1. //
  2. // 9e journée
  3. // Real Madrid/FC Barcelone

Docteur Real, Mister Barça

FC Barcelone, Real Madrid. Bien contre mal. Dans l'imaginaire collectif, cette affiche devenue un affrontement presque manichéen depuis les premières joutes entre Pep Guardiola et José Mourinho. Mais depuis que ces deux-là ont émigré, la tendance semble avoir changé. Il n'y a plus vraiment de bon camp. Et s'il devait y en avoir un, il semblerait que ce ne soit plus le même.

Modififié
67 33
C'était un 17 août 2011, au Camp Nou. Le FC Barcelone mène 3-2 dans les arrêts de jeu de la finale retour de la Supercoupe d'Espagne. Marcelo se prend pour Guile de Street Fighter et balaye Fàbregas sans la moindre once de pitié. L'Espagnol tombe et se tord de douleur. Le Brésilien lève à peine la tête pour vérifier que le carton est bien rouge, avant de filer. Dans un second temps, une bagarre générale explose. Mesut Özil sort de ses gonds avant d'être expulsé à son tour tandis que José Mourinho s'en prend à Tito Vilanova, lui enfonçant le doigt dans l'œil. David Villa voit aussi rouge, mais c'en est presque anecdotique.

Car ce soir-là, le méchant est madrilène. Il l'est resté longtemps. Irrévérencieux, mauvais perdants, pragmatiques, « bling-bling » et violents, les Merengues défrayent la chronique à chaque Clásico, par opposition au gentil Barcelone, le Barça Unicef, celui du beau jeu, de Messi, de Guardiola (puis de Vilanova), de la Masia. À la tête de cette bande de salopards, un super-vilain : le Portugais José Mourinho. Celui-là même qui se plaint sans cesse de l'arbitrage s'embrouille avec Sergio Ramos, divise le vestiaire du Real et ose mettre sa sainteté Iker sur le banc. Plus le Real devenait noir, plus le Barça paraissait angélique. Et puis, José est parti. Les relations entre frères ennemis se sont normalisées, les Merengues ont commencé à soigner leur communication. Ils ont cessé d'être les méchants. Mieux, ils seraient presque devenus les représentants du bien en ne faisant rien, ou presque. Bref, en 2014, la controverse a changé de camp.

La mauvaise réputation de Suárez et les Bigmagouilles du Barça


Un nom incarne à lui seul le passage du FC Barcelone du côté obscur de la force. Luis Suárez. Suspendu quatre mois pour avoir mordu l'épaule de Chiellini en plein Italie-Uruguay lors de la Coupe du monde et connu pour ses nombreux coups de sang, l'image de l'ex-génie d'Anfield ne collait a priori pas vraiment avec celle de la maison catalane. Pourtant, le Barça a pris le « risque » de ternir une image (même si Suárez n'a rien fait pour le moment) déjà écornée par l'arrivée du Qatar sur l'avant de son maillot au détriment du plus politiquement correct Unicef. Suárez, c'est évidemment la garantie d'avoir un formidable buteur dans son camp plutôt que contre soi, mais c'est aussi une potentielle source de problèmes. Un tel transfert était difficilement concevable il y a quelques années en arrière, quand sous Guardiola les dirigeants du FCB expliquaient que le comportement d'un joueur était quasiment aussi important que ses qualités intrinsèques. Cette idéologie avait d'ailleurs un visage, ou plutôt trois : Xavi, Iniesta et Messi, les meilleurs et les moins turbulents. Encore que, pour le dernier, il se pourrait qu'il ne soit finalement pas aussi sympathique qu'on le dise. Fin août 2013, un mini-scandale éclate au Barça. Le quadruple Ballon d'or aurait le melon et rabaisserait régulièrement les nouveaux arrivants, qu'ils viennent de la Masia ou d'ailleurs. La rumeur désigne Cristian Tello et Alexis Sánchez comme ses victimes favorites.

