanovre d'un but assez curieux (tête sur le poteau, la balle rebondit sur son bras « inerte » et finit par entrer). Les employés de Volkswagen recolleront bien au score grâce à Madlung en début de seconde mi-temps, ils ne rattraperont jamais l'autre HSV (2-1). Demain, suffit les conneries, place aux vraies rivalités : le derby du Nord entre le Werder Brême et le « vrai » HSV, ainsi que le sommet du Sud, entre le VfB Stuttgart et le Bayern Munich.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Boah Augsburg - Schalke mais quelle horreur ce match tain ! Une vraie purge ce truc. Bon Schalke a eu les occaz les plus franches (enfin celle de Klaas Jan quoi) mais serieux on aurait dit que les presque promus c'etait nous ...
En tout cas leur defenseur la Philp est vraiment la pire pourriture que j'ai jamais vu. le mec en est a son deuxieme match de Buli et n'a aucun complexe a se jeter par terre comme une #merde en permanence, j'aurais aime que Benni Hoewedes -qui etait entrain de peter un cable les 5 dernieres minutes entre tacles a 167 km/h et tirages de maillots a gogo - lui pete bien la jambe histoire que ce dechet garde ses forces pour la Bundesliga 2. Les matchs contre 1860 et Aue c'est quand meme le top. Affelay reviens et Keller: plus d'audace nom de dieu ! Faire rentrer koalisenac (desole) et Barnetta ca montre qu'on joue plus le 0-0 que le Sieg (clap clap)
Quoi je suis vener ???
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 1