1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 9e journée

Dijon creuse l'écart, le bas de tableau se rebiffe



Pendant que ses camarades de tête - Bourg-en-Bresse Péronnas et Metz - se cassent les dents à la maison, Dijon poursuit sa série de victoires. Le DFCO a même fait tomber un record. Bien sûr, le PFC enchaîne un énième match nul. De leur côté, Nîmes et l'AC Ajaccio chopent leur premier succès.

Modififié
9 2

Des rébellions à tout-va



La Ligue 2 est un championnat homogène, et ça risque de se perpétuer en 2015-16. Ce week-end a fait la part belle aux équipes de bas de tableau : Nîmes (1-2 à Metz), l'AC Ajaccio (1-0 devant Auxerre) et Lens (1-0 face à Sochaux), trois des quatre équipes de queue de peloton, ont gagné. Les Gardois et les Corses ont même acquis leur premier succès de la saison - désormais, seul Sochaux n'a pas encore gagné. Surtout, Nîmes a réussi l'exploit de retourner le FC Metz, deuxième et invaincu jusque-là, sur la pelouse de Saint-Symphorien. Allez, encore un bon résultat et les Crocos (-1 point, car pénalisés de 8 unités dans l'affaire des matchs truqués, ndlr) passent en positif au classement. L'autre grosse surprise de la 9e journée, c'est évidemment la victoire de l'Évian Thonon Gaillard face à Bourg-Péronnas (0-2), dans l'illustre « derby du Rhône-Alpes » . Un sacré hold-up quand même au vu de la physionomie du match.

L'homme du week-end : Christopher Jullien



Symbole d'une équipe dijonnaise en pleine bourre, Christopher Jullien a crucifié le Stade lavallois à lui tout seul. Comment ? En inscrivant deux coups de casque au premier poteau du gardien des Tangos. À chaque fois sur un service de Frédéric Sammaritano, à chaque fois sur corner. À 22 ans, le gaillard inscrit son premier doublé en Ligue 2. En même temps, le joueur formé à Auxerre vient de passer deux saisons à Fribourg. Champion du monde U20 en 2013 avec la bande à Pogba, il n'a pas réussi à s'imposer en Allemagne. Au contraire, ce retour en Bourgogne semble lui faire le plus grand bien. Le doublé de samedi porte son total de réalisations à cinq cette saison. Pas mal pour… un défenseur central ! Grâce à ce nouveau succès (2-0), le DFCO surfe sur une série de six victoires consécutives en Ligue 2. Un record pour le club dijonnais (fondé en 1998), solide leader du championnat.

L'image de la semaine : les supporters nancéiens se mettent à l'aise

Les Nancéiens n'ont pas fait le déplacement à Paris pour rien. Quand Julien Cetout égalise à cinq minutes de la fin en faveur de l'ASNL sur la pelouse du PFC (1-1) lundi soir, une dizaine de fans visiteurs saute la balustrade pour féliciter leur milieu de terrain. Faut bien profiter des maigres avantages des stades de L2.

L'analyse définitive : le Red Star est lancé

À Beauvais, les Audoniens n'attirent pas les foules. Tout juste 1 025 spectateurs ont assisté à la victoire du Red Star vendredi contre Brest (1-0). Pourtant, même en jouant ses matchs « à domicile  » pas vraiment chez elle, l'équipe francilienne monte sérieusement en régime. Depuis la branlée reçue par Valenciennes (1-5) il y a un mois, l'Étoile rouge brille sans conteste : trois victoires, un nul, zéro but encaissé au mois de septembre. À l'image du gardien Arnaud Balijon, titulaire dans les cages depuis la 6e journée (Vincent Planté est sanctionné pour mauvais comportement, ndlr) et d'un turnover important au fil des rencontres, la méthode du nouveau coach, Rui Almeida, commence à porter ses fruits. Même si la manière n'est pas toujours au rendez-vous.

Ils l'ont dit :

« J'aurais aimé que l'arbitre commence le match à l'heure. Il y avait je pense penalty sur Ghislain (Gimbert) au bout de cinq minutes. Ça change la physionomie de la rencontre. » On n'est pas près d'entendre à nouveau Thierry Goudet se plaindre de l'arbitrage : il n'est plus le coach du Havre.

