Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le joueur de la 4e journée

Diego Rolán, enfin libre dans sa tête

Un an et demi après son arrivée en France, Diego Alejandro Rolán Silva est enfin à l'aise à Bordeaux et ça se voit. À 21 ans, le jeune Uruguayen empile les buts et les bons matchs depuis le début de la saison. Longtemps considéré comme une banane, l'attaquant de Willy Sagnol en affiche désormais une sur son visage. Un sourire communicatif.

Modififié
Est-ce que vous savez tout sur le Zézé ? Nous sommes à l'été 1964 et le 1. FC Köln s'apprête à endosser le rôle de laboratoire footballistique géant. Pour 150 000 Deutsche Mark - le record du club à ce moment précis, Zézé débarque du Brésil avec le statut de « nouveau Pelé » . Les observateurs de l'époque vantent les qualités du gaillard qui a certainement filé son goût de l'entraînement à Ronaldinho. Oui, le Brésilien sèche séance sur séance et, après six matchs disputés, demande à quitter l'Allemagne, avec un certificat médical délivré par un docteur espagnol à l'appui. Zézé est allergique à la neige. Il ne s'est pas adapté à son nouvel environnement. Contrairement à Franck Ribéry, ledit « temps d'adaptation » a souvent bon dos. Souvent, il est la première excuse que trouvent des dirigeants pour justifier le transfert de ce que l'on appelle, dans un vocabulaire primeur, ou primaire, « une banane » . Un fruit qui est le symbole de Diego Alejandro Rolán Silva, jeune Uruguayen de la génération 1993, arrivé à l'hiver 2013 au pays du raisin, à Bordeaux. Entre la banane et la grappe, le smoothie a mis du temps à prendre. Au vrai, entre blessures et prestations médiocres, Diego n'était pas loin de « faire une zézé » . Mais il n'était allergique qu'à Francis Gillot, une pathologie aussi répandue que le rhume des foins. La banane, Diego Rolán l'affiche désormais sur son visage. Et c'est beaucoup mieux comme ça.

Remplaçant de David Bellion


Comme le football, le sourire est naturel chez l'Uruguayen. Les 10 000 kilomètres qui séparent Montévideo de Bordeaux, couplés à des blessures et à la barrière de la langue, lui ont fait vivre des débuts compliqués dans une équipe qui ne marchait pas aussi bien que depuis l'arrivée de Willy Sagnol. Touché coup sur coup aux deux chevilles, il marque deux buts en 25 matchs de Ligue 1 entre janvier 2013 et mai 2014. Après tout, il est arrivé au club pour remplacer Yoan Gouffran. Un homme qui n'a pas commencé fort. Rapidement critiqué, Rolán a la bonne idée d'empiler les entorses plutôt que les buts. Recruté pour 2,8 millions d'euros, l'ancien du Defensor Sporting ne sort pourtant pas de nulle part. Finaliste du championnat du monde espoir avec la Céleste U21, Diego a sa petite réputation au pays. Rapidité, capacité d'appels, polyvalence sur le front de l'attaque, technique honnête. « Son gros point fort, c'est son démarrage. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi rapide sur dix, quinze mètres » , racontait notamment Juan Ahuntchain, directeur du centre de formation du Sporting, à L'Équipe. Suffisant pour attirer l'œil des scouts bordelais qui le supervisent à plusieurs reprises. Suffisant pour être remplaçant de David Bellion, aussi. Car il arrive que Diego ait un poil dans la main. Notamment au moment de se bouger lors des phases défensives. Une fainéantise et des blessures qui expliquent ses treize petites titularisations la saison passée mais qui, étrangement, témoignent de la marge de progression du bonhomme. Un gamin qui a besoin d'être en forme. Un gamin qui a tout simplement besoin d'apprendre.

Dépucelage avec la Céleste


Apprendre, c'est pour cela que Rolán a signé à Bordeaux. Lui qui était courtisé un peu partout, en Angleterre, en Italie ou en Espagne, a affirmé lors de sa présentation qu'il avait choisi les Girondins de Bordeaux car «  c'est un bon club pour grandir  » . En une intersaison sous les ordres de Willy Sagnol, l'Uruguayen a pris un peu plus que de la bouteille puisqu'il y a quelques jours, il a été appelé pour la première fois par Óscar Tabárez, sélectionneur de l'Uruguay. Une convocation qui fait suite à l'excellent début de saison de l'ex-banane. Auteur de trois buts en quatre matchs dont un doublé et un excellent match face à l'AS Monaco, Rolán se montre généreux dans l'effort et surtout efficace devant le but, comme ce week-end face à Bastia. Les indicateurs étant au vert, l'adaptation réussie, Diego peut enfin montrer sa vraie facette. Réglo, il a fait semblant de comprendre Laurent Paganelli en espagnol pendant que son traducteur officiel, Emiliano Sala, foulait la pelouse de Chaban-Delmas. La sympathie est de toute façon la marque de fabrique d'un homme dont Francis Gillot a dit qu'il « avait une bonne tête, quelque chose d'attirant » . D'ailleurs, Sala ne dit pas le contraire à L'Équipe : « Il a dû découvrir un autre pays, un autre football. Il savait que ça viendrait. Il est très timide quand il s'exprime en français, mais c'est un type qui aime bien se marrer et qui est toujours de bonne humeur. » En attendant la neige.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 24 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 48