En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Coupe du monde 2014
  3. // Groupe G
  4. //

Donovan : Le jour d’après

En se privant volontairement de la légende vivante du football US, Landon Donovan, Jürgen Klinsmann s’est mis à dos une partie de l’opinion publique avant même le début des hostilités. Un choix couillu qui met néanmoins une énorme pression sur le sélectionneur allemand à qui rien ne sera pardonné.

Klinsmann savait à quoi s’attendre. Lorsqu’il a décidé de se passer de Landon Donovan, le sélectionneur allemand des États-Unis avait conscience qu’il allait créer un léger malaise. Un trauma. Faut dire que Donovan, au-delà des chiffres (57 buts en 156 sélections, participation aux trois dernières Coupes du monde, cinq titres de champion des États-Unis), porte depuis près de quinze ans le football US sur ses frêles épaules. Flashback. Au début des années 2000, alors que le soccer traîne des meurtrissures vieilles de trente ans, qui avaient failli le rayer du sol américain, Donovan est devenu la tête de gondole d’un football US sur le retour et de nouveau crédible. L’homme de la renaissance. Le sauveur de la patrie. Bref, une image un peu surfaite dont les Ricains raffolent. Pour faire court, le Californien pèse lourd. D’autant plus lourd que le gars est du genre sympathique. Abordable et doté d’une dentition impeccable. Des détails qui font de l’attaquant de Los Angeles Galaxy un homme populaire qui a tout pour plaire aux nombreux supporters et supportrices de la national team. « Si 23 joueurs sont meilleurs que Donovan, alors nous avons une chance de gagner le Mondial  » , balancent les supporters de Los Angeles dans un tifo.


Pas suffisant pour émouvoir l’ancien canonnier de la Mannschaft qui pousse le vice jusqu'à lui préférer Julian Green, jeune joueur de 18 ans appartenant au Bayern Munich. En soi, rien de déshonorant, Green étant l’une des promesses du football US. Seul hic, le morveux du Bayern s’est régalé la chique toute la saison… en quatrième division avec la réserve !!! « It’s a fucking disgrace » diront certains. Malgré la désapprobation générale, Klinsmann n’a pas bougé d’un iota. Droit dans ses bottes. Courageux. Bien qu’il reconnaisse que sa décision a été l’une des plus dures à prendre depuis ses débuts de coach il y a déjà dix ans. Un choix tranché qui permet néanmoins à l’Allemand d’asseoir son autorité et de s’imposer comme le garant d’une sacrosainte équité sportive. Certains diront que son choix d’écarter Donovan est surtout une manière de conforter Clint Dempsey, le nouveau boss de l’équipe. Possible. La version officielle est différente et Klinsmann estime que Donovan n’a pas le niveau sportif pour participer à la Coupe du monde brésilienne. Pas de passe-droit. Clair. Carré. Allemand.

Je suis une légende

Sauf que pour Donovan, le donut a du mal à passer. D’autant plus que l’attaquant de L.A avait prévu de tirer sa révérence internationale sur le sol brésilien. Une sortie first class qui n’aura pas lieu. Et comme le Californien est un garçon bien élevé, c’est sur le terrain, et non pas en salle de presse, qu’il va répondre à son sélectionneur. Son démenti sera cinglant. Trois jours après son renvoi, l’attaquant des Los Angeles Galaxy, muet depuis le début de saison, devient le meilleur buteur de l’histoire de la Major League Soccer après un doublé face à Philadelphie (135e et 136e buts). Sa sortie sera salué par des « USA, USA » dans un stade acquis à sa cause. Un bon moyen de faire le buzz et d’amplifier encore un peu plus l’incompréhension qui existe entre le sélectionneur, ses joueurs et les observateurs. Bien qu’il ait averti que Donovan serait son premier choix en cas de blessure de l’un des ses « offensifs » , Klinsmann est pris au piège. Sa marge de manœuvre s’est considérablement rétrécie et les prochains matchs amicaux (Azerbaïdjan, Turquie, Nigeria) seront décisifs quand à la justesse de cette stratégie. Quoi qu'il en soit, dans un groupe où les USA n’ont quasiment aucune chance de se qualifier (Portugal, Allemagne, Ghana), l'Allemand devra la jouer fine. Une faute de goût qui, en cas d’échec cuisant au Brésil, ne lui sera pas pardonnée.

Le 135e but de Donovan en MLS
Vidéo


Par Gauthier de Hoÿm
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 4 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 8 il y a 5 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41