Pour ne rien arranger, l'Argentin trempe dans une affaire de fraude fiscale avec son père. Les deux hommes sont accusés de se servir de sociétés implantées dans des paradis fiscaux pour éviter de payer des impôts et ne sont pas près de se défaire de la justice, comme en atteste l'échec de leur recours en cour d'appel au début du mois d'octobre. À l'échelle du Barça aussi, l'argent est devenu un problème. Surtout depuis que des informations censées être confidentielles sur le présumé vrai montant du transfert de Neymar ont fuité un peu partout dans les médias brésiliens et espagnols. En l'occurrence, 86,2 millions d'euros au lieu des 57 initialement annoncés. Bigmagouilles, pour eux. Sans parler des dernières révélations sur le contrat juteux de la star brésilienne. Avec un salaire annuel de 8,5 millions d'euros, Neymar pourrait toucher deux millions supplémentaires si le Barça venait à réaliser le doublé championnat-Ligue des champions cette saison. Entre autres, le Brésilien pourra empocher une prime de 500 000 euros en cas de victoire au Ballon d'or. Au terme de son contrat en juin 2018, le Barcelonais aura accumulé entre 52,5 et 62,5 millions d'euros selon la réalisation des primes prévues dans son contrat. Pas d'irrégularités, a priori, mais des sommes qui la foutent mal pour l'anti-Real, celui qui clamait haut et fort ne dépenser que peu d'argent sur le marché des transferts comparé à son ennemi de toujours il n'y a pas si longtemps. Bref, le FC Barcelone a petit à petit changé son image. Et les Merengues en ont profité.

Au Real, pacifisme et beau jeu


Forcément, tous les déboires du rival catalan ont fait et continuent de faire du bien au Real Madrid. Mais si le club le plus titré du monde a redoré son blason, ce n'est pas uniquement par défaut. Plus que le transfert de Neymar, les problèmes fiscaux ou l'instabilité émotionnelle de Suárez, le départ de José Mourinho et l'arrivée de Carlo Ancelotti à sa place ont apporté un vent neuf dans la Maison Blanche. Finis les clans, les disputes à deux sous et les crises d'égo, l'homme au sourcil fou a rapidement fédéré ses troupes et réinstallé un climat joyeux dans la Ciudad Real Madrid. Plus fair-play et moins acide que le Mou en conférence de presse, l'Italien a séduit les médias espagnols hors du terrain, mais aussi à l'intérieur des quatre lignes en faisant jouer son équipe comme rarement ces dernières années. Cette équipe n'a certes pas volé le monopole du beau jeu au Barça, mais elle se soucie autant de la victoire que de la manière de l'atteindre, et c'est déjà beaucoup.

Et puis, il y a le facteur Cristiano Ronaldo. Longtemps jugé arrogant, irritant et égocentrique, le Portugais a effectué un énorme travail sur son image afin de séduire un public toujours plus large. Les larmes sur son visage au moment de se voir remettre son deuxième Ballon d'or, l'apparition de son fils à l'écran quelques secondes plus tard, les réactions chaleureuses envers les supporters qui font irruption sur la pelouse pour le saluer... qu'elles soient spontanées ou montées de toutes pièces, ces scènes vues et revues ont eu un impact positif sur le Real Madrid. L'actuel meilleur buteur de la Liga est une arme redoutable sur le plan de la communication et personne ne l'ignore au club. Encore moins Ancelotti. Luis Enrique veut faire sortir Messi, mais ce dernier n'accepte pas de se faire remplacer ? Carlo Ancelotti en profite pour sortir CR7 à Anfield pour le préserver en vue du Clásico, avant d'adresser une petite pique à son homologue catalan en conférence de presse. « Je n'ai pas demandé à Ronaldo s'il voulait sortir ou non. » Et l'intéressé d'en rajouter une couche : « L'entraîneur n'a pas à me demander quoi que ce soit. D'ailleurs, je pense qu'il a bien fait de me sortir. » Les Merengues ne sont plus dans l'attaque frontale ou dans la punchline, mais dans le sous-entendu. Ils sont devenus sournois, comme l'était Barcelone autrefois. Et c'est sans doute pour ça qu'ils sont passés du « bon côté » . Du moins en apparence. Car dans les faits, ce Clásico n'a rien d'un simple affrontement manichéen.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'adore le côté totalement impartiale de cet article. Vraiment.








Non c'est pas vrai.
je me suis fais troller Niveau : Loisir
Je ne comprends pas comment on peut s'intéresser à ce duel de club ridiculement endettés et dont les joueurs sont dopés jusqu'aux oreilles.

Seule la série A conserve de l'intérêt, seul championnat avec quelque peu de science tactique.

Et ne me sortez pas le vieil argument " z'etes nul en C1", devant le doping financier, tout est futile.
Dans la vie je considère qu'il y'a deux catégories de personnes: ceux qui prennent Guile à Street Fighter et les autres (les mécréants).
Donc, rien que pour cette référence, je serai derrière Madrid ce week-end. Sonic Boom!
Message posté par je me suis fais troller
Je ne comprends pas comment on peut s'intéresser à ce duel de club ridiculement endettés et dont les joueurs sont dopés jusqu'aux oreilles.

Seule la série A conserve de l'intérêt, seul championnat avec quelque peu de science tactique.

Et ne me sortez pas le vieil argument " z'etes nul en C1", devant le doping financier, tout est futile.



