1. //
  2. // 17e journée
  3. // Marseille/Metz

Dja Djédjé, mobylette de caractère

Ce dimanche, l'OM clôturera le bal de la 17e journée avec une rencontre plus qu'abordable face au FC Metz. Et pourra compter sur l'un des hommes devenus cadres de Marcelo Bielsa, Brice Dja Djédjé, latéral en pleine progression dans le jeu, et jeune homme au caractère d'acier.

Modififié
8 10
Au rayon des expressions surgelées, on dit souvent que pierre qui roule n'amasse pas mousse. C'est mal connaître Brice Dja Djédjé, 1m70 de haut, 70kg de muscles, dont la carcasse circulaire a décidé depuis maintenant deux saisons de se faire plus imposante dans le couloir du Vélodrome. Lors de son arrivée en 2013, le latéral de l'OM n'était pas le nom le plus ronflant de l'effectif olympien. L'échange entre Kassim Abdallah et le triple D ne pouvait d'ailleurs pas rassurer les plus sceptiques sur sa valeur. Pourtant, déloger l'Ivoirien du 11 marseillais relèverait aujourd'hui de l'hérésie. À droite, en haut et en bas comme le disait presque Yannick, Brice s'est arrogé le statut de titulaire indéboulonnable auprès de l'exigeant Bielsa, au point de ne manquer qu'une seule rencontre cette saison, face à Lens (2-1). Un aboutissement pour ce besogneux qui, sous ses airs de gendre respectueux, ne manque pas de caractère.

L'ascension du Parisien


Rien ne prédestinait Brice Dja Djédjé à évoluer un jour à Marseille. Formé pendant près de 8 saisons au PSG, le cousin de Franck y côtoie Mamadou Sakho, sans connaître la même joie d'une intégration à l'équipe première. L'exil se fera alors plus lointain. En 2010, du côté de la Haute-Savoie, à Évian Thonon Gaillard, plus précisément, Dja Djédjé découvre le monde professionnel dans une équipe qui, armée de son latéral, va immédiatement connaître une montée en Ligue 1. Si dans l'élite, le combat pour le maintien est de tous les instants, Dja Djédjé n'en demeure pas moins un pilier de Pascal Dupraz, qui pardonne les quelques errements défensifs du jeune loup sur l'autel de son apport permanent. En 2012, dans L'Équipe, Christian Poulsen pointait aussi la marge de progression de son coéquipier : « En août-septembre, nous laissions trop l'initiative à nos adversaires, mais nous avons atteint un niveau correct. Un joueur comme Brice symbolise cette progression : en début de saison, il balançait pas mal, aujourd'hui c'est un autre joueur, techniquement en confiance.  » Un an et demi plus tard, c'est pourtant tout en humilité que l'Ivoirien débarque sur la Canebière. Au milieu d'une défense en chantier, Dja Djédjé joue la carte du respect des aînés : « Les dirigeants ne m'ont fait aucune promesse, donc je sais à quoi m'attendre. En venant ici, je sais qu'il faut que je travaille pour gagner ma place, donc je suis prêt, et je ferai le maximum. Le tout, c'est de ne pas avoir de regrets. J'ai des mecs comme Rod Fanni avec qui je sais que je peux progresser, donc si je suis en difficulté, j'irai chercher des conseils auprès de lui. » Mais Fanni n'aura pas résisté à l'érosion du temps, en se voyant pousser sur le banc par le débarqué. Une fois passée l'humilité des débuts, Brice s'installe et a pris cette saison une nouvelle ampleur dans l'arrière-garde remaniée par le coach argentin. Au point de témoigner de certains excès de confiance.

Dja Djédjé du caractère


Moudou Sougou, dribbleur contrarié qui a côtoyé Brice dans les deux clubs, assurait il y a quelques jours dans Le Parisien : « Cet excès d'envie est aussi une façon de se concentrer, de se mettre dans le match. Offensivement, il a des qualités techniques au-dessus de la moyenne et, défensivement, c'est une teigne. En dehors, c'est quelqu'un de discret, il mène une petite vie tranquille, casanière. Dans le vestiaire d'Évian, il était un partenaire exemplaire, en Haute-Savoie, il est même regretté. » Pourtant, dans les couloirs marseillais, Brice semble se départir de cette petite voix tremblante qui anime ses interventions au mic'. Dja Djédjé, au-delà de ses performances de choix, s'est fait un nom en étant impliqué dans deux accrochages avec des membres de l'effectif. Et pas des moindres. Fin octobre, pendant la rencontre face à Rennes, il n'hésite pas à tancer le grand frère Gignac qui, selon lui, aurait pris le parti de Paul-Georges Ntep lors l'altercation ayant conduit à l'expulsion des deux hommes. Le lendemain, en refusant de serrer la main à APG, Brice aurait même encaissé une droite de l'attaquant avant que Mandanda ne mette fin à ce duel d'égo. Un épiphonème, du moins pouvait-on le croire, jusqu'à ce que Nicolas Nkoulou ne s'en prenne également au jeune homme de 23 ans lors de la victoire face à Nantes (2-0) le 28 novembre dernier, lui reprochant son laxisme sur une offensive des Canaris : « On est des potes, ce sont des choses qui arrivent, même s'il n'a pas voulu me "checker" ! Mais bon, j'ai l'habitude, donc ça va. » Une suffisance parfois coupable du côté de l'OM, qui n'en tient toutefois pas rigueur à son latéral hyper tonique. Qui expliquait en outre dans les colonnes du Dauphiné Libéré : « Dans le championnat de France, j'ai déjà mis un coup franc de 25 mètres, je pense que c'est très rare pour un défenseur latéral ! Vous en connaissez beaucoup des latéraux qui ont marqué de cette façon en L1 ? Moi, non. » Brice Dja Djédjé, une boule qui ne se souvient donc plus avoir joué avec Daniel Wass, période pré-numéro 10.

Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le nouvel idole de toute une ville! Nan j déconne
Il est sûrement le joueur le moins légitime depuis le début de saison du 11 marseillais... Même si en regardant sur le banc je me demande bien qui pourrait le remplacer...
Moi il m'a convaincu par sa puissance et sa vitesse, mais il faut juste qu'il pete un coup avant de centrer, parce que les piqués au troisième poteaux, ca suffit.

Le vrai problème c'est Mendy, qui à part qqes assists, n'apporte pas grand chose et fait des boulettes assez incroyables à un tel niveau (contre Lucas et contre Bordeaux notamment )

Taiwo me manque ...
Vous êtes dur d'avec Dja Djedje, je le trouve bon moi et ça depuis ces dernières saison a l'ETG
DocteurHappy Niveau : CFA
@Papin , pas du tout d'accord avec toi , mais vraiment pas .

Déjà dire qu'il n'apporte pas grand chose à part quelques assists c'est paradoxale ( une assits pour un latéral c'est comme un but , donc il est décisif )

Ensuite , Mendy c'est encore un Minot , il arrête pas d'enchaîner les matches , c'est normal qu'il baisse de régime dans certains !Surtout qu'il arrête pas d'enchaîner des aller/ retours sur son couloir et va même dans l'axe parfois .

Oui il a fait une boulette contre Paris ,ça arrive , contre Bordeaux Khazri lui accroche le maillot .

Il a une qualité de centre vraiment au dessus , offensivement il apporte énormément de danger , d'ailleurs défensivement il est moins bien car Ayew ne jouait pas ( +++ apport défensif )

Il est largement au dessus de Taiwo qui avait aucun sens tactique .

Pour revenir à DDD il est vraiment pas mal , par contre il a un gros défaut parfois il fait preuve de suffisance nonchalance arrogance quand il joue , avec ses passes aveugles en cartons , ou ses passes toutes molles . Il faut vraiment qu'il gomme ça .
Franchement portrait très gentils de la part de Sofoot sur un joueur vraiment pas terrible. Mendy et Dja Djédjé ce sont de loin les deux joueurs les plus faibles de l'effectif.

Il vraiment énervant quand il s'énerve quand ses coéquipiers lui font des reproches, il nous a refait le coup contre Nantes quand il oubli de faire une tête et qu'il ose répondre à Nkoulou.

Vivement qu'il dégage, c'est un petit joueur idéal pour les petites équipes
C'est pas le meilleur, mais il fait partie d'une équipe qui tourne à plein régime et qui est 1ère. Rien que pour ça, il mérite mieux que ces railleries et commentaires dédaigneux. Mais quand il aura marqué le but de raccroc qui ramènera le championnat en mai, il n'y aura pas assez de tous les vestiaires du vélodrome pour abriter tout les retourneurs de veste.
Note : 2
Avec le taf de chiens de la casse que leur impose Bielsa, je trouve que Mendy et DDD font largement le job.
Ok parfois, il y a un manque de clairvoyance flagrant, mais on connait des latéraux qui proposent des relances bidons ou qui balancent tel le premier Colleter venu, alors qu'il ne passent jamais la ligne médiane.

Les mecs sont à un poste surexposés et physiquement éreintant dans le système actuel de l'OM, et ils arrivent quand même à tirer leur épingle du jeu.

J'imagine que ceux qui les défoncent doivent être les mêmes qui tressent aujourd'hui des lauriers à Morel.
J'ai l'impression que DDD est victime du fait qu'il vienne de l'ETG. Un transfert réalisé en scred' un peu comme les Samassa, Grandin, ... Du coup certains ont déjà un avis négatif avant même de le voir jouer. Mais il faut reconnaître que si l'OM marche si bien cette saison, cela est aussi du aux performances de ses latéraux. Certes, c'est pas du top niveau international mais force est de constater qu'ils ont comme beaucoup de joueurs dans l'équipe bénéficié de "L'EFFET BIELSA" et qu'ils remplissent leur rôle.

Maintenant, c'est sûr que pour moi entre DDD et Mendy, il n'y a pas photo. DDD est beaucoup plus solide, sérieux que Mendy qui malgré un potentiel a encore trop d'absences et prises de risque inutiles pour ce poste.
TheNiangasse Niveau : CFA2
Perso les premiers matchs de DDD la saison dernière m'ont fait flipper : nonchalance, erreurs bêtes et déjà arrogance, malgré un très faible niveau de jeu.
Et ben honnêtement, je trouve qu'il a pris une toute autre dimension cette année, tant défensivement qu'offensivement.

Après, il conserve encore ces défauts mais les a atténués. En revanche la manière dont il s'énerve bêtement (notamment contre Nkoulou) me fait dire que ça doit pas être une lumière ce gars.

Pour Mendy, il fait un début de saison de très haut vol, mais à mon sens le but qu'il cause contre Bordeaux l'a totalement cassé : depuis il ne prend plus de risque, propose moins de solutions, et est plus fébrile.
Dommage car défensivement il était vraiment pas mal quoi qu'en disent ses détracteurs, et ces centres, souvent en une touche de balle, étaient fréquemment dangereux.

Bref, c'était selon moi un des meilleurs Marseillais du début de saison
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
8 10