1. //
  2. // 22e journée

Dortmund conjugue la frustration

Une semaine après un nul incolore contre Schalke 04, le Borussia Dortmund vient de rater une seconde occasion de maintenir la concurrence à une distance sans retour. Au lieu de quoi, le Bayer et le le Bayern se pourlèchent déjà les babines...

Modififié
0 0
Le Borussia Dortmund n'avance plus au rythme frénétique qui était le sien avant la trêve de décembre. Dernier signe de sa toute puissance hégémonique, sa victoire à Leverkusen (1/3) il y a tout juste un mois pour la reprise de la Bundesliga. Depuis, hormis un succès contre ce rafiot ivre surnommé Wolfsburg, les hommes de Jürgen Klopp enquillent les nuls : Stuttgart, Schalke et ce week-end à Kaiserlautern (1/1). Pour la seconde semaine d'affilée, le Borussia a manqué une occasion de laisser ses deux poursuivants, le Bayer et le Bayern, à une distance -encore- plus respectable. Dans un match à leur portée, les coéquipiers de Lucas Barrios avaient fait le plus difficile en ouvrant le score par Sven Bender (81e) mais l'expulsion presque irréelle de Neven Subotic sur Lakic (86e) allait relancer les hommes du Palatinat. Jan Morawek égalisait à la limite de l'extra-time et le Betzenberg entra en éruption. K'lautern s'éloigne de la zone de relégation tandis die Schwarzgelben semblent vouloir rejouer un remix de la fable du lièvre et de la tortue...

L'année dernière, Hambourg et Leverkusen avaient disparu de la tête du championnat allemand après un premier tiers fracassant. Cette année, Mayence, encore battu (2/4) ce dimanche à Cologne la faute à Podolski -le bipolaire- et à Vokovic (deux buts, chacun), a fait de même depuis une paire de mois. Longtemps en tête, le FSV pointe désormais à quinze points du leader de la Ruhr. Dortmund ferait bien de se méfier tant l'histoire de la Bundesliga regorge d'improbables retournements de situation. Toute la Westphalie pourrait en attester, particulièrement les fans de Schalke 04. Le Bayern vient juste de récupérer ses deux ouvre-boites préférés, Ribéry et Robben, présents ensemble à 20% des matchs des Munichois depuis l'arrivée du Batave à l'été 2009. Face à un Hoffenheim falot et résigné (4/0), les hommes de van Gaal ont redonné confiance à leurs fans les plus fervents. On les attendra sur la durée et dans leur duel contre l'Inter pour la Champion's pour savoir quel est le vrai niveau du Bayern cette saison. Un peu comme l'année dernière (décidément) : pitoyable avant Noël, plutôt brillant après...

Après sa désastreuse défaite à Nuremberg (0/1) de samedi dernier, on attendait le Bayer encore déplacement, à Francfort cette fois. Et l'Eintracht était un genre d'adversaire idéal pour se relancer puisqu'il n'arrête pas de dégringoler au classement depuis le début 2011 (aucun match gagné). Leverkusen a plié l'affaire en trente-deux minutes (Rolfes, Augusto) avant que Hanno Balitsch ne désespère tout le land de Hesse en fin de match (0/3).

Moins de deux ans après son sacre, Wolfburg n'en finit plus de désespérer toutes les chaînes de montage (fortement automatisées, certes) de Volkswagen. L'ancienne équipe de Dzeko ne se situe plus qu'à quatre points du premier relégable (Stuttgart, humilié une fois encore à domicile par Nuremberg (1/4). Il a bien tenté de remplacer cette semaine McClaren (Steve, pas Malcolm déjà mort) par cette vieille connaissance de Pierre Littbarski. Choc psychologique vain puisqu'il Hambourg est venu braconner à la Volkwagen arena (0/1, un pénalty de Petric, le sans cœur). Histoire de joindre l'inutile au désagréable, le Borussia Monchengladbach a décidé de faire de même ce dimanche après une défaite, la veille, contre l'autre club de Hambourg, le Sankt Pauli (ces gars de la cité hanséatique sont impitoyables). Résultat : Michael Frontzeck est limogé et le Sankt Pauli prend ses distances avec la zone de relégation (six points).

Pendant ce temps-là, le Werder Brême continue de patauger (1/1) à quelques encablures de Stuttgart tandis que le Schalke 04 de Magath remonte peu à peu les escaliers qui mènent à l'Europa cup (1/0, facture de l'inévitable Farfan à la face de Fribourg, toujours 6e alors que le 04 n'est que 10e, cinq points derrière). Pour la Champion's, faudra repasser l'année prochaine.

Les stades sont magnifiques, les guichets sold-out, le jeu est spectaculaire, la ferveur jamais démentie et quand ils marquent peu de buts, comme ce week-end, on compte quand même jusqu'à vingt-huit. D'ici peu, les clubs allemands piqueront aux Italiens le quatrième club en C1. Ce championnat est vraiment, mais alors vraiment, déprimant...

Jurgen Kappelmann

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0