Dix matchs retour de Bundesliga à ne pas manquer

La Bundesliga retrouve enfin les terrains ce week-end. Dix-sept matchs à venir pour boucler la phase retour et le championnat version 2013-2014. Pour ne pas manquer les moments les plus importants, petite sélection des dates à inscrire dans son calendrier, entre matchs à spectacle et matchs à enjeu.

Modififié
0 7
24 janvier : la reprise, Mönchengladbach-Bayern Munich.

Pour un retour de trêve, la Bundesliga offre du sérieux et du beau. Du très beau même avec ce Klassiker dont certains espèrent qu'une surprise sortira, à l'image de la victoire 3-1 il y a deux ans des Gladbacher. Et puis, le Bayern a perdu en amical à Salzbourg alors que le Borussia brille à domicile. Cette saison, le Mönchengladbach de Lucien Favre est invaincu au Borussia-Park (huit victoires, un nul), a le meilleur buteur (16 buts et passes décisives en 17 matchs pour Max Kruse), un gardien bientôt au FC Barcelone, un Raffael intenable et un Arango au pied gauche encore aiguisé...

1er février : l'Europe, Schalke-Wolfsburg

Wolfsburg se déplace à Gelsenkirchen dès le début de cette phase retour. Pour faire le point sur les prétentions des deux clubs, qui se sont croisés au classement en fin d'année 2013, la confrontation arrive au moment opportun. On saura enfin si Wolfsburg vise si haut que ça, alors que Schalke doit déjà limiter la casse et l'écart avec les places européennes. Sur la forme de la fin de l'année, avantage Wolfsburg.

15 février : avant Paris, Leverkusen-Schalke

Schalke sera encore à l'honneur deux semaines plus tard, en se déplaçant à Leverkusen. Quelques jours avant la réception du PSG, le Bayer va avoir un échauffement de premier ordre à la BayArena contre un autre huitième de finaliste. Supporters parisiens, si vous voulez vous faire une véritable idée de ce qui pourrait vous attendre, c'est le match à ne pas manquer.

22 février : la peur, Nuremberg-Brunswick

Ou quand Nuremberg reçoit Brunswick, pour un match qui pue la relégation si on regarde le classement à l'heure actuelle. Mais qui sait, peut-être que Nuremberg aura remporté un match entre-temps, peut-être que le temps d'adaptation de Brunswick sera définitivement terminé. Le 22 février sera alors le match des renouveaux.

25 mars : Revierderby

Placé comme un match de Ligue des champions, en milieu de semaine, Dortmund et Schalke auront à cœur de « sauver leur saison » . Si Dortmund s'est imposé au match aller à Gelsenkirchen (1-3), les Königsblauen voudront rendre la pareille sur le terrain et dans les tribunes. L'affront avait été total, les Borussen s'encanaillant à l'aide de quelques fumigènes lancés sur la pelouse, retardant le coup d'envoi d'un bon quart d'heure. Réponse le 25 mars pour savoir à quelle sauce sera mangé le Westfalenstadion.

29 mars : Bayern champion, Munich-Hoffenheim

Avec 20 points d'avance sur Leverkusen, qui tient malgré tout le coup en deuxième position, le Bayern est impérial et conclut sa saison de Bundesliga avant le mois d'avril, invaincu, imprenable, imperturbable. Le titre peut être fêté à domicile, contre Hoffenheim. La belle affaire.

5 avril : le derby de Basse-Saxe, Brunswick-Hanovre

Brunswick peut enfin accueillir Hanovre. Si le passage de l'Eintracht de Lieberknecht pourrait finir en aller-retour vers le niveau inférieur, les supporters de Brunswick vont profiter du derby qui leur est offert. Quitte à faire preuve de mauvais goût. D'ici avril, les Brunswickois peuvent peut-être même espérer profiter de la rencontre pour faire peur à Hanovre, pas si loin au classement.

19 avril : la terre du milieu, Augsbourg-Hertha

Ou le ventre mou à son meilleur, ou le ventre mou en pleine réussite jusqu'à présent et qui espère grappiller l'Europe à la fin de la saison. Augsbourg est toujours meilleur en deuxième partie, le Hertha devrait se stabiliser à son niveau actuel. Bref, les deux équipes sont à peu de choses près au même niveau. Même à la mi-avril, leur confrontation offrira à coup sûr du bon spectacle.

3 mai : Hambourg-Munich, du nord au sud de l'Allemagne

Un match qui a peu de chances d'avoir une incidence importante au classement, à l'avant-dernière journée, coincé au cœur du multiplex rituel. Et pourtant, cela reste une belle affiche de la Bundesliga. Leur PSG-OM, entre un club trop puissant pour les autres et un club qui galère et qui fait parler de lui pour l'extra-sportif presque autant que pour ses joueurs. Bref, un match qu'il faudra voir quand même, parce qu'il peut se passer tout. Et n'importe quoi, surtout quand l'enjeu n'est autre qu'aller voler quelques points au rival.

10 mai : Schlusspfiff

Le jour du dernier tour de multiplex, en après-midi, pour bien finir. Les affiches ont chacune leur attrait : Hertha-Dortmund pour le tout à l'attaque, un potentiel crucial Hanovre-Fribourg, un Wolfsburg-Mönchengladbach du beau jeu, ou un très compliqué déplacement à Gelsenkirchen pour Nuremberg. Et pour le plaisir, le Bayern accueille Stuttgart. Il y a toujours de quoi faire, du suspense et des surprises un dernier jour de Bundesliga. L'an dernier, Hoffenheim avait arraché un match de barrage inespéré et Kevin Großkreutz avait joué cinq minutes dans les cages.

par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

17 journées plutôt que matchs?
ça va être chaud chaud chaud ce soir... vu les déclas (notamment de Müller), j'ai l'impression que le Bayern va devoir se remettre vraiment dans le bain, et vite, car à mon avis Glad'bach va vouloir faire un gros coup, et c'est une équipe qui s'est se donner les moyens physiquement, et qui a les capacités techniques, pour le faire.
(et comme l'a dit Müller il ne faut pas laisser d'espoir à la concurrence).
La vraie bonne raison de regarder le Schlusspfiff c'est d'entendre comment ça se prononce.
cul-terreux Niveau : DHR
Message posté par Steth0
La vraie bonne raison de regarder le Schlusspfiff c'est d'entendre comment ça se prononce.

http://dict.leo.org/frde/index_fr.html# … wSingle=on

Prononcer Schlousspfiff avec un i court.
Why not Stevie ? Niveau : DHR
Message posté par Steth0
La vraie bonne raison de regarder le Schlusspfiff c'est d'entendre comment ça se prononce.


Première syllabe: chlousse.
Seconde syllabe: pfif.

Pas de quoi :)
STOP.
KILLING.
THE.
JOKE.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 7