1. //
  2. // Résumé de la 13e journée

Dijon et Troyes s'inclinent, Sochaux s'illumine

C'était soirée révolution en Ligue 2. Les leaders Dijon et Troyes ont été bousculés respectivement à Angers et Ajaccio, Sochaux, irrésistible, a poursuivi sa folle remontée alors qu'Orléans l'endormie s'est enfin réveillée. Au contraire de Tours et Arles-Avignon, incapables de décoller.

Modififié
6 5
  • Des leaders mal en point


    Sale vendredi soir pour les équipes de tête ! Que ce soit Dijon, leader à l'orée de cette 14e journée ou Troyes, juché sur la troisième marche du podium, personne n'a réussi à prendre le moindre point. En déplacement du côté d'Ajaccio pour y défier l'ACA, les joueurs de l'ESTAC ont longtemps cru qu'ils finiraient l'étape avec le leadership, mais les Corses en ont voulu autrement. Alors qu'il ont été d'une maladresse monumentale, touchant la barre transversale et ratant les cages vides de la tête, Dennis Oliech a finalement été le bourreau des Troyens. Un comble. Bien caché dans son cheval de bois, l'ancien Auxerrois a surgi en fin de rencontre pour donner la victoire aux siens, en plongeant le ballon dans les filets suite à un bon centre de Lesoimier. Auparavant, les Troyens avaient outrageusement dominé le premier acte, marquant en début de match sur une volée splendide de Ghislain Gimbert consécutive à une passe de Henri Bienvenu. Mais curieusement, l'ESTAC a baissé de pied en seconde période. Plus d'essence dans le moteur. Les pensionnaires du podium ont laissé les clefs à Ajaccio qui ne s'est pas privé pour déverrouiller la défense auboise. Grâce à un superbe coup franc de Johan Cavalli – définitivement précieux dans son rôle d'archer – repris par Nicolas Fauvergue, puis grâce à la réalisation finale d'Oliech, les Ajacciens ont conquis une victoire méritée.

    Troyes a donc gâché, mais peut se consoler car Dijon n'a pas fait mieux. Des huit matchs de la soirée, le déplacement des leaders à Angers était clairement le plus alléchant. Il a aussi été le plus décevant. À croire que les rencontres au sommet et à enjeu gèlent les jambes des protagonistes. Seul duel à n'afficher aucun but à la pause, sans rythme et sans occasion franche, le match s'est cantonné à des duels au milieu de terrain et à une grosse bagarre physique pendant de très – trop – longues minutes. Jusqu'au bijou de la soirée signé Sofiane Boufal. La pépite du SCO, qui ne devrait pas s'éterniser en Ligue 2, a noyé la défense dijonnaise par des dribbles courts et des crochets, s'insinuant dans la surface, avant de marquer en force. Les Angevins ont alors pris les commandes d'une rencontre qu'ils n'ont plus lâchées. Les Dijonnais ont eu beau pousser, ils n'ont jamais trouvé la solution. Alors que Jonathan Kodjia a chassé le but comme un rapace, mais a toujours buté sur Baptiste Reynet, l'expulsion du Dijonnais Samuel Souprayen en fin de partie a clos les débats. Le leader à terre, c'est son vassal brestois et Nancy qui pourront en profiter dans les prochains jours.

  • À Sochaux la bonne opération


    Et si Sochaux devenait un candidat à la montée en Ligue 1 ? Alors que Peugeot s'est désengagé et cherche toujours un repreneur pour le FCSM, les Lionceaux font dans le diesel au sein cette Ligue 2. Relégables à l'aube de la 7e journée, les hommes d'Olivier Echouafni sont depuis la meilleure équipe du championnat. Pas mal. Opposés à un promu sans complexe, le Gazélec Ajaccio juché à la cinquième position, les Doubistes ont fait parler leur supériorité dès la première période. Par deux fois, Karl Toko Ekambi a trouvé le chemin des filets : en éliminant le gardien adverse sur un grand pont suite à un long service dans la profondeur, puis en transformant sans trembler un penalty après une main dans la surface. Alors que la seconde période a nettement baissé en intensité, Sochaux a cru la victoire définitivement scellée lorsque M. Ennjimi a sifflé un penalty en sa faveur. Mais l'arbitre de la rencontre est finalement revenu sur sa décision, au grand dam du public de Bonal. Un public qui s'est fait peur en fin de partie suite à la réduction du score de Khalid Boutaib d'une belle tête en cloche. Avec les défaites des leaders, s'il est une vérité à retenir ce soir, c'est que les Doubistes sont bel et bien lancés dans une course à la montée. Impensable avant l'automne.

