En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Coupe d'Allemagne
  2. // Finale
  3. // Borussia Dortmund/Bayern Munich

Dortmund-Bayern, ou les ailes du désir

74 000 fans et des millions de téléspectateurs se presseront ce soir pour déguster la finale de la coupe d’Allemagne. Entre le jeune impétrant, double champion en titre (le Borussia) et le notable en quête de sacre continental (Munich). Une passation de pouvoir ? Pire : un choc de culture !

On n’a pas attendu Lou Reed pour savoir que Berlin envoie toujours des messages et que s’y déploient les ailes –souvent tourmentées - du désir. Celui du Hertha s’est fracassé à domicile, il y a deux jours, contre le Fortuna Düsseldorf (1-2), le club favori de ces vieux punks de Die Toten Hosen, lors du barrage aller pour l’accession ou la survie en Bundesliga. Celui de François Hollande, qui sera dans la capitale allemande la semaine prochaine, devra composer avec la souplesse (!) d’Angela Merkel pour le plus grand (dé)plaisir de tout le sud de l’Europe. Celui, enfin, des deux meilleurs clubs allemands de l’époque qui vont se disputer une DFB-Pokal comme pour savoir, comme pour régler un différend dans la cour de l’école. A Berlin. Une ville capable d’engendrer Einstürzende Neubauten, Jingo de Lunch ou Ellen Allien réserve toujours le meilleur.

Une question de suprématie domestique. Le Bayern, et ses dirigeants si modestes, ne goûtent guère que le club le plus puissant du pays passe deux saisons sans empocher le titre. Une première depuis seize ans. Pire : Dortmund est une équipe en devenir qui pourrait développer une dynastie. De jeunes joueurs dégoulinant de talent (Götze, Subotic, Hummels, Grosskreutz, Gündogan, Lewandowski, Bender…), un vrai projet de club cornaqué par Michael Zorc, une authentique vision du jeu magnifiée par un entraîneur bigger than life, Jürgen Klopp. Les Schwarz-Gelben souffreteux et maladroits du début de saison ont cédé la place à une formidable machine de guerre qui a repris sept points au Bayern avant de le laisser à huit unités à la fin du championnat, la semaine dernière. Un différentiel de quinze points depuis novembre sur le finaliste de la C1. S’il devait retrouver Marseille en ce moment, le BvB en ferait de la chair à saucisse. Il y a seize ans, c’était déjà Dortmund qui avait réalisé le doublé avant de gagner la Champions douze mois plus tard. Avis…

« Un objectif majeur »

Une victoire des coéquipiers de Kagawa l’a foutrait encore plus mal si, d’aventure, les Munichois venaient à gagner une cinquième C1 à quelques centaines de kilomètres de là, à l’Allianz-Arena dans une semaine tout pile. Ils seraient les premiers à Rome (en Europe) mais seconds dans leur village (en Allemagne). On parierait alors que le board bavarois casserait sa tirelire pour se renforcer, attendu que Marco Reus, une des sensations de la Bundesliga depuis deux saisons, a déjà signé dans la Ruhr. Comme si le centre de gravité de la ligue s’était déplacé de quelques centaines de kilomètres vers l’Ouest. On ne serait pas plus surpris que les Hoeness et compagnie soudoient quelques champions d’Allemagne pour les enrôler au sein de la multinationale bavaroise. Qu’elle s’appelle Hambourg, Cologne, Schalke 04, Leverkusen ou Brême, le Bayern Munich n’a jamais supporté la concurrence, a fortiori si elle dure dans le temps. Bayern-Dortmund d’aujourd’hui, ça ressemble foutrement à Bayern-Mönchengladbach des 70’s, un clash de titans, un affrontement entre deux des meilleures équipes d’Europe. Ce qui se joue aussi dans les années qui viennent, c’est la place de l’Allemagne en Europe, entendu que la Bundesliga donne désormais quatre places pour le grand huit de la Champions (ciao Italia). L’objectif ? Déboulonner l’Angleterre et l’Espagne des deux premières places de l’indice UEFA et retrouver la place qui était la sienne auparavant, la première. Comment pourrait-il en être autrement pour le pays dominant (politiquement comme économiquement) sur tout le continent ? Pas mal pour un championnat mineur.


Le Bayern a toujours gagné la coupe une année sur deux -au moins- depuis 2002. Le Borussia n’a jamais fait le doublé. Les Bavarois aligneront leur équipe sans tenir compte des trois suspendus pour la finale de Munich (Alaba, Badstuber, Luiz Gustavo) tandis que les Schwarz-Gelben qui restent sur quatre succès consécutifs sur leur rival honni sont gonflés à bloc. Heynckes certifie que « la coupe demeure un objectif majeur » pendant que Klopp affirme que son BvB « n’est pas rassasié et qu’il jouera avec toute l’intensité requise dans ce genre de circonstances » . Götze sera sur le banc ; Kagawa et Lewandowski sur le pré, jouant peut-être leur dernier match avec le paletot des champions d’Allemagne (recordmen du nombre de points, 81 sur 102 possibles). Une joute fastueuse, on vous dit…


Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7