En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 26e journée
  4. // CA Bastia/Red Star

Dix de der pour le Red Star

Dix petits matchs : c'est ce qui sépare le Red Star d'une très possible montée en Ligue 2 à l'issue de la saison de National. Surtout, imprenable depuis trois mois, le club audonien trône fièrement en tête du championnat depuis sa victoire face à Boulogne mardi dernier.

Modififié
Ils étaient peu, mais heureux. À l'issue de la victoire du Red Star face à l'US Boulogne ce mardi, la poignée de courageux supporters qui avaient bravé les éléments pour se rendre jusqu'au Stade de la Libération a communié avec des joueurs audoniens qui sautillaient et applaudissaient sur la piste d'athlétisme. Et pour cause, pour la première fois depuis de nombreuses années, le Red Star s'est installé sur la plus haute marche du National. Mieux, le club de la banlieue rouge possède six points d'avance sur le quatrième, Strasbourg, alors qu'il lui reste un match en retard à jouer contre Épinal. Soit la lanterne rouge du National avec 15 points. À moins d'un incroyable retournement de situation digne des films de M. Night Shyamalan, il y a de grandes chances que les Vert et Blanc évoluent en Ligue 2 la saison prochaine. Un plaisir auquel le club n'a plus goûté depuis le printemps 1999.

Un Planté en feu face à Boulogne


Pourtant, cette première place de National était loin d'être acquise. D'ailleurs, à l'heure actuelle, le Red Star la partage toujours avec le Paris FC, leader du championnat depuis plusieurs mois. Surtout, le match face à Boulogne aurait pu connaître une tout autre issue. Malgré l'absence de dernière minute du meilleur défenseur de l'équipe Rémi Fournier, blessé pendant l'échauffement, le Red Star a fait montre d'un courage et d'une volonté exemplaire pour résister aux assauts boulonnais, à l'image d'un Vincent Planté en feu qui a multiplié les parades, notamment sur une frappe à bout portant de Xavier Mercier. De l'autre côté du terrain, les Audoniens exploitaient la moindre faille dans le système de l'USBCO. En quatre occasions franches, les banlieusards ont scoré deux fois grâce à Kanté et Lefaix, Bouazza se permettant même le luxe de rater un penalty. Une telle efficacité dans la finition, c'est le signe d'une équipe qui réussit tout ce qu'elle entreprend et qui donc, vit bien.

Dix matchs sans défaite, série en cours


À dire vrai, cela fait déjà plusieurs mois que le Red Star est inarrêtable. Sur le podium à la trêve, le club du 93 a signé un quasi-sans-faute pour se hisser en tête du championnat. C'est simple : en National, depuis une défaite face à Chambly le 28 novembre dernier, les hommes de Sébastien Robert n'ont plus perdu un match. Dix matchs, sept victoires, trois nuls. Vingt-quatre points sur trente possibles, boum. Parmi ce chapelet de victoires, deux ont été acquises face à des concurrents directs : le Paris FC, d'abord (2-1 le 14 février), puis Bourg-Péronnas (2-1 le 20 mars). Même la défaite face à Saint-Étienne en huitième de finale de la Coupe de France n'a pas pu atteindre le moral des Audoniens. En même temps, les pensionnaires du National ne sont pas passés loin de l'exploit, éliminés par un malencontreux CSC de leur défenseur Pierrick Cros. Son succès actuel, le Red Star le doit notamment à deux hommes. D'un côté, un Kévin Lefaix qui s'est remis à planter depuis novembre comme il le faisait au Poiré-sur-Vie : dix buts marqués (soit un de moins que son total de l'année dernière) dont trois lors des quatre derniers matchs. De l'autre, un Hameur Bouazza qui montre enfin la pleine mesure de son talent, en témoigne le but marqué face à Sainté par l'ancien de Fulham et de Santander.

La deuxième meilleure défense de National


Mais réduire le Red Star a une somme d'individualités serait se tromper. Quand les deux susnommés sont dans un mauvais jour, ils sont nombreux à les remplacer au pied levé : Beziouen, Sliti, Makhedjouf, Kanté, Allegro, Belvito. Et encore, on ne parle que des buteurs de ces trois derniers mois. Le travail défensif de la ligne Marie-Fournier-Cros-Ielsch est des plus solides, le Red Star n'ayant encaissé que dix-huit buts cette saison (seuls Luçon et ses seize buts encaissés ont fait mieux). Il reste désormais dix matchs au Red Star pour conforter sa place en tête du National ou, à défaut, d'accrocher le wagon pour la Ligue 2. Dans ce contexte, les Vert et Blanc ont un calendrier légèrement favorable. S'ils s'apprêtent à affronter trois clubs pas forcément distancés pour la montée en Ligue 2 (Strasbourg, Dunkerque et Fréjus-Saint-Raphaël), ils feront également face à trois relégués (Istres, Le Poiré-sur-Vie, Épinal). Quatre si l'on y ajoute le CA Bastia qui flirte dangereusement avec la zone rouge, à égalité de points avec le premier relégable Colomiers. Et que le Red Star affronte donc ce vendredi soir.

Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60