1. //
  2. // Le joueur de la 4e journée

Diego Rolán, enfin libre dans sa tête

Un an et demi après son arrivée en France, Diego Alejandro Rolán Silva est enfin à l'aise à Bordeaux et ça se voit. À 21 ans, le jeune Uruguayen empile les buts et les bons matchs depuis le début de la saison. Longtemps considéré comme une banane, l'attaquant de Willy Sagnol en affiche désormais une sur son visage. Un sourire communicatif.

Modififié
4 9
Est-ce que vous savez tout sur le Zézé ? Nous sommes à l'été 1964 et le 1. FC Köln s'apprête à endosser le rôle de laboratoire footballistique géant. Pour 150 000 Deutsche Mark - le record du club à ce moment précis, Zézé débarque du Brésil avec le statut de « nouveau Pelé » . Les observateurs de l'époque vantent les qualités du gaillard qui a certainement filé son goût de l'entraînement à Ronaldinho. Oui, le Brésilien sèche séance sur séance et, après six matchs disputés, demande à quitter l'Allemagne, avec un certificat médical délivré par un docteur espagnol à l'appui. Zézé est allergique à la neige. Il ne s'est pas adapté à son nouvel environnement. Contrairement à Franck Ribéry, ledit « temps d'adaptation » a souvent bon dos. Souvent, il est la première excuse que trouvent des dirigeants pour justifier le transfert de ce que l'on appelle, dans un vocabulaire primeur, ou primaire, « une banane » . Un fruit qui est le symbole de Diego Alejandro Rolán Silva, jeune Uruguayen de la génération 1993, arrivé à l'hiver 2013 au pays du raisin, à Bordeaux. Entre la banane et la grappe, le smoothie a mis du temps à prendre. Au vrai, entre blessures et prestations médiocres, Diego n'était pas loin de « faire une zézé » . Mais il n'était allergique qu'à Francis Gillot, une pathologie aussi répandue que le rhume des foins. La banane, Diego Rolán l'affiche désormais sur son visage. Et c'est beaucoup mieux comme ça.

Remplaçant de David Bellion


Comme le football, le sourire est naturel chez l'Uruguayen. Les 10 000 kilomètres qui séparent Montévideo de Bordeaux, couplés à des blessures et à la barrière de la langue, lui ont fait vivre des débuts compliqués dans une équipe qui ne marchait pas aussi bien que depuis l'arrivée de Willy Sagnol. Touché coup sur coup aux deux chevilles, il marque deux buts en 25 matchs de Ligue 1 entre janvier 2013 et mai 2014. Après tout, il est arrivé au club pour remplacer Yoan Gouffran. Un homme qui n'a pas commencé fort. Rapidement critiqué, Rolán a la bonne idée d'empiler les entorses plutôt que les buts. Recruté pour 2,8 millions d'euros, l'ancien du Defensor Sporting ne sort pourtant pas de nulle part. Finaliste du championnat du monde espoir avec la Céleste U21, Diego a sa petite réputation au pays. Rapidité, capacité d'appels, polyvalence sur le front de l'attaque, technique honnête. « Son gros point fort, c'est son démarrage. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi rapide sur dix, quinze mètres » , racontait notamment Juan Ahuntchain, directeur du centre de formation du Sporting, à L'Équipe. Suffisant pour attirer l'œil des scouts bordelais qui le supervisent à plusieurs reprises. Suffisant pour être remplaçant de David Bellion, aussi. Car il arrive que Diego ait un poil dans la main. Notamment au moment de se bouger lors des phases défensives. Une fainéantise et des blessures qui expliquent ses treize petites titularisations la saison passée mais qui, étrangement, témoignent de la marge de progression du bonhomme. Un gamin qui a besoin d'être en forme. Un gamin qui a tout simplement besoin d'apprendre.

Dépucelage avec la Céleste


Apprendre, c'est pour cela que Rolán a signé à Bordeaux. Lui qui était courtisé un peu partout, en Angleterre, en Italie ou en Espagne, a affirmé lors de sa présentation qu'il avait choisi les Girondins de Bordeaux car «  c'est un bon club pour grandir  » . En une intersaison sous les ordres de Willy Sagnol, l'Uruguayen a pris un peu plus que de la bouteille puisqu'il y a quelques jours, il a été appelé pour la première fois par Óscar Tabárez, sélectionneur de l'Uruguay. Une convocation qui fait suite à l'excellent début de saison de l'ex-banane. Auteur de trois buts en quatre matchs dont un doublé et un excellent match face à l'AS Monaco, Rolán se montre généreux dans l'effort et surtout efficace devant le but, comme ce week-end face à Bastia. Les indicateurs étant au vert, l'adaptation réussie, Diego peut enfin montrer sa vraie facette. Réglo, il a fait semblant de comprendre Laurent Paganelli en espagnol pendant que son traducteur officiel, Emiliano Sala, foulait la pelouse de Chaban-Delmas. La sympathie est de toute façon la marque de fabrique d'un homme dont Francis Gillot a dit qu'il « avait une bonne tête, quelque chose d'attirant » . D'ailleurs, Sala ne dit pas le contraire à L'Équipe : « Il a dû découvrir un autre pays, un autre football. Il savait que ça viendrait. Il est très timide quand il s'exprime en français, mais c'est un type qui aime bien se marrer et qui est toujours de bonne humeur. » En attendant la neige.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