Troll de petite qualité...
LaPaillade91 Niveau : Loisir
Le facebook de Laudrup dira bravo quel que soit le vainqueur, en même temps il peut se le permettre quand il portait un des deux maillots il battait le rival 5-0
Note : 12
J'aime le Barça, et je déteste le Real. Mais cette image de club tout gentil contre gros méchant m'agaçait sérieusement.

Puis quitte à avoir des joueurs vicieux, je préfère avoir un Busquets et un Suarez que Pepe et Arbeloa.
Note : 2
Je comprends pas qu'on accorde autant d'importance aux propos d'un joueur comme Piqué quand il avait sorti "Eux c'est la Bankia nous c'est la Masia". C'est juste de la provocation alors pourquoi en faire une vérité absolue?
Article kamikaze, surtout quand ton patronyme est Pereira, tu peux oublier directement toute présomption d'objectivité William !
Pourtant, il n'y a que des faits, et pas les plus accablants, et quasiment pas d'avis personnel. Si ce n'est un ressenti sur l'évolution de la perception du grand public, qu'on peut approuver ou contester. En tout cas tu peux t'estimer heureux d'être pigiste et pas forumeur, parce qu'étant donné les réactions depuis hier, t'aurais ramassé (des -1, pas des arguments contradictoires évidemment).
Message posté par footixIer
J'aime le Barça, et je déteste le Real. Mais cette image de club tout gentil contre gros méchant m'agaçait sérieusement.

Puis quitte à avoir des joueurs vicieux, je préfère avoir un Busquets et un Suarez que Pepe et Arbeloa.


Suarez n'est pas du tout vicieux. Il est taré quand il sort de ses gonds et mords un joueur mais je ne l'ai jamais vu distribuer de petits coups de pute. C'est plutôt le contraire, il les reçoit
Ce classico est, selon moi, rendu plus spécial que d'habitude encore par la première de Suarez.

Le gars est capable de devenir le héros de tout un peuple dès son premier match.

Je vois un 2-1 pour le Barça (buts de Neymar, Suarez et Cristiano).
Message posté par je me suis fais troller
Je ne comprends pas comment on peut s'intéresser à ce duel de club ridiculement endettés et dont les joueurs sont dopés jusqu'aux oreilles.

Seule la série A conserve de l'intérêt, seul championnat avec quelque peu de science tactique.

Et ne me sortez pas le vieil argument " z'etes nul en C1", devant le doping financier, tout est futile.



Joli troll.
Message posté par MerenGone
Article kamikaze, surtout quand ton patronyme est Pereira, tu peux oublier directement toute présomption d'objectivité William !
Pourtant, il n'y a que des faits, et pas les plus accablants, et quasiment pas d'avis personnel. Si ce n'est un ressenti sur l'évolution de la perception du grand public, qu'on peut approuver ou contester. En tout cas tu peux t'estimer heureux d'être pigiste et pas forumeur, parce qu'étant donné les réactions depuis hier, t'aurais ramassé (des -1, pas des arguments contradictoires évidemment).


Mais bien sur t'es toujours là pour ramener ta science toi. A chaque fois que ça parle mal du Real c'est une propagande et quand ils font de même du Barça ce ne sont que des faits.

Ah le Real, l'équipe envoyée du ciel pour éclairer le peuple, que c'est mignon.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Note : 1
Message posté par MerenGone
Article kamikaze, surtout quand ton patronyme est Pereira, tu peux oublier directement toute présomption d'objectivité William !


Je comprends pas bien le message derrière cette phrase. Quoi il y a des lusophobes sur le site ?? Des mecs ne supportant pas les bouffeurs de morue comme d'autres n'aiment pas les bouffeurs de fèves ???
Et ces lusophobes pour toi ils seraient tous probarcelonais ??
Et par hasard comme ça ils sont beaucoup plus que ceux dont parlait Pepe pour justifier le désamour qu'il s'estimait victime à un moment (mouarf) ??

Éclaires ma lanterne stp.
Heiseinberg Niveau : CFA
"Un nom incarne à lui seul le passage du FC Barcelone du côté obscur de la force. Luis Suárez. "

HAHAHA j'ai arrêté de lire l'article précisement ici, c'est qui ce charlot qui pond ça car il trouve rien de mieux a dire ?
Message posté par footixIer
J'aime le Barça, et je déteste le Real.


Je suis loin de "supporter" le Real mais comment peux-tu détester un club ? 90% de ce sur quoi tu te bases pour les aimer ou les haïr est de la com', c'est à dire du vent, de la soupe. Tu peux détester les joueurs à la limite, mais de là à cracher sans réfléchir et pour toujours sur un club, ça me parait insensé.

