1. //
  2. //
  3. // Groupe F
  4. // Dortmund/Napoli

Dortmund déjà au pied du mur (jaune)

Ce soir, le Borussia Dortmund joue déjà sa survie en Ligue des champions. En cas de nul ou de défaite face au Napoli, les joueurs de Jürgen Klopp seront pratiquement éliminés. Or, trois jours après la claque reçue face au Bayern, le mal de crâne est encore présent. Mais Naples n’est pas beaucoup mieux loti.

Modififié
7 6
Une claque, ça fait mal. Deux, c’est très dur. Trois, il y a de quoi tomber en dépression. Mais le Borussia Dortmund n’a pas franchement le temps de s’apitoyer sur son sort. Trois jours après la défaite contre le Bayern Munich (0-3), le BVB doit se replonger dans la réalité. Et cette réalité, c’est la Ligue des champions. Là aussi, la situation est compliquée. Le Borussia n’a pris que six points lors des quatre premiers tours. Du coup, ce soir, pour leur dernier match à la maison, les joueurs de Jürgen Klopp n’ont plus le droit à l’erreur. Il faut gagner contre Naples. Un point c’est tout. Dortmund conserve pour le moment son destin entre ses mains. Avec deux succès, le vice-champion d’Europe sera qualifié, indépendamment des autres résultats. En revanche, une contre-performance ce soir pourrait déjà éliminer les Allemands. Le combo victoire d’Arsenal + non-succès du BVB serait immédiatement éliminatoire. À l’inverse, Naples peut encore se permettre un joker. S’ils s’inclinent ce soir, les Napolitains conserveront encore des chances de qualification. Tout se jouerait alors lors de la dernière journée, avec, notamment, le choc du San Paolo face à Arsenal. On l’a compris, c’est surtout Dortmund qui est au pied du mur. Il va falloir être costaud, mentalement.

Une défaite, et le BVB est out

La curiosité de cette rencontre entre Dortmunder et Napolitains, c’est que les deux formations traversent actuellement une période similaire. Elles restent toutes les deux sur deux défaites en championnat après un départ canon, sont toutes deux descendues à la troisième place du classement, et ont chacune pris une rouste (sur le même score de 3-0) lors du choc face au grand rival. Ce sont donc deux équipes dans un état d’esprit relativement semblable qui vont se présenter ce soir au Westfalenstadion. Avec, évidemment, un petit avantage psychologique pour les Partenopei, qui sont en position de force dans ce groupe F (trois points d’avance), et qui se sont imposés au match aller. D’autant que Jürgen Klopp doit toujours composer avec ces nombreuses absences, notamment en défense : Hummels, Subotić et Schmelzer sont tous indisponibles. Or, on l’a vu face au Bayern, le sympathique Friedrich n’est clairement pas au niveau pour dignement remplacer les blessés. Sokratis, lui, a été bon, et peut être une garantie. Durm, bof bof, Grosskreutz, pas mal. Mais il suffit que les attaquants napolitains soient dans une bonne soirée pour qu’ils se régalent face à cette arrière-garde bis.

De quoi effrayer celui qui a atteint la finale de la compétition la saison dernière ? Non, pas le moins du monde. « C’est vrai, nous restons sur trois défaites consécutives, même s’il y a eu une pause avec les équipes nationales qui a permis à certains de nos joueurs de gagner. Il est vrai aussi qu’il nous faut impérativement des points, et ça, cela peut aider le Napoli si nous jouons mal. Mais si nous jouons bien, nous n’avons rien à craindre. La Champions est une toute autre compétition, nous sommes extrêmement concentrés et nous n’avons en rien perdu notre confiance  » , a affirmé en conférence de presse le coach allemand, exclu au match aller après une grosse colère. Les joueurs, de leur côté, abordent cette confrontation avec plus de pression, comme le confirme le défenseur Sokratis, qui connaît bien cette équipe napolitaine pour avoir joué en Italie de 2008 à 2011. « Pour nous, ce match, c’est une finale. Nous savons exactement ce que nous devons faire, nous sommes prêts pour l’emporter. Nous savons parfaitement que c’est le dernier match où nous avons notre destin entre les mains. Si nous perdons, c’est fini. C’est aussi simple que ça » , a-t-il affirmé. Bien résumé. Une défaite, et le BVB est out. Mais les statistiques disent que le Borussia n’a plus perdu trois matchs de suite à domicile toutes compétitions confondues depuis avril 2000. Peut-on s’y fier ?

Hamšík absent

Une stat toutefois peu rassurante pour un Napoli qui n’est pas franchement au top. Après la raclée reçue sur la pelouse de la Juve, les Napolitains ont été battus à domicile par la modeste équipe de Parme, ce week-end. Un revers inattendu, qui a projeté l’équipe de Benítez à six points du nouveau leader, la Juve. Le coach espagnol n’est pas franchement content, mais préfère relativiser et dire que la saison est longue. Surtout, il sait que ces deux défaites de rang peuvent être immédiatement pardonnées et oubliées avec un résultat positif ce soir, à Dortmund. Même si, là aussi, les statistiques ne sont pas franchement favorables aux Italiens. Dans toute son histoire européenne, le Napoli est allé jouer à huit reprises en Allemagne. Le bilan est sévère : quatre défaites (Kaiserslautern, Werder Brême, Francfort et Bayern Munich) et quatre nuls (Hanovre, Stuttgart deux fois, Bayern Munich). Même si, en 1989, le match nul obtenu en finale sur la pelouse de Stuttgart (3-3) avait permis aux potes de Maradona de remporter la Coupe UEFA, grâce à la victoire 2-1 du match aller. Néanmoins, sur la pelouse, pas la moindre victoire en terre allemande.

Et la forme actuelle de la formation partenopea n’a pas de quoi rassurer les tifosi, qui se rendront toutefois en masse au stade ce soir (on attend entre 4000 et 5000 tifosi napolitains). De fait, outre les deux défaites de rang, c’est le jeu du Napoli qui déçoit depuis quelques matchs. Étincelants en début de saison, les joueurs de Benítez connaissent une vraie baisse de régime, certainement due à la multiplication des matchs et au manque de profondeur du banc de touche. Ajoutez à cela la blessure de Marek Hamšík, qui sera absent ce soir, et vous obtenez une équipe qui cherche ses repères. « Il est clair que, ce soir, nous devrons atteindre à nouveau le point maximal de concentration dans notre approche du match. Nous parlons là d’un adversaire de très haut niveau, nous avons beaucoup de respect pour eux. J’aime disputer ce genre de matchs, c’est là que nous pourrons montrer à tous notre vrai niveau » , promet Rafa. Il ne demande qu’à être entendu. Naples a son destin entre les mains. Une victoire, et les Napolitains sont mathématiquement qualifiés pour les huitièmes de finale. Dans un tel groupe, et au bout de cinq journées, ce serait déjà un putain d’exploit.

À suivre : Dortmund/Naples, ce soir, dès 20h45, sur live.sofoot.com

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Supporter de Dortmund jusqu'au bout, Jürgen a même les dents jaunes.
ce match ce soir, c'est un VRAI match de CL. Un putain de match pour les supporters des deux camps.
Si je me suis réjouis de leur défaite ce weekend, je croiserais les doigts aux jaunes et noirs ce soir !
On se dirige vers une qualif' qui se décidera au goal average, avec 3 équipes à 12 points... Va falloir sortir les calculettes! RIP pour Marseille, le niveau du groupe était trop relevé. Quand tu vois le niveau de BVB-Bayern de ce weekend...
laudrup all night Niveau : Loisir
deux tacticiens qui savent laisser le ballon à l'autre, deux clubs historiques, un stade en feu, deux équipes qui veulent se relever, l'obligation de gagner : tout simplement le plus beau match de LDC depuis le début de la saison.
Y'a des soirs comme ça, où je regrette de faire du foot. Préferer regarder un match à la télé plutôt que d'aller à l'entraînement, c'est là qu'on commence à voir qu'on vieillit, nan ?
@DjangoRoro

Il rit jaune surtout !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ajax bat encore Barça !
7 6