En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

DNCG : le foot français déficitaire

Modififié
Le foot n’est pas une activité économique comme les autres. Tout du moins, les notions de profit et de rentabilité n’y épousent pas les mêmes contours que dans le capitalisme ordinaire. La lecture chaque année du rapport de la DNCG en est la preuve évidente.

Pour les six premiers mois de juin 2013, les pertes cumulées de la L1 s’élèvent à 17,6 millions, et presque 39 millions avec la L2. Le foot pro français continue donc d’être déficitaire de manière quasi structurelle. Mais, illustration que justice sportive et rationalité financière ne font pas toujours bon ménage, le classement du championnat correspond rarement à la courbe vertueuse des bénéfices.

Sochaux affiche ainsi un solde excédentaire de 1,3 million, alors que le PSG trimbale avec une certaine arrogance, signe qu’il joue dans la cour des grands d’Europe, ses 3,5 de pertes. Pas grand-chose certes à côté des -19,8 millions de l'OL. En Ligue 2, c’est Lens qui plonge de 11,8 millions, alors que Caen affiche 2,5 de positif.

Mais au-delà du constat comptable qui rappelle qu’on investit rarement dans le foot pour gagner des sous, cette prise de température de la santé de nos clubs pros offre de nouveau l’occasion à Thiriez, dans l'édito du rapport, de tirer la sonnette d’alarme. Et évidemment, la moustache la plus célèbre des dirigeants du foot français pointe du doigt la suppression du droit à l'image collectif, les charges sociales excessives et évidemment la taxe à 75%. Il se réjouit en revanche de la rénovation des stades qui devraient aider certains membres de la LFP à asseoir leur compte sur de nouveaux revenus, en oubliant néanmoins de signaler que ces derniers les ont largement payés via des partenariats public-privé, c'est-à-dire l’État et les collectivités. Bref le contribuable. Naturellement aucune réflexion sur les dépenses, le fonctionnement du marché des transferts ou encore le rapport au public.


Une chose est sûre, dans ce contexte toujours aussi fragile, la télé-dépendance du foot français n’est pas près de se réduire, surtout après le contrat signé récemment avec Canal Plus et, dans une moindre mesure, beIN. NKM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



lundi 19 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Chelsea - Barcelone 1
Hier à 17:15 Lamine Sané signe à Orlando 8
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:47 Ronaldinho se lance dans la musique 12 lundi 19 février 414€ à gagner avec Barça & Bayern 2 lundi 19 février 160 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 19 février Le derby de Bahia se termine avec dix expulsés 19