Ajaccio victorieux, Olivier Pantaloni joue les romantiques. « On attendait notre première victoire depuis pas mal de temps. Elle nous a fui quelquefois. Les victoires qu'on acquiert dans la souffrance sont souvent les plus belles. »

Bourg-Péronnas chute à la maison, un coup d'arrêt ? « Oui, au niveau du résultat, mais au niveau du contenu, je suis fier de mes joueurs, car ils ont donné le maximum. Nous avons eu une telle maîtrise sur la première période que c'est difficile de digérer cette défaite.  » Serein, Hervé Dellamaggiore.

Son homologue d'un soir, Safet Sušić, se donne un peu d'oxygène. « Si nous avions perdu, c'était terminé ! » Le Bosnien parle ici de ses espoirs de remontée en L1.

«  Tous les points sont bons à prendre » , l'adage sied parfaitement à Marco Simone. « On a fait un très bon match avec une très bonne maîtrise, alors on pouvait espérer plus. Mais on accepte avec plaisir ce point » , sourit l'entraîneur de Tours à l'issue du match nul à Valenciennes (0-0).

La polémique du week-end : la barrière qui s'effondre à Bollaert

Plus de peur que de mal, pour cette fois… Quand Jonathan Nanizayamo ouvre la marque pour le Racing, à la suite d'un coup franc sur la barre de Wylan Cyprien, à moins de dix minutes du terme de la rencontre face à Sochaux, le buteur tricolore court au plus près du kop lensois pour communier sa joie avec les supporters. Là, sous l'afflux des fans vers le bas de la tribune, une barrière s'effondre et des dizaines de spectateurs se retrouvent par terre, entassés les uns sur les autres. Heureusement, aucun blessé sérieux à signaler, même si l'un des supporters doit être évacué sur civière. Comment cela a-t-il pu se produire dans un stade tout juste remis à neuf ? « Les services de la région (…) avaient déjà identifié le problème » , déclare le président du club, Gervais Martel, dans les colonnes de La Voix du Nord. Tout va bien alors.

C'est fini pour Thierry Goudet

Et deux de chute. Thierry Goudet est le deuxième entraîneur limogé de l'exercice 2015-16 de L2. Le coach du Havre n'a pas survécu à la spirale infernale de défaites (6 en 8 matchs) enregistrée par l'équipe normande. Au-delà des mauvais résultats, ce licenciement « s'inscrit dans la suite de la construction du projet » du nouveau président américain, Vincent Volpe, qui le reconnaît lui-même sur le site du club. En attendant d'attirer un nom niveau Ligue 1 (la presse locale avance Alain Casanova ou encore Frédéric Antonetti) pour satisfaire aux ambitions de la direction, c'est Christophe Revault qui est en charge de l'intérim. L'ex-gardien formé au HAC avait déjà endossé le rôle de pompier à l'automne 2012. Avec succès à l'époque (6 victoires, 1 défaite).

Le tweet du week-end

Malgré sa taille, Frédéric Sammaritano joue les durs.

La stat qui tue : 7

À chaque fois que Clermont marque cette saison, Famara Diedhiou marque. C'est aussi simple que cela. Soit sept fois en neuf matchs. Meilleur buteur de L2, vendredi soir, l'attaquant sénégalais a planté sa neuvième réalisation à Niort. Et pas n'importe comment : sur un service de Cyriaque Rivieyran, il claque un ciseau acrobatique à l'entrée de la surface. Insuffisant cependant pour offrir la victoire aux Auvergnats (1-1).

⇒ Résultats et classement de Ligue 2

Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Et un de chute. Thierry Goudet est le premier entraîneur limogé de l'exercice 2015-16 de L2"

Ha ben m**** alors, j'en déduis qu'Echouafni est toujours l'entraineur de Sochaux! Mais que font Hely et Daf alors? (bon, si j'étais méchant je pourrais donner un autre sens à cette question...)

Bref, siouplait, faites attention à ce que vous écrivez.. surtout que vous avez eu le temps là, on n'est pas dans du compte rendu à chaud, la journée de L2 est finie depuis un moment..

à part ça, j'ai mal à mon Sochaux...
On parle d'Antonetti, Hantz ou Baup au Havre car ils sont sans contrat mais la vraie piste c'est un tandem Casanova-Uvenard (les 2 sont sur le Havre depuis quelques jours). Vu qu'on a appris ce matin que le limogeage de Goudet s'est décidé il y a 10 jours, tout se tient.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La vie sans Messi
9 2