Je lis souvent ça d'un côté comme de l'autre et je n'arrive toujours pas à comprendre. C'est comme la haine aveugle du Barça depuis que Busquets a simulé contre l'Inter... On doit juste pas partager la même logique.
Ouhhhhlala

Génial! Je sens que les commentaires sur cet "article" vont être géniaux! Je vais me chercher de quoi boire et manger, ne vous lancez pas trop vite hein...

On sous estime trop souvent les petits plaisirs de la vie comme lire les commentaires sur sofoot.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Message posté par Toto Riina
Je comprends pas qu'on accorde autant d'importance aux propos d'un joueur comme Piqué quand il avait sorti "Eux c'est la Bankia nous c'est la Masia". C'est juste de la provocation alors pourquoi en faire une vérité absolue?


Que veux tu, il n'y a rien de pire pour la masse que d'avoir à faire un effort intellectuel ? L'image "club rebelle, d'anti thèse du madridisme" bref la seule définition qui vaille du Barca et qui dominait dans son histoire durant des décennies a été troqué, parasité par celle de club de bisounours puis magouilleurs. On sert la soupe au petit peuple, en sus de son opium quotidien. Ce dernier trop content de ne pas avoir à se baisser pour le cueillir est trop content de n'avoir qu'à ouvrir la bouche pour gober ça. Les bons conte les méchants.

Encore heureux que les enjeux derrière sont réels tant au niveau sportif qu'économique car ce serait du Catch sinon avec tout les ingrédients d'un scénario écrit à l'avance.
Depuis que Pep est parti ça n'a plus la même dimension ni la saveur. D'ailleurs je pense que ça restera la période d'opposition la plus emblématique de toute l'histoire du foot espagnol et du début du siècle dans ce sport. C'était un sacré show et même si ça devenait soûlant à la fin moi je me suis bien amusé autant à regarder les matchs bouillants que les résumés de conf de presse tendues avec ce côté feuilleton lors des 5 classicisme en 2 mois. Personnellement j'aimais beaucoup ce Madrid de "salauds". La paire de psychopathes Ramos-Pépé, l'aristocrate pur sang Casillas au milieu des mercenaires, Barberousse le gentlemen farmer égaré, Ronaldo le narcissique, Benzema/Higuain montés l'un contre l'autre par ce cinglé de Mou.
Note : 1
Message posté par vale


Je suis loin de "supporter" le Real mais comment peux-tu détester un club ? 90% de ce sur quoi tu te bases pour les aimer ou les haïr est de la com', c'est à dire du vent, de la soupe. Tu peux détester les joueurs à la limite, mais de là à cracher sans réfléchir et pour toujours sur un club, ça me parait insensé.

Je lis souvent ça d'un côté comme de l'autre et je n'arrive toujours pas à comprendre. C'est comme la haine aveugle du Barça depuis que Busquets a simulé contre l'Inter... On doit juste pas partager la même logique.



C'est la glorification de ce club qui fait que je ne peux pas le voir.
Sa conquête de la décima a fini de m'achever, on en a tellement bouffé que bon voilà... Puis quand tu vois à quelle époque ils ont obtenu la moitié de leurs titres européens, voilà quoi...
Puis au delà de ça, étant fan du Barça depuis 2005, avec le temps j'ai vraiment développé ce ressentiment vis à vis de ce club (c'est vrai que la haine, c'est un peu exagéré).

En revanche il n'y a aucun joueur que je déteste vraiment là bas. Au contraire j'aime bien des Modric, Isco, Varane, Coentrao.
La moustache d'Alioune Touré Niveau : District
Franchement, l'auteur de l'article croit-il à ce qu'il écrit ?! Faut arrêter les substances... Les magouilles du Barça ne cachent pas le bling-bling de Ronaldo ou des 100m? du transfert de Bale... Les deux clubs sont hors-normes financièrement, mais t'en a un qui fait quand même régulièrement monter des jeunes qu'il a formes chaque année quand l'autre se cherche encore et toujours une identité perdue avec la mort de DI Stefano ! Quant à la pseudo nouvelle conduite de Ronaldo r/ à l'orteil de Messi, ça me fait doucement rire. On n'a encore jamais vu Messi exhiber ses muscles comme un body builder après avoir marqué ! Et lui reprocher d'avoir de l'orgueil, c'est ne rien comprendre à la nature humaine. Il ne serait pas ce qu'il est - le meilleur joueur de la planète - s'iln'en avait pas ! Là où l'argentin manifeste de l'orgueil, le Portugais lui arbore son ego surdimensionnés,ce qui achève de nous le faire détester tant sa bêtise déjà nous faisait manquer d'air !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
67 33