Dominique Grégoire, la voix de Gerland

Il a été la voix de Gerland pendant plus de dix-sept ans. Il a tout connu des grandes heures de l’Olympique lyonnais. Mais le club du président Aulas a vraiment choisi de tout changer. Ciao, Dominique Grégoire.

Modififié
1k 11
Tout s’est arrêté un soir de semaine. Une rencontre quasi anonyme. Un jour de Coupe de la Ligue contre Tours. À peine 15 000 personnes dans le vieux Gerland qui rugit pour la dernière fois. L’Olympique lyonnais est grippé. Et ce n’est pas une victoire à l’arrachée (2-1) qui laissera comme ultime souvenir celui d’un match de légende. Pour ce dernier coup d’envoi dans le 7e arrondissement, Dominique Grégoire annonce la présence d’Henri Berchet-Moguet, supporter lyonnais présent dans les travées en 1950 pour le premier match de l’OL à Gerland. « C’était le 27 août, contre le CA Paris devant 3 000 personnes. Aujourd’hui, Henri a 78 ans et il continue de venir au stade » , précise le speaker. Au même moment, un autre hommage. Quelques larmes, parce qu’il le dit lui-même : « Je suis assez sensible. » Le maillot de l’OL remis par Bernard Lacombe, les Bad Gones au chant, l’histoire s’arrête là. Après dix-sept saisons et demie, Dominique Grégoire a raccroché. Et quand il tourne les pages d’un livre qui retrace les histoires de Gerland, il se surprend lui-même à commenter : « On en a vu des Ballons d’or, entre Zidane, Cristiano Ronaldo, Messi. Et puis les Brésiliens, quelle période quand même ! » Depuis, l’Olympique lyonnais est entré dans une nouvelle ère.

Un nouveau stade, une nouvelle voix

Dès avril 2015, il est convenu que la saison suivante sera scindée. Sans contrat à l’année, mais prestataire au match, le speaker historique de l’OL s’interroge sur son avenir. « On savait que l’année à venir allait être mouvementée en raison du déménagement dans le nouveau stade. Si on m’a confirmé que je serai bien là pour la reprise 2015/16 et le match amical contre le Milan AC, la suite demeurait sans garantie. » Arrivé en 1998, juste après la Coupe du monde, pour succéder à Marc Jean, qui était resté douze ans, cet ancien basketteur de l’AL Gerland mouche (N2) navigue alors à vue jusqu’en novembre. Pendant ce temps-là, les costumes de l’OL voyagent dans les stades européens, mais aussi aux États-Unis, pour côtoyer ce qu’il se fait de mieux. Avant un verdict, brutal. « Ils ont évoqué un changement d’identité, un nouveau stade une nouvelle voix. Je ne suis pas amer, je peux comprendre le désir de changement. Mais c’est vrai que j’aurais aimé animer dans le nouveau stade. » À sa place, Joffrey Dassonville, animateur sur NRJ Lyon et originaire de Picardie. Depuis cette décision, aucune nouvelle du président Aulas, voire des dirigeants. Mais là encore Dominique tempère : « Ils sont occupés sur le sportif, avec d’autres problématiques. » Et c’est peu de dire que le chantier est bancal…

Une marque de vodka entre le prénom et le nom des joueuses russes

Les quatre projecteurs de Gerland se sont éteints. Dominique Grégoire a rangé le micro, et Max Gonalons l’a invité dans les vestiaires après le match contre Tours. « Il m’a offert son maillot, Gorgelin et Lopes aussi, Malbranque également, un type charmant. Lacazette, Umtiti, Grenier, ils m’ont tous témoigné de la sympathie. Bats, c’est un pote, enfin, ouais, c’était de belles années. » Surtout les premières. « Ah, le titre de 2002 et cette finale contre Lens : Govou, Violeau et Laigle, pour une victoire 3-1. Après, il se passe tellement de choses, les souvenirs laissant place aux suivants. Les coups francs de Juni, les premiers buts de Govou, Anderson symbole de l’explosion de l’OL, Vairelles et toute sa famille, etc. Avant de commencer à gagner tous ces titres, les joueurs se retrouvaient en zone d’hospitalité après les matchs. Maintenant, tout est organisé, c’est moins décontracté. » Au long de ses dix-sept saisons et demie, Dominique Grégoire n’a manqué à l’appel que trois fois, en février 2006, pour des raisons de santé. S’il ne travaillait pas particulièrement sa voix, il se souvient de moments cocasses, notamment avec les noms serbes. « À un moment, tu en joues, t’es plus à l’aise. Je me rappelle qu’avec les filles de l’OL - parce que j’animais aussi les matchs des filles -, lors d’un match contre une équipe russe, j’avais glissé entre le prénom et le nom de chaque fille un nom de vodka… Je m’amusais bien aussi avec les Brésiliens en ajoutant Do Brazil, ou je faisais durer Dhorasoo. En revanche, je n’ai jamais aimé les derbys, trop tendus. »

