1. // Poker
  2. // Raymond Domenech

Domenech sur le ring

Il y a quelques jours, Raymond Domenech faisait son come-back médiatique dans un film viral plutôt efficace. Le but ? La promo d'un tournoi de poker, où le public pouvait le défier. On y était.

Modififié
0 0
Rue Faidherbe, c'est l'heure du marché aux spécialités. Un animateur joue les MC et un accordéoniste essaye de mettre de l'ambiance. Mais on n'est pas là pour les spécialités du Sud, mais pour l'autre spécificité de Ray, le Texas hold 'em. Avec une pub tournée en Thaïlande, on s'attendait à du lourd pour la finale. On devra se contenter d'un petit centre d'arts martiaux de quartier, le Kajyn. Aux murs, des guirlandes de Noël et une vilaine odeur de pieds.

La compétition a commencé avec dix minutes d'avance, on découvre donc les protagonistes déjà assis à la table, installée sur un ring de boxe. Deux des six finalistes ont une queue de cheval mais tous arborent le logo Bwin sur leur chemise. Sauf Raymond. Étonnement, l'ambiance est assez détendue. Surtout parce que les blindes sont à 75-150. Raymond checke du doigt et remporte la main avec une paire d'As et une Dame. On passe à 100/200 pour les blindes. Et Raymond l'emporte avec une paire de 4. Deux Vieira. Au bout de quarante-huit minutes de jeu, l'ancien sélectionneur est Chip Leader. Il est donc très détendu. Tous les quarts d'heure, les blindes continuent d'augmenter. En ambiance sonore, on a le droit à la musique de la pub en boucle.

16h45, un premier candidat tente un tapis. Puis un autre. « Raymond est en sandwich » annonce le speaker. Les trois joueurs se lèvent. Ambiance WPT. Raymond hésite, finit par suivre et sort une paire d'As. Bien vu. Deux mecs sont éliminés. Dommage, à la clé, il y a un voyage en Thaïlande pour celui qui sortira RD et un voyage en Afrique du Sud pour le vainqueur du jour. Même si c'est le compagnon d'Estelle Denis... Plus que quatre adversaires en lice, il peut alors souffler : « C'est bon, j'ai tenu une heure » . A la pause, Domenech est toujours en tête. « Pour le moment » nuance-t-il, soudainement humble. On en profite pour interroger Maya, la croupière du jour : « Les mains sont serrées, pour le moment, ils s'observent mais ça va être plus agressif par la suite. Raymond Domenech joue très bien, il observe et devrait jouer sur son chip pour prendre des blindes » .

Costaud, le désormais entraîneur des poussins de l'ACBB sort cinq adversaires et se hisse en finale contre “Lionel de Créteil”, devenu chip leader entre-temps. « Heads up » comme dirait Patrick Bruel. Mais la chance a tourné, Raymond n'est plus béni. Il perd trois mains de suite, pas les cartes. Quand il les a enfin, Lionel sort une suite dix, valet, dame, roi, as. La main d'après, il se couche. Sonné le Ray. “Lionel de Créteil” en profite pour l'achever. KO. Grand gagnant du jour, ce technicien informatique remporte les billets pour la Thaïlande et aussi ceux pour l'Afrique du Sud. Seul souci, “Lionel de Créteil” n'a pas de passeport.

Lire : L'interview de Raymond Domenech après le tournoi.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Nasri en leader
0 0