Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Les dix ans du Ballon d'or de Kaká
  2. // Hommage

Dix ans après son Ballon d’or, hommage à Kaká en dix dates

Il y a dix ans tout pile, Kaká remportait le Ballon d’or devant Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Le sommet d’une carrière qui laisse à tous les fans de ballon rond un goût aussi amer qu’étaient sucrés ses plats du pied. De Brasilia à Orlando, hommage en dix dates au dernier homme à avoir privé les deux autres monstres de la plus haute distinction individuelle.

Modififié

  • 22 avril 1982 - Première percée
  • Ricardo Izecson dos Santos Leite voit le jour le 22 avril 1982 à Brasilia, s’apprêtant à vivre une enfance loin des clichés – comprenez : des favelas – dans une banlieue aussi classieuse que le sera son jeu. Tout le monde l’appelle Ricardo jusqu’à ce que son petit frère Digão débarque et le baptise Kaká, faute de mieux. Personne ne pense donc aux jeux de mots pourris dans la famille, sinon le petit dernier aurait été voir l’orthophoniste.


  • Octobre 2000 - L’accident bête
  • La plus grand frayeur de ta carrière, c’est cette grosse entorse de la cheville au collège. Celle de Kaká, c’est une fracture de la sixième vertèbre du cou après un saut – manqué – dans la piscine de ses grands-parents à 18 ans. Les légendes s’écrivent comme ça. Et si ce sont une attelle et quelques glaçons qui ont soigné ta blessure, le petit Ricky a reçu l'aide d'un vieux pote : « Dieu m’a aidé à guérir alors que je risquais d’être paralysé pour toujours sur une chaise roulante. » Excuse-le.


  • 1er février 2001 - Débuts fracacassants
  • Dix ans après avoir enfilé la tunique du FC São Paulo, Kaká joue pour la première fois avec les seniors le 1er février 2001. Il marque 12 buts en 27 matchs cette saison-là, dont deux en deux minutes en finale du tournoi Rio-São Paulo, compétition qui regroupait les meilleures équipes des deux villes. De quoi se bâtir un surnom.

    Vidéo


  • 30 juin 2002 - Patron incognito
  • Sélectionné pour la première fois en équipe du Brésil le 31 janvier 2002, Kaká parvient à s’immiscer dans la liste des 23 de Luiz Felipe Scolari pour le mondial en Corée du Sud et au Japon. Pas favorite, la Seleção déjoue les pronostics et s’appuie sur un merveilleux Ronaldo pour remporter sa cinquième Coupe du monde. L’espoir de São Paulo ne joue que 19 minutes durant la compétition, mais écrit tout de même une des plus belles lignes de son CV.


  • 18 août 2003 - Ciao Associazione Calcio Milan
  • L'AC Milan fait une sacrée affaire en récupérant Kaká pour 8,5 millions d’euros. Le jeune homme de 21 ans rejoint le vainqueur de la Ligue des champions précédente dans la peau d’un outsider. Aussi talentueux soit-il, Carlo Ancelotti annonce d’entrée qu’il devra se battre avec Rui Costa et Rivaldo pour une place aux côtés de Gattuso, Pirlo ou encore Seedorf, rien que ça. Leonardo, qui vient de rejoindre les bureaux du club, pense à le prêter au PSG, mais fait bien de se raviser : le prodige étale son talent sur l’Europe et est élu meilleur étranger de Serie A en fin de saison, avec en point d’orgue une passe décisive sur le but du titre inscrit par Shevchenko. Pas de regret pour Paris : il aurait mis quatre saisons à s’acclimater.



  • 23 mai 2007 - L’apogée
  • Deux ans quasi jour pour jour après avoir joué le mauvais rôle dans un des scénarios les plus renversants de l’histoire du ballon rond, l'AC Milan se venge de Liverpool et remporte la coupe aux grandes oreilles. Le club lombard remercie comme il se doit son numéro 22 : il sauve son équipe en prolongation en huitièmes, marque de nouveau en quarts, puis deux fois en demies avant de provoquer le coup franc à l’origine du premier but en finale, et de délivrer une passe décisive à Pipo Inzaghi sur le second. Le Ballon d’or lui tend les bras.

    Vidéo


  • 2 décembre 2007 - Kaká en or massif
  • Pour la première édition « mondialisée » du Ballon d’or, Kaká convainc toutes les confédérations, devançant Leo Messi et Cristiano Ronaldo. La nouvelle vague du football mondial déferle, balayant Thierry Henry et Ronaldinho, sans se douter que son Kaká rejoindra la plage plus vite que prévu. Qu'importe, il reste le dernier à avoir privé la Pulga et CR7 du trophée.



  • 8 juin 2009 - Le début de la fin
  • Annoncé un peu partout après son Ballon d’or, Kaká rejoint finalement le Real Madrid à l’été 2009 en même temps que Cristiano Ronaldo et Karim Benzema, pour 67 millions d’euros. Le début de la fin : il passe son temps à gérer une pubalgie chronique, une douleur au genou, l’éclosion de Mezut Özil et les critiques des socios. Le joueur dispute seulement 85 matchs en quatre saisons et repart de Madrid par la petite porte.

  • 2013- 2017 - Le plus long jubilé du monde
  • C’est un comble pour un joueur qui n’a jamais fait de l’argent une priorité, mais Ricky en aura rapporté beaucoup à certains. À l'AC Milan d’abord, qui l’engage gratuitement le 2 septembre 2013 quatre saisons après l’avoir vendu 67 millions, pour une belle tournée d’adieux. Puis à la MLS un an plus tard, en rejoignant David Beckham et Thierry Henry dans le club des ambassadeurs de la ligue nord-américaine. Et tiens, il fait également une pige à São Paulo entre les deux, histoire de parfaire le jubilé.

    Vidéo


  • 15 octobre 2017 - Clap de fin ?
  • Après trois ans sous le soleil floridien, Kaká annonce qu’il ne prolongera pas son contrat et joue son dernier match le 15 octobre : de son propre aveu, il ne prend plus de plaisir sur les pelouses à cause de ses douleurs physiques. On l’annonce pourtant du côté de São Paulo, pour boucler la boucle, ou encore en Chine... Avant un retour à Milan ? On s’y perd. Et, malheureusement, Kaká s’y est perdu lui aussi.



    Par Simon Stéphan
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
    Modifié


    Dans cet article


    Hier à 13:11 Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 16:35 Nainggolan prend sa retraite internationale 78
    Partenaires
    Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
    dimanche 20 mai Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 90