Artiste peintre

Dominique Grégoire a donc fermé définitivement la porte de sa cabine, juste au-dessus de la tribune de presse Jean-Jaurès. Là où les rires et la bonne humeur étaient de rigueur, une petite coupe à la main, « un geste commercial » , comme il dit. Avec une dernière anecdote : « Bernard Lacombe venait parfois dans la cabine avec moi pour regarder les matchs, et Bernard, il est du genre à vivre les matchs à fond. Pendant une rencontre, sa femme l’appelle pour lui dire que le public de Jean-Jaurès entend ses commentaires ; j’avais oublié d’éteindre le micro. » Si sa voix ne résonnera plus avec celle de l’OL, Dominique continuera d’animer, notamment les rencontres des filles de Lyon basket. Et puis, Dominique, c’est aussi Donomiq, un artiste peintre reconnu. Avec, parmi ses clients, des noms comme Cris et Caçapa.


Par Cédric Perrier, à Lyon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Le mec de NRJ ?
Mon dieu.
Je trouve la décision de l'OL envers cet homme. Ils auraient pu lui donner la chance de terminer sur le premier match dans le nouveau stade en guise de passage de témoin.
ToxikCheese Niveau : Loisir
J'étais présent pour OL Angers, et on a bien senti l'émotion dans sa voix à l afin du match...

C'était d'ailleurs assez triste car tu sentais que le mec aimait son job, et que là il faisait juste des adieux après plus de 17 ans de service,et que dans le stade personne ne l'écoutait ou presque... J'ai eu de la peine pour lui...

Après c'est la vie, 17 ans de speaker c'est déjà beau ! Il va pouvoir passer à autre chose.

Bon vent Dominique Gregoire
Avec le numéro 9

DO BRASIIL

SONYYYYYYYY AAN-DEU-SOOOOOOOONNNE
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Il y a un peu plus de 10 ans, le supporter parisien que je suis était exilé entre Saône et Rhône, pour raisons professionnelles. Et donc fréquentait de temps à autres Gerland. A l'époque, je trouvais(avec une le maximum de mauvaise foi, je le reconnais volontiers), le stade élégant mais un peu trop ouvert, l'acoustique moyenne, le speaker un peu ridicule avec ses "Do Brazil", le public (hors VN) un peu mou, comparé au Parc d'alors ou à GG... (je vous avais prévenu pour la mauvaise foi)

Évidemment, aujourd'hui, ça me rend super nostalgique de lire cet article (avec tous ceux qui ont parlé de la fin de Gerland ces temps-ci). Et sans nier le côté "visionnaire" du projet Stade des Lumières (en France en tout cas), je regrette toujours qu'on en vienne à abandonner les stades en pleine ville (même si Gerland était déjà dans les faubourgs, mais au moins accessible en métro). Même si je reviendrai sans doute régulièrement à Lyon avec plaisir, je ne suis pas sûr que je passerai faire un tour dans le coin, même pour le Ninkasi (maintenant qu'il y en a plusieurs).

Bref, RIP Gerland, en espérant que tu trouves une seconde vie avec le LOU. Et bon vent Dominique Grégoire.
ToxikCheese Niveau : Loisir
Message posté par gwynplaine76
Il y a un peu plus de 10 ans, le supporter parisien que je suis était exilé entre Saône et Rhône, pour raisons professionnelles. Et donc fréquentait de temps à autres Gerland. A l'époque, je trouvais(avec une le maximum de mauvaise foi, je le reconnais volontiers), le stade élégant mais un peu trop ouvert, l'acoustique moyenne, le speaker un peu ridicule avec ses "Do Brazil", le public (hors VN) un peu mou, comparé au Parc d'alors ou à GG... (je vous avais prévenu pour la mauvaise foi)

Évidemment, aujourd'hui, ça me rend super nostalgique de lire cet article (avec tous ceux qui ont parlé de la fin de Gerland ces temps-ci). Et sans nier le côté "visionnaire" du projet Stade des Lumières (en France en tout cas), je regrette toujours qu'on en vienne à abandonner les stades en pleine ville (même si Gerland était déjà dans les faubourgs, mais au moins accessible en métro). Même si je reviendrai sans doute régulièrement à Lyon avec plaisir, je ne suis pas sûr que je passerai faire un tour dans le coin, même pour le Ninkasi (maintenant qu'il y en a plusieurs).

Bref, RIP Gerland, en espérant que tu trouves une seconde vie avec le LOU. Et bon vent Dominique Grégoire.


Gerland dans les faubourgs ??

Le quartier de Gerland et le 7eme arrondissement d'une manière plus globale, c'est loin d'être un faubourg... C'est juste en face de la Confluence, ça va jusqu'à la place Jean Macé et c'est ultra dynamique ! (Ninkasi en face de Gerland, en plus de plein d'autre restaurant comme le Carnegie Hall...)

D'autant moins aujourd'hui, avec la ligne de metro prolongée après Gerland, jusqu'à Oullins, en passant sous le Rhône.
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Je pensais plus à la partie Stade / Plaine des Jeux / Parc. Géographiquement, c'est quand même la pointe sud de Lyon. Plus au sud, c'est le Rhône, ou le port Edouard Herriot. Du reste, le périph n'est pas très loin.
C
gwynplaine76 Niveau : CFA2
Ça n'empêche pas que le quartier soit en plein développement, je ne dis pas le contraire. Mais ce n'est pas non plus l'hyper centre.
La preuve, tu me parles du métro, mais tu sais très bien qu'il est arrivé à Gerland
gwynplaine76 Niveau : CFA2
(Putain!!!)
Je disais qu'il n'est arrivé au stade qu'en 2000. De même Confluence, je ne pense pas avoir besoin de te rappeler à quel point sa mutation est récente.

Enfin bref, quand je parlais de faubourg, je voulais mettre l'accent que le stade, sans être en centre-ville à proprement parler, était quand même situé dans les limites de celle-ci et facilement accessible en métro. Et je pense qu'on sera d'accord sur ce point, moi ça me fait toujours un peu chier quand un stade se barre en banlieue no man's land (genre celui du LOSC).
ToxikCheese Niveau : Loisir
OK, Gerland est effectivement au sud de Lyon, et pas dans le centre (même si j'imagine pas trop comment on aurait pu construire Gerland en plein centre ville historique ahah !)

Bref passons.

Juste une chose, Decines c'est une grande ville déjà, en gros, en partant de Lyon et en allant vers l'Est (car le stade est à l'Est), tu as Villeurbanne, Vaulx en Velin, Decines. Il n'y a pas à proprement parler de coupure entre ces villes, c'est simplement une continuité.

Décines est d'ailleurs encore dans l'enceinte proche autour de Lyon, avant la Rocade. Donc Pas du tout un No Man's land comme tu sembles l'imaginer :)

gwynplaine76 Niveau : CFA2
D'accord, mais la zone du stade n'est pas située à la limite de la zone péri-urbanisée, genre t'as des champs qui commencent juste après? C'est l'impression que ça me donne quand je regarde sur Google Maps.
Mais OK, "No man's Land" c'était sans doute exagéré.

Sinon, ouais, en France, je ne vois que le Moustoir qui se trouve en plein centre-ville. Faudrait voir en Angleterre.

Bon, je sens qu'on lourde tout le monde avec nos considérations urbanistiques. Surtout que mon idée de départ, c'était juste de dire que Gerland est plus proche et plus facile d'accès.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris 51
1k 11