VaronMorgharris Niveau : Loisir
de see me rolan, de hatin
tryin to catch me check diabetin
tryin to catch me check diabetin
tryin to catch me check diabetin
diego forlan a arrêté sa carrière internationale bande de chips
Ca fait plaisir de voir un club qui prend le temps de laisser un jeune joueur étranger s'intègrer, ce coup ci, ça a fini par payer. Le type vient d'une des meilleures écoles de football d'Uruguay,celle du Defensor et il est loin d'être bidon.
Ca devrait être interdit de pondre un premier paragraphe aussi nul
Mouais... Attention aux surprises de début de saison après 2 bons matchs...

ca va faire comme Kevin Berigaud l'année dernière (6 matchs - 6 buts), il est "enfin libéré".

Fin de saison 10 buts...
Note : 3
Message posté par tommus
Mouais... Attention aux surprises de début de saison après 2 bons matchs...

ca va faire comme Kevin Berigaud l'année dernière (6 matchs - 6 buts), il est "enfin libéré".

Fin de saison 10 buts...



Je suis supporter Bordelais, et j'en ai regardé des matchs, même pendant les purges de Tigana et Gillot. Rolan a eu du mal à s'adapter. Il n'avait pas sa famille, découvrait une nouvelle culture, langue, et en plus a été miné par pas mal de blessures. Mais à titre personnel, et d'autres sont d'accord avec moi, on sentait qu'il savait jouer au foot, et qu'il avait du talent. Peu de buts et de passes décisives, mais toujours à se donner à fond, à tenter, à aller de l'avant. Et puis il a une bonne qualité de dribble.
Donc j'en attendais plus, mais je n'ai pas vraiment été déçu, vu les circonstances à titre personnel (cf plus haut), et le contexte girondin.
Si on suit la logique de Triaud de ces dernières années, Rolan sera vendu en fin de saison pour la somme mirobolante de 4M€. Ou alors il va lui proposer une prolongation de contrat de 20 ans avec un joli salaire afin que son joueur se sente en confiance. Il le sera tellement qu'il ne va plus rien branler et sera un poids financier jusqu'à la fin de son contrat.
Quel bon gestionnaire ce Jean-Louis!
Message posté par footixIer



Je suis supporter Bordelais, et j'en ai regardé des matchs, même pendant les purges de Tigana et Gillot. Rolan a eu du mal à s'adapter. Il n'avait pas sa famille, découvrait une nouvelle culture, langue, et en plus a été miné par pas mal de blessures. Mais à titre personnel, et d'autres sont d'accord avec moi, on sentait qu'il savait jouer au foot, et qu'il avait du talent. Peu de buts et de passes décisives, mais toujours à se donner à fond, à tenter, à aller de l'avant. Et puis il a une bonne qualité de dribble.
Donc j'en attendais plus, mais je n'ai pas vraiment été déçu, vu les circonstances à titre personnel (cf plus haut), et le contexte girondin.


Pareil,des ses premiers matchs on pouvait voir ses qualités plus qu'évidentes de vitesse/accélération et ses appelles de balles dans la profondeur,après avec gillot ça ne rentrait pas dans le schéma de jeu,tous comme gouffran,voilà pourquoi il était placé à droite .. La ça à l'air de plus lui réussir quand même mais faut avouer qu'avec sagnol les placements sont plus libres ! (sala autour de diabaté,NMB qui alterne droite gauche et n°10)
Bref content qu'il commence à planter,franchement à bdx ça fait plaisir un transfert qui marche !
Félicitation pour sa selection,mine de rien l'uruguay dans quelques années .. ils ont un bon renouvellement d'effectif avec laxalt,rolan et nicolas lopez :)
Message posté par Bendaut
Si on suit la logique de Triaud de ces dernières années, Rolan sera vendu en fin de saison pour la somme mirobolante de 4M€. Ou alors il va lui proposer une prolongation de contrat de 20 ans avec un joli salaire afin que son joueur se sente en confiance. Il le sera tellement qu'il ne va plus rien branler et sera un poids financier jusqu'à la fin de son contrat.
Quel bon gestionnaire ce Jean-Louis!


Je te trouve bien optimiste ! 4 millions ? Wolfsburg ou Eibar se positionneront pour 3 millions et l'année prochaine il plantera 13 ou 14 buts.

Par contre la spécialité de Triaud c'est de bourrer les contrats de vente de clauses du style : "si tu revends mon joueur, tu verseras 30% du montant de la vente à Bordeaux" ... Finalement c'est grâce à ça que les comptes ne sont pas vraiment au rouge ... la spéculation
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 9