  • Nîmes et Orléans se donnent de l'air


    Les Crocodiles nîmois étaient en quête d'un succès pour se rassurer. S'ils ont donné des sueurs froides à leurs supporters pendant toute la rencontre contre Niort, ils ont fini par ramener les trois points. Tout a pourtant très mal démarré pour les Gardois, surpris très tôt par une réalisation de Seydou Koné. Les pensionnaires des Costières ont longtemps donné l'impression d'être dans un jour sans avant que leur homme providentiel, Toifilou Maoulida, ne vienne donner un petit coup de bandelette à une rencontre un peu molle. De molle, cette dernière est d'ailleurs devenue folle puisque Koné s'est offert un doublé dans la foulée, en solitaire, au cœur de la surface nîmoise. Un nouveau but d'avance qui a toutefois longtemps masqué les carences niortaises. Sur deux coups francs, les Nîmois sont revenus mettre un peu d'ordre dans la baraque. Le premier, direct et frappé par Romain Sartre, a trouvé la lucarne droite du portier adverse. Le second, indirect, fut l'œuvre du filou Maoulida, à l'affût, et a conclu une belle soirée pour les Crocos. Une belle soirée, Clermont espérait en vivre une, mais s'est manqué. Après des semaines de flottement, les Auvergnats avaient brillamment disposé de Nîmes à domicile la semaine passée (3-0) pour s'extraire de la zone de relégation, mais après un bref décollage, Clermont s'est de nouveau crashé au Stade de la Source. Face à une formation d'Orléans privée de succès depuis la fin du mois d'août, les hommes de Corinne Diacre ont trébuché dans les premières encablures, encaissant deux buts dans les dix premières minutes par l'astucieux Robert Maah, puis par le capitaine Maxime Brillaut. Au bout d'un combat courageux, les Clermontois ont fini par réduire l'écart par Avinel sur corner, mais n'ont jamais pu prétendre à mieux. Ouf de soulagement à Orléans.

  • Châteauroux s'en contente, Tours et Arles dans la tourmente


    Le Tours/Auxerre qui se jouait à la Vallée du Cher s'apparentait à un duel entre deux formations qui déçoivent depuis le début de saison. L'une plus que l'autre d'ailleurs, puisque les Tourangeaux sont fixement accrochés à la place de lanterne rouge alors qu'ils visaient les places d'honneur en début de saison. Déjà vaincus à dix reprises depuis le début de la saison, les hommes d'Alexandre Dujeux, débarqué il y a peu, ont perpétué d'entrée leur raid cauchemardesque en encaissant un but par Gragnic, à la conclusion d'un bon centre de Cheick Diarra. Sur une série de six défaites de suite à l'aube de cette rencontre, les joueurs de Tours ont pourtant trouvé le moyen de renverser la première période : d'abord par Kouakou, puis grâce à Bergougnoux sur penalty. Fin des galères pour Tours ? C'est ce qu'on croyait, mais les locaux ont finalement lâché le match. Cheick Diarra d'abord, puis Gragnic en s'offrant un doublé ont mis un orteil tourangeau en plus dans le wagon du National. Alors que les Bourguignons respirent, c'est bien de troisième division dont il va être question pour les partenaires de Billy Ketkeophomphone. Une troisième division dont on espère ne plus entendre parler du côté de Valenciennes. Grâce à un penalty transformé avec sang-froid par Anthony Le Tallec dans les dernières secondes du match des Nordistes contre Arles-Avignon, le VAFC est reparti victorieux et prend ses distances avec le sinistre wagon du National. Mis sur de bons rails par l'ouverture du score d'Opa Nguette, mais rapidement rejoints après une réalisation de Larsen Touré, les Valenciennois ont longtemps donné l'impression de ne pas pouvoir donner le petit coup d'accélérateur nécessaire. Ils ont finalement eu raison d'une formation sudiste pour qui la saison risque d'être bien longue.


    De leur côté, les supporters de Laval ne l'auraient certainement jamais cru en début de saison, mais leur équipe ne sait plus perdre. Après 14 journées, les Mayennais ne se sont inclinés qu'à une seule reprise en Ligue 2. C'était le 8 août, à Dijon (1-0), autrement dire une éternité. Depuis, cette formation programmée pour le maintien - et rien d'autre – déjoue les pronostics et ce n'est pas son déplacement chez le relégable castelroussin qui a changé la donne. Les maillots orange ont fait ce qu'ils font de mieux : tenir. Ils s'en sont ainsi remis à Wesley Saïd en première période pour ouvrir le score et prendre davantage de distance avec Dame Défaite. Mis sous pression par leur coach Pascal Gastien, les joueurs de Châteauroux n'auront pas fait le poids pour l'emporter, mais ont finalement eu le mérite d'éviter la défaite. Malgré une réalisation refusée sur une passe de Thil, Makengo s'est rattrapé en seconde période pour obtenir une égalisation et contraindre Laval à un dixième match nul record en quatorze sorties. Après une partie moyenne, Châteauroux laisse sa place dans la charrette au Clermont Foot. Et c'est bien ça le principal.

    ⇒ Résultats et classement de L2

    Par Aurélien Renault
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Romansochaux Niveau : CFA
    Se coltiner Enjimi même en ligue 2, ça fait mal. Il est pas méchant mais alors qu'il est mauvais.
    Sinon Kharja niveau silhouette on aurait dit Pierre Ménès. Le mec va vraiment avoir du mal à faire un truc cette saison.
    Frappe2mule Niveau : Loisir
    Tu pues, tu bois ! T'es Lensois !

    Allez VA !
    Depuis fin aout ? Ca faisait ltps mais a ce point-la..m avais semble qu Orleans avait gagne en septembre. 3 points plus que bienvenu ! ca soulage, surtout que Clermont est un concurrent direct pour le maintient et que Tours devrait quand meme se reveiller tot ou tard. Vraiment une surprise s ils descendent.

    Orleans, deux victoires en plus et on est sur le podium !
    Putain c'est la merde pour Tours... Faut dire que a DNCG ne nous a pas trop aidé, on se retrouve avec seulement 14 joueurs pros dans l'équipe... Et en plus d'avoir perdu Leroy et Delort, ça aide vraiment pas...
    Regardez ce but de Boufal pour le SCO, ça vaut vraiment le coup !
    http://www.dailymotion.com/video/x29ng6 … rt?start=1
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    6 5