1. //
  2. // GR.F
  3. // Arsenal/Dortmund

Dortmund convoite l'incroyable

Quatre jours seulement après la victoire qui sent la sueur face au Bayern Munich (1-0), voilà que Dortmund se rend en Albion pour y affronter un autre gros client: Arsenal. Tout autre résultat autre qu’une victoire et les pousses de Klopp ne verraient pas la C1 au printemps. Le niveau de jeu actuellement affiché peut permettre au peuple de Dortmund d’espérer, même si les chances sont infimes. Mais les joueurs n’ont-ils pas autre chose dans la tête. Une chose nommée Schalke 04 ?

Modififié
0 2
Il s’est passé un truc à Munich. Outre le but de Götze (qui relance pour ainsi dire la Bundesliga), outre la victoire 1-0 du Borussia à l’Allianz Arena, c’est la manière dont la victoire a été obtenue qui interpelle. Une défense rigoureuse, un milieu agressif, une pointe (Lewandowski) qui se démène comme une belle diablesse et qui perturbe tout son monde, clairement, Dortmund a plus que bousculé le Bayern chez lui: il s’est tapé l’incruste, s’est servi dans le frigo, a bouffé bavarois, et est reparti sans même faire la vaisselle et en laissant le gaz ouvert, de surcroît, sans se soucier si ça pouvait exploser ou non. Qu’importe: tel Attila et les Huns, Jürgen Klopp et sa troupe de barbares d’un nouveau genre s’est déjà envolé en vue de squatter chez quelqu’un d’autre, et si possible le ruiner. La forteresse Arsenal va être difficile à prendre, voire impossible, mais qu’importe, Kloppo et ses hommes n’ont plus rien à perdre. Kevin Grosskreutz est déjà à balle, le couteau entre les dents: « Si on veut être là au printemps prochain, il va falloir qu’on gagne. Ça va être dur, mais à Londres, on va tout donner » . Tout donner, donc, pour espérer gagner. « Notre but est de remporter ce match, on n’est pas là pour calculer pour la deuxième place » , ajoute Mats Hummels. Ça, c’est clair. Pas le temps pour les regrets, les erreurs n’appartiennent qu’à eux-mêmes. Marseille et Le Pirée, les deux précédents matchs à l’extérieur, s’étaient soldés par de véritables échecs. A Londres, les Schwarzgelben voudront à tout prix éviter la passe de trois.

Une confiance regagnée

C’est presque dommage qu’Arsenal se pointe maintenant. La team de la Ruhr est actuellement sur une bonne dynamique. Dire qu’elle avait été en crise serait presque trop gros, mais ce qui est certain, c’est que le Borussia a retrouvé ce qui lui avait manqué en début de saison: du jeu, et surtout cette envie d’écraser l’adversaire. Cela s’est encore vérifié lors du dernier match à domicile face à Wolfsburg (5-1), et aussi face au Bayern. Ces résultats ont été possibles parce que les joueurs sont à nouveau tranchants, à l’image d’un Grosskreutz qui a retrouvé de son panache (et sa place de titulaire). De plus, en mettant Ilkay Gündogan, annoncé comme le successeur de Nuri Sahin, sur le banc (voire en tribune), Klopp a peut-être enfin fait le deuil du Turc, et a compris que celui-ci était irremplaçable. Arsenal ou pas, la rencontre est préparée dans le plus gros sérieux, Klopp s’enfermant dans une salle à mater des vidéos d’Arsenal, mais aussi de ses derniers adversaires. Surfant sur la vague du succès à Munich, le BVB ne veut plus renvoyer une image de victime, mais plutôt se présenter sur le terrain comme un champion d’Allemagne digne.

Le derby en tête ?

Ceci étant, même si les supporters qui ont fait le déplacement jusqu’à Londres gueuleront à gorge déployée pour soutenir leurs petits, beaucoup se demandent comment Dortmund va gérer le reste de sa « semaine anglaise » , comme on dit là-bas (en référence au Boxing Day). Après le Bayern le week-end dernier, après Arsenal ce soir, un autre rendez-vous important est à venir samedi: la réception de Schalke 04, dans un derby de la Ruhr chaud bouillant, puisqu’il opposera tout simplement deux équipes séparées par un petit point (Dortmund 26, Schalke 25) qui comptent traquer le Bayern (28 unités) jusqu’à la fin. « Nous allons maintenant à Londres, le reste ne compte pas. Je ne veux pas entendre parler de derby » , assure ainsi le boss Hans-Joachim Watzke. Bien que le sujet soit tabou, il est difficile pour les joueurs de ne pas y penser, même si rien ne transpire. On parle quand même du match le plus important au Signal Iduna Park, la confrontation que toute l’Allemagne qui aime le football cherche en premier quand paraît le nouveau calendrier de la DFL. Se concentrer sur Londres alors que les chances sont moindres alors que se profile le match de l’année, ça va être difficile. En tous cas, les ouailles de Klopp savent déjà une chose: qui court deux lièvres n’en chope généralement aucun.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ali, pas mal la ptite référence à Lunatic. Je like.
Vous êtes tellement des beaufs avec vos "like". Tu passes pas pour un con quand tu parles Français ,